En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le
Jean-Christophe Deville, directeur achats de Toyota Europe
Jean-Christophe Deville, directeur achats de Toyota Europe

Je m'abonne
  • Imprimer

"Créer une relation particulière avec nos fournisseurs" - Jean-Christophe Deville, directeur achats de Toyota Europe

Chez Toyota, la relation fournisseurs est au centre de toutes les attentions. "Nous cherchons à créer une relation particulière avec nos fournisseurs, qui ne soit pas uniquement commerciale", indique Jean-Christophe Deville, directeur achats de Toyota Europe. Nous sommes très fidèles à nos fournisseurs : s'il est très difficile de rentrer dans le panel, la relation dure une quarantaine d'années". Une fidélité qui se révèle payante : les fournisseurs inscrits dans une relation à long terme, n'hésitent pas à créer des usines et à investir dans l'innovation.

Mais cette relation "particulière" n'est pas due qu'à la qualité Toyota vis-à-vis de ses fournisseurs. Le constructeur automobile pratique également la co-innovation, développant de nouveaux produits en partenariat avec ses fournisseurs, analysant avec eux ce qui ne va pas pour trouver de nouvelles solutions, cherchant des pièces plus faciles à produire... "Nous valorisons également leur capacité d'innovation en faisant appel à une solution et non juste un appel commercial", ajoute Jean-Christophe Deville. L'innovation des fournisseurs est valorisée lors du "Supplier tech day", une sorte de foire technologique lors de laquelle les fournisseurs présentent leurs dernières innovations.

Cette relation de partenariat n'empêche pas Toyota de se soucier des risques fournisseurs. "Des salariés dédiés se rendent très régulièrement chez les fournisseurs afin de s'assurer que le démarrage de la production se déroule comme prévu, avec un outillage de qualité et du personnel bien formé, et ce dans un temps imparti. Et comme ils sont sur le terrain, ils peuvent avoir vent d'agitations sociales ou de possibles risques naturels", rapporte Jean-Christophe Deville. Concernant le domaine financier, la relation de confiance qu'a su instaurer Toyota permet aux fournisseurs de partager de mauvaises nouvelles sans crainte. D'autant plus qu'un sous-traitant qui va mal ne sera pas abandonné. "Nous cherchons des solutions ensemble. Cela nous permet de nous assurer que des situations difficiles ne nous sont pas dissimulées", explique Jean-Christophe Deville. Ce qui a permis au constructeur d'éviter à plusieurs reprises des ruptures d'approvisionnement : un fournisseur en redressement judiciaire a continué à produire uniquement pour Toyota tandis qu'un autre, touché par le tsunami de Fukushima, a redémarré une usine pour le constructeur en priorité. "Nos fournisseurs trouvent des façons de nous aider, car ils ont confiance en nous. Nous faisons ce que nous promettons et nous ne promettons pas la lune", indique Jean-Christophe Deville.

Si les fournisseurs de Toyota sont enclins à aider le constructeur, c'est peut-être aussi parce que l'aide est réciproque. Toyota n'hésite pas à apporter des conseils pour que les usines tournent mieux. Par ailleurs, à travers son association Team (Toyota european association of manufacture), le constructeur organise chaque mois pour des fournisseurs non concurrents la visite de l'un de ses sous-traitants afin de mettre en exergue les bonnes pratiques. "Et nous documentons tout cela en publiant des fascicules sur différents sujets comme "Comment changer un outillage rapidement?" ou encore "Comment gagner de la place?". Il s'agit d'apporter des méthodes très concrètes pour améliorer les fondamentaux des fournisseurs", décrit Jean-Christophe Deville.


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Eve Mennesson

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet