Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Volatilité des supply chains : en septembre 2021, les reports de contrôles qualité en Asie ont doublé

Publié par le - mis à jour à
Volatilité des supply chains : en septembre 2021, les reports de contrôles qualité en Asie ont doublé

Pris en étau entre des reconfinements en Asie du Sud-Est (comme au Vietnam) et le ralentissement de la production en Chine en raison des pénuries d'énergie, les acheteurs internationaux ont eu du mal à trouver des capacités de productions alternatives au cours du 3e trimestre.

Je m'abonne
  • Imprimer

QIMA (contrôle qualité et conformité dans les chaînes d'approvisionnement), vient de publier son dernier baromètre du 4e trimestre 2021. Les chiffres révèlent l'ampleur de la tempête que traversent les importateurs de biens de grande consommation (textile, électronique, mobilier ... ) à l'approche de Noël.

Pris en étau entre des reconfinements en Asie du Sud-Est (comme au Vietnam) et le ralentissement de la production en Chine en raison des pénuries d'énergie, les acheteurs internationaux ont eu du mal à trouver des capacités de productions alternatives au cours du 3e trimestre. Les pays d'Asie du Sud (Inde, Bangladesh) se sont avérés essentiels. Mais il est peu probable qu'ils puissent continuer à combler les déficits d'approvisionnement pour permettre de répondre au pic de la demande des fêtes de fin d'année.

En Asie, le pourcentage de commandes reportées a doublé en septembre 2021

Le 3e trimestre 2021 a été marqué par une grande difficulté des marques et de leurs fournisseurs à tenir leurs carnets de commande. En septembre 2021, QIMA a constaté un taux de report d'inspections et audits deux fois supérieur à celui de mai ou juin dans la zone asiatique (hors de Chine) : un accroissement révélateur de la difficulté pour les usines à tenir les calendriers de production. Cette aggravation sur le mois de septembre résulte de la conjonction entre la crise mondiale du transport maritime et l'instauration de nouveaux confinements, comme au Vietnam, qui ont entraîné la fermeture d'usines de production, notamment dans les secteurs du textile et des chaussures.

Le Vietnam : cas typique des montagnes russes du commerce international

A la suite de la guerre tarifaire Chine-Etats-Unis, beaucoup d'acheteurs internationaux ont fait le choix de réorienter leurs approvisionnements vers le Vietnam, qui avait bénéficié de la tendance à la diversification hors de la Chine. Les volumes d'inspections et d'audits de QIMA avaient d'ailleurs bondi de +40% entre 2019 et 2020 dans le pays.

Mais depuis le printemps 2021, la résurgence du Covid a forcé 1/3 de la population à se reconfiner. L'industrie textile, très présente dans le pays, a subi de plein fouet des fermetures d'usines : près d'1/3 des usines textiles du pays ont fermé ces dernières semaines. L'activité d'inspections et d'audits de QIMA a chuté de -40% au 3e trimestre 2021 par rapport au 2e trimestre. La situation conjoncturelle au Vietnam devrait néanmoins s'assouplir : des annonces de levée de confinements ont été faites par les autorités, laissant imaginer que le 4e trimestre pourrait se terminer sur une meilleure note pour le pays. Mais le vrai retour à la normale au Vietnam sera peut-être trop tardif pour satisfaire les attentes des acheteurs internationaux avant Noël.

Un ralentissement de production en Chine qui aura des conséquences sur les achats de Noël

Autre difficulté pour les acheteurs du monde entier : la crise énergétique en Chine qui a entraîné la fermeture d'usines de production à la suite à d'instructions gouvernementales. Certes, l'année 2021 a été celle de la reprise pour la Chine illustrée par des volumes d'inspections et d'audits QIMA en hausse de +24% depuis le début de 2021.


Mais les pénuries énergétiques intensifient la tendance à la diversification hors de Chine que QIMA avait commencé à observer dans ses baromètres antérieurs. QIMA a noté au 3e trimestre 2021 un très net ralentissement de la croissance des inspections et audits en Chine sur les segments des achats de Noël : jouets, électronique, etc. Ainsi, dans les jouets, QIMA a constaté un ralentissement de la croissance de son activité en Chine tout au long du 3e trimestre avec +29% d'inspections/audits en juillet 2021 (par rapport à juillet 2020), +41% en août 2021, pour finir sur un fléchissement à +12% en septembre, soit une baisse de -58% sur le 3e trimestre. Le ralentissement de la croissance est encore plus frappant dans le secteur de l'électronique : les inspections étaient en augmentation de +21% en juillet (par rapport à juillet 2020), +13% en août pour finir à +4% seulement en septembre 2021.

Ces baisses de croissance montrent un ralentissement de l'appareil productif chinois qui va très certainement contribuer au tarissement des approvisionnements dans ces secteurs qui sont particulièrement clés à l'approche de Noël.

Pour compenser, les marques occidentales affluent en Inde et au Bangladesh Les grandes marques internationales ont continué à transférer leur production vers d'autres pays du Sud.

QIMA a ainsi vu ses inspections et audits augmenter :

- En Inde : de +67% au 3e trimestre 2021 par rapport au 3e trimestre 2019 (+77% entre le 2nd et le 3ème trimestre 2021)

- Au Bangladesh : de +49% au 3e trimestre 2021 par rapport au 3e trimestre 2019.

Souvent considérés pour leur capacité productive dans le textile, les chiffres de QIMA montrent que l'Inde et le Bangladesh tendent à se diversifier dans d'autres secteurs de biens de consommation : les articles de maison, de jardin, les emballages alimentaires et les jouets notamment. La question est désormais de savoir si ces pays pourront continuer à combler le déficit d'approvisionnement critique que les marques et importateurs subissent, à l'approche des fêtes de Noël.

28% d'usines pointées du doigt pour violations éthiques critiques en 2021

Une tendance alarmante se confirme baromètre après baromètre : en 2021, le pourcentage d'usines présentant des violations éthiques critiques a atteint le taux de 28%. Ce taux était de 18% en 2019 et 2020. Les changements brusques des stratégies d'approvisionnements internationaux forcent en effet les fournisseurs à réagir dans l'urgence, et prendre des raccourcis en termes de processus de production et de gestion des travailleurs. Ces entraves à l'éthique concernent la plupart du temps le non-respect des heures réglementaires de travail, et le non-paiement des heures-supplémentaires.

"Depuis le début de la crise du Covid, les marques mondiales sont plus que jamais contraintes à la réactivité et à l'agilité", commente Sébastien Breteau, président et fondateur de QIMA. "Les mieux préparées ont développé une réelle capacité à basculer leurs chaînes d'approvisionnements d'un pays à un autre, au gré des circonstances. La fermeture du Vietnam ne sera que temporaire. Mais cet événement nous enseigne une chose majeure : les changements sont désormais d'une ampleur inédite, ils vont se répéter et s'installer dans le temps, imposant aux entreprises de renforcer leur agilité dans leur prise de décision".

Pour en savoir plus, consultez le baromètre QIMA du 4e trimestre 2021 dans son intégralité : cliquer ici

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande