Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Voyages d'affaires : la reprise sera progressive

Publié par Marwa Nakib le | Mis à jour le
Voyages d'affaires : la reprise sera progressive

Selon le dernier baromètre EPSA - IFTM*, les déplacements professionnels connaissent une crise profonde, affectés par la crise sanitaire et les mesures restrictives adoptées par les pays. Quel est l'impact de la crise sur les voyages d'affaires? Analyse du marché 2020 et perspectives 2021 ci-après.

Je m'abonne
  • Imprimer

2020 a enregistré une diminution de plus de 60% des voyages d'affaires Au-delà des mesures immédiates de soutien au secteur, comment réagissent les entreprises et les voyageurs d'affaires et quelles seront les conséquences économiques de la crise?

41% des voyageurs professionnels se déplace se font uniquement en France, et 57% des sondés expliquent favoriser les visioconférences par rapport aux déplacements. Ils précisent qu'ils reprendront leurs déplacements, une fois la crise finie, à la même fréquence qu'avant.

"La baisse d'activité sans précédent amène une transformation profonde du rapport qu'entretient le voyageur d'affaires avec la notion de déplacement. Les solutions digitales à sa disposition vont limiter à moyen/long terme la reprise attendue en 2021" analyse Christophe Drezet, associé au sein du cabinet EPSA et expert en Business travel.

Selon Christophe Roth, directeur des missions au sein du cabinet EPSA et expert en Business travel, "la reprise sera progressive et repose sur le succès des campagnes de vaccination, qui amèneront aussi le retour de la confiance des voyageurs. Ces mêmes voyageurs auront une conscience environnementale accrue, et la décision de voyager sera plus réfléchie", pense-t-il. Les chiffres ne confirment pourtant pas:

Si 73% des voyageurs d'affaires jugent positive la suppression des lignes aériennes pour des trajets domestiques pouvant être effectués en quelques heures de train, mais seuls 33% d'entre eux seraient prêts à voyager en train plutôt qu'en avion pour réduire l'impact écologique du transport aérien. Et bien que plus de la moitié (55%) des répondants pensent que la future taxe carbone de 100 euros par tonne de CO2 émis est une bonne mesure pour faire face à l'impact écologique des voyages, seuls 28,5% d'entre eux pensent que la maîtrise de l'empreinte carbone, de l'impact environnemental et de la sécurité sanitaire des voyageurs sont les enjeux prioritaires du voyage d'affaires de demain.

En ce qui concerne les entreprises, 75% d'entre elles indique leur leur politique voyages a évolué sur le plan sanitaire, mais pas sur le plan RSE (réduction des émissions de CO2 par exemple), et 55% d'entre elles indiquent avoir dû faire des changements en raison des restrictions budgétaires.

* Le baromètre EPSA - IFTM, dédié aux voyages d'affaires, a été réalisé entre octobre et décembre 2020, auprès de 440 voyageurs d'affaires, issus des entreprises du secteur privé et public.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande