Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Revue de presse achats - semaine du 2 janvier

Publié par Audrey Fréel le - mis à jour à
Hand touching tablet pc, social media concept
© vegefox.com - stock.adobe.com
Hand touching tablet pc, social media concept

Vous n'avez pas eu le temps de "surfer" cette semaine ? La rédaction a sélectionné, pour vous, des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser. Bonne lecture.

Je m'abonne
  • Imprimer

Centrale d'achats belge : E. Leclerc gagne auprès de la Cour européenne

La Cour de justice de l'Union européenne (CUEJ) a donné raison à la centrale d'achats européenne du groupe E.Leclerc face à Bercy, qui l'accusait de ne pas respecter le droit français. Eurelec, société de droit belge, est une centrale d'achats fondée en 2016 par le groupe français E. Leclerc et le groupe allemand Rewe. Cette joint-venture devait permettre de négocier avec l'industrie alimentaire internationale pour l'approvisionnement des magasins. Dans son arrêt rendu jeudi dernier, la cour de justice européenne rappelle le contexte : Bercy a mené une enquête entre 2016 et 2018 "qui l'a conduit à soupçonner l'existence de pratiques possiblement restrictives de concurrence mises en oeuvre en Belgique par Eurelec à l'égard de fournisseurs établis en France". Toujours selon cette enquête, Eurelec "contraindrait les fournisseurs à accepter des baisses de prix sans contrepartie, en violation du code de commerce, et imposerait à ceux-ci l'application de la loi belge aux contrats conclus, afin de contourner la loi française", résume la CJUE pour expliquer le litige. La DGCCRF avait alors infligé une amende de 6,34 millions d'euros à Eurelec pour "non-respect allégué de la réglementation française relative au formalisme des négociations entre fournisseurs et distributeurs". "Depuis la mise en place de cette centrale, le mouvement E.Leclerc délocalise chaque année une part plus importante de ses négociations commerciales en Belgique", estimait alors Bercy. >>Lire l'article complet sur le site de Stratégies Logistique.

Commande publique : ce qui a changé au 1er janvier

Tout juriste le sait : les Journaux officiels de fin décembre n'ont pas peur du vide ! Nombreux sont les textes parus avant la date fatidique du 1er janvier. La commande publique ne fait pas exception. Et en date du 29 décembre, a été publié un décret "diverses modifications du code de la commande publique", complété deux jours plus tard par un arrêté "modifiant les cahiers des clauses administratives générales des marchés publics". Ces deux textes apportent cinq modifications applicables aux marchés publics et aux contrats de concession pour lesquels une consultation est engagée ou un avis d'appel à la concurrence est envoyé à la publication à compter du 1er janvier 2023. >>Lire l'article complet sur le site de la Gazette des communes.

Lidl : Michel Biero reprend ses fonctions en France

Parti depuis le 1er septembre 2022 en Espagne pour une durée de un an, le directeur exécutif des achats, du marketing et de la communication de Lidl France est revenu en France officiellement depuis le 2 janvier 2023 pour raisons familiales. Les 50 000 salariés de Lidl France l'ont appris via une note interne le 29 décembre dernier. Leur directeur exécutif des achats, du marketing et de la communication, Michel Biero, reprend ses fonctions en France à partir du 2 janvier 2023 pour des raisons familiales. Son remplaçant, Thiago Almeida, revient, lui, à son poste initial, directeur des actions non alimentaire.

Partie pour un an en Espagne le 1er septembre dernier, à la manière d'un jeune étudiant Erasmus, la "voix de Lidl" a eu le temps, en l'espace de quatre mois, de découvrir les spécificités et points forts de ce pays. Troisième marché en Europe pour Lidl qui y exploite 651 magasins, après l'Allemagne et la France, l'Espagne se distingue par une mise en valeur particulière des produits traditionnels, par des corners régionaux bien fournis ou encore par un entrepôt entièrement automatisé près de Madrid, en cours de test. "Nous avons beaucoup à apprendre en France", note Michel Biero, qui n'exclut pas d'emmener ses équipes sur une courte durée voir ce qu'il se passe là-bas. >>Lire l'article complet sur le site de LSA.

Olivier Campanello nous a quittés

Le directeur service client, qualité, achats et opérations de LeasePlan est décédé. Olivier Campanello avait construit sa carrière dans l'univers du service automobile. Le groupe LeasePlan a fait part, le 2 janvier 2023, du décès de son directeur service client, qualité, achats et opérations, Olivier Campanello. Agé de 47 ans, le Marseillais d'origine avait rejoint le groupe en janvier 2020 au titre de directeur des opérations, intégrant de fait le comité de direction de l'entreprise spécialisée dans la location longue durée. Très rapidement, Olivier Campanello s'était vu confier, en plus, la direction du service client, des achats et de la qualité. >>Lire l'article complet sur le site du Journal de l'Automobile.

«Nous avons gagné la première manche contre l'inflation», estime Bruno Le Maire

Après une année 2022 marquée par une inflation galopante, le gouvernement s'accorde malgré tout un satisfecit. "Nous avons gagné la première manche contre l'inflation", a en effet estimé Bruno Le Maire ce jeudi lors de ses voeux aux acteurs économiques. "Grâce au bouclier énergétique mis en place avec le président de la République dès octobre 2021, nous avons gardé le niveau d'inflation parmi les plus faibles de la zone euro", a mis en avant le ministre de l'Économie.

En décembre, la hausse des prix à la consommation a légèrement ralenti, selon l'Insee, pour s'établir à 5,9 % sur un an, après 6,2% en octobre et novembre. "Nous avons protégé le pouvoir d'achat des ménages, mieux que dans beaucoup d'autres pays européens", a poursuivi le numéro deux du gouvernement. Même s'il a affirmé mesurer "à quel point la flambée des prix alimentaires qui se poursuit pénalise beaucoup de nos compatriotes, en particulier les plus modestes". Celle-ci a atteint 12,1% en décembre selon l'Insee. >>Lire l'article complet sur le site du Figaro.

Pénurie de médicaments : La demande "n'a pas été anticipée par les industriels", selon François Braun

Il va falloir vous armer de patience à la pharmacie. La pénurie de paracétamol et d'amoxicilline, sur laquelle l'Agence nationale de sécurité du médicament alerte depuis plusieurs mois, ne va pas se résorber avant plusieurs semaines. Et la triple épidémie qui sévit en France n'arrange rien. "Le problème c'est qu'il y a une augmentation de 13 % de la consommation de paracétamol avec ces phénomènes grippaux qui n'a pas été anticipée par les industriels", pointe le ministre de la Santé François Braun, dans dans l'émission Télématin sur France 2.

"Nous sommes sur leur dos" pour que la production s'adapte en conséquence, assure-t-il, et le retour à la normale pourrait aller "très vite" pour le paracétamol, dont il ne manque que "certaines formes". Mais il y aura un délai entre la constitution de stocks par les industriels et la disponibilité en pharmacie. "Nous sommes en train de regarder avec les pharmaciens" pour résoudre cette latence, explique le ministre, qui se dit "préoccupé". >>Lire l'article complet sur le site de 20minutes.

Prix de l'énergie : faut-il craindre un "mur de faillites" d'entreprises en 2023 ?

"Il n'y a pas de mur de faillites". Face à la flambée des prix de l'énergie, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a écarté mercredi 4 janvier sur France Inter l'hypothèse d'une explosion du nombre d'entreprises qui seraient contraintes de mettre la clé sous la porte. "Il y a une explosion des prix de l'électricité et du gaz qui est dure à vivre pour des milliers d'entrepreneurs, mais ils font face", a affirmé le numéro deux du gouvernement.

"C'est difficile, nous les accompagnons, mais je ne laisserai pas dire que ça va s'accompagner d'une vague de fermetures, de faillites, parce que ce n'est pas le cas", a-t-il insisté, au lendemain de l'annonce de mesures de soutien spécifiques pour les boulangers. "Aujourd'hui, moins d'1 % des entrepreneurs envisagent de fermer ou de ralentir leur production", a assuré Bruno Le Maire en se basant sur des chiffres de l'Insee.

Selon la dernière enquête de conjoncture de l'Insee, qui a interrogé spécifiquement des entreprises industrielles, la baisse totale de leur production "en lien direct avec la hausse des prix de l'énergie" serait de l'ordre d'à peine 1,5 %. Cependant, comme le rappelle La Tribune, 8 % des entreprises dans le secteur de l'industrie et 3 % dans celui des services indiquaient prévoir de réduire leur activité en raison de la flambée de leur facture énergétique, selon cette enquête de l'Institut national de la statistique. >>Lire l'article complet sur le site de L'Express.

Approvisionnement énergétique : pour l'Allemagne, le "pire a été évité"

Privée de gaz russe, l'Allemagne a jusqu'à présent évité "le scénario du pire" concernant son approvisionnement énergétique et envisage l'hiver prochain avec "un certain optimisme", a indiqué jeudi son ministre de l'Economie et du Climat, Robert Habeck. Fortement dépendante du gaz de Russie, qui couvrait la moitié de ses besoins avant la guerre en Ukraine, l'Allemagne a vu les livraisons russes chuter fortement après le début du conflit, puis s'arrêter complètement depuis septembre, suscitant des inquiétudes pour la première économie européenne. >>Lire l'article complet sur le site du Figaro.

Les fournisseurs d'électricité dans le viseur de Bercy

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire menace de divulguer publiquement les fournisseurs d'électricité qui ne respectent pas la charte de bonnes pratiques signée en octobre avec le gouvernement. Mais il exclut de nouvelles aides de l'Etat. Devant la grogne des boulangers sur la hausse de leurs factures d'électricité, le gouvernement rappelle à l'ordre les fournisseurs d'énergie. Jeudi 5 janvier, Emmanuel Macron leur a demandé de "renégocier" en janvier les "contrats excessifs" de toutes les TPE, disant en avoir "assez" des entreprises réalisant des "profits excessifs". Une intervention qui a fait suite à celle du 3 janvier du ministre de l'Economie. Bruno Le Maire menace de dénoncer sur la place publique les fournisseurs qui ne respectent pas la charte de bonnes pratiques signée début octobre avec le gouvernement. Celle-ci, qui comporte 25 engagements, devait faciliter le renouvellement des contrats d'énergie pour les entreprises et éviter que certaines se retrouvent sans solution, en avertissant leurs clients par exemple deux mois avant la fin de leurs contrats. >>Lire l'article complet sur le site de l'Usine Nouvelle.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page