Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Un arsenal d'un nouveau genre contre le cybercrime

Publié par MATHIEU NEU le | Mis à jour le
Un arsenal d'un nouveau genre contre le cybercrime
© momius - stock.adobe.com

Une collaboration inédite entre chercheurs, spécialistes et forces de l'ordre s'attaque aux cybercriminels.

Je m'abonne
  • Imprimer

Mieux connaître l'ennemi pour mieux le combattre. C'est en substance l'objectif de l'initiative Cybercrime Atlas, officiellement annoncée lors du récent Forum économique mondial de Davos. Mise sur pied conjointement par Banco Santander, Microsoft, Paypal et le spécialiste de la cybersécurité Fortinet, elle vise à cartographier la cybercriminalité et à dresser un panorama des modes opératoires, des structures et des réseaux malveillants. Les forces de l'ordre, les autorités gouvernementales ainsi que les entreprises bénéficieront d'une nouvelle visibilité sur les écosystèmes cybercriminels et leur façon d'opérer.

Cet atlas singulier prend la forme d'une plateforme d'échanges pour les chercheurs et enquêteurs en cybercriminalité, les forces de l'ordre nationales et internationales mais aussi les multinationales. Tous les acteurs participant pourront partager leurs connaissances, formuler des recommandations et identifier des possibilités d'actions coordonnées. La corrélation des informations recueillies doit aider les professionnels de la cybersécurité à contrer plus efficacement l'écosystème cybercriminel, à mieux allouer leurs ressources et à rendre les opérations des cybercriminels plus coûteuses.

Interpol a souligné la nécessité d'une approche multisectorielle pour lutter contre ces menaces croissantes et soutient l'idée d'une solution globale qui intègre les connaissances provenant du secteur privé afin de permettre aux forces de l'ordre de prévenir, détecter et déjouer les activités cybercriminelles.

L'Atlas profite d'ores et déjà des travaux d'analystes et d'enquêteurs qui étudie depuis plusieurs mois 13 groupuscules criminels en partant d'informations disponibles publiquement. Les données collectées grâce à ces efforts permettront à terme de mieux identifier et de perturber les écosystèmes de la cybercriminalité. L'analyse des pratiques vise dans un second temps à définir une chaîne d'actions pour contrer les cybermalveillances. L'approche et les premières conclusions ont été accueillies favorablement par les forces de l'ordre. L'identification des modes opératoires contribuera aussi au démantèlement des groupes cybercriminels et aux poursuites judiciaires.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page