En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 5 octobre

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats - semaine du 5 octobre
© Sergey Nivens - Fotolia

Vous n'avez pas eu le temps de surfer cette semaine? La rédaction a sélectionné, pour vous, des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser...

Je m'abonne
  • Imprimer

Faute de composants, la supply chain de Huawei sur le point de plier

M. Guo a déclaré que même si Huawei disposait de suffisamment de puces pour ses opérations BtoB, y compris pour son entreprise de réseau 5G, ses stocks de puces pour smartphones étaient très impactés par les restrictions américaines. "L'entreprise chinoise a compris que des fournisseurs comme Qualcomm demandaient des licences américaines pour continuer à commercer avec elle", a-t-il ajouté. Intel a déjà reçu des licences pour fournir certains produits à Huawei, et la société chinoise Semiconductor Manufacturing International, qui utilise des machines d'origine américaine pour produire des puces pour Huawei, a également fait une demande de licence. "Huawei est prête à utiliser les puces Qualcomm dans ses smartphones si Qualcomm obtient une licence pour contourner les restrictions", a ajouté M. Guo. Qualcomm n'a pas répondu immédiatement à une demande de commentaires. "Nous espérons que le gouvernement américain pourra reconsidérer sa politique et si celui-ci le permet, nous sommes toujours prêts à acheter des produits à des entreprises américaines", a déclaré M. Guo en marge de la conférence annuelle Huawei Connect organisée en ligne du 23 au 26 septembre. Huawei a déclaré qu'à la date du 15 septembre, elle avait cessé de fabriquer ses puces les plus évoluées de la série Kirin qui fait tourner ses mobiles haut de gamme. D'après les analystes, Huawei aura épuisé son stock de puces Kirin l'année prochaine. >> Lire l'article complet sur le site du Monde Informatique

Délais de paiement : Bercy met la pression sur les entreprises

Pour l'instant, c'est donc par l'incitation et" l'éducation" des patrons que cet ancien président de l'U2P, l'organisation patronale des commerçants, artisans et indépendants, entend régler le problème. "Je ne m'interdis pas d'utiliser des outils plus contraignants à l'avenir", dit-il toutefois. Autre possibilité pour réduire les retards de paiement : la facturation électronique qui deviendra obligatoire pour les entreprises en 2023. "La dématérialisation des factures permet de réduire les délais de paiement. L'Etat, qui y est passé, a d'ailleurs réduit de deux jours en 2019 le règlement de ses fournisseurs. Les entreprises y gagnent en simplification et en efficacité", met en avant Jeanne-Marie Prost, la présidente de l'Observatoire des délais de paiement. "Avec la facturation électronique, on peut gagner 3 à 4 jours dans les retards de paiement", estime pour sa part Alain Griset. Ce qui serait une bonne chose. Car "certains secteurs restent dans une position structurellement difficile. C'est notamment le cas des services aux entreprises et particulièrement de l'information-communication, ainsi que de la construction", pointe Jeanne-Marie Prost. Selon le rapport de l'Observatoire des délais de paiement, un tiers des entreprises continuaient en 2018 à payer leurs factures avec retard. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Le mouvement de relocalisation industrielle est-il enclenché ?

Parvenir à rapatrier intégralement dans l'Hexagone la production de ses petits boîtiers électroniques ludiques visant à instruire la conscience des enfants sur des sujets tels que le réchauffement climatique ou la santé est devenu la priorité de cette ambitieuse PME qui veut désormais s'attaquer aussi aux marchés européens et américains pour arriver à tripler son chiffre d'affaires ! Pour y parvenir, les entrepreneurs ont pris leur bâton de pèlerin et frappé à de nombreuses portes. Avec l'aide du bureau d'études spécialisé Kickmaker et un appel d'offres circonstancié, les dirigeants de Lunii ont sélectionné l'usine de BMS à Bayonne (Pays basque) qui leur garantit des niveaux de prix compétitifs. Une excellente nouvelle, emblématique de la volonté de nos jeunes entrepreneurs de faire fabriquer sur le territoire. Il est vrai que dans certaines activités comme la cosmétique, l'agroalimentaire, le luxe, les industries de pointe ou la mode, l'origine "made in France" est devenue un formidable vecteur pour accélérer les ventes dans le monde. Si nos entrepreneurs recommencent à croire en notre avenir industriel, alors tout reste possible et c'est de bonne augure pour la suite... >> Lire l'article complet sur le site Entreprendre

Redresser une relation avec votre prestataire : dérapage contrôlé

Lorsque la rupture avec votre fournisseur est véritablement installée, deux scénarii distincts permettent d'y faire face : redresser la relation ou rompre la relation. En fonction du contexte et des enjeux, du niveau de désengagement du prestataire et du risque, il conviendra de prendre la décision adéquate. Le risque n'est jamais nul ; la capacité de votre organisation à accepter, prévenir, réduire ou transférer ces risques devrait vous permettre d'évaluer chaque scénario. Souvent, redresser la relation peut être la solution apportant le plus grand défi mais permettant de limiter le dépassement trop important des coûts. >> Lire ce sujet sur le site de Timspirit

Les petites entreprises sont-elles des acheteuses responsables ?

Mais qu'est-ce qu'un achat responsable ? En la matière, PME et TPE ne désignent pas toujours les mêmes priorités. Néanmoins, pour les deux, c'est le respect des délais de paiement qui arrive en tête, pour 56% des PME et 63% des TPE. Ces dernières sont particulièrement sensibles à l'équilibre des dispositions contractuelles dans la relation client/ fournisseur : 59% d'entre elles le juge prioritaire, contre contre 29% seulement des PME. "Une PME qui dispose d'un conseiller juridique dans l'entreprise se sentira mieux armée pour discuter un contrat avec un client important", note Pierre Pelouzet. À contrario, les deux catégories d'entreprises placent sur le même niveau l'importance de la lutte contre la corruption, (37% environ) et l'intégration de critères de sélection liés à la proximité géographique (32%). Autre sujet exploré par le sondage, le niveau de sophistication des dispositifs mis en oeuvre par les PME et les TPE en matière de promotion des achats responsables et de suivi des fournisseurs. "La situation est assez hétérogène", constate Rémi Lentheric. PME et TPE apportent des réponses différentes, avec des démarches plus ou moins abouties. Celles-ci vont de la mise en place d'une cartographie des fournisseurs, à leur suivi et leur évaluation effective, et jusqu'à l'adoption d'une politique qui tient compte de ces résultats. >> Lire cet article sur le site de GazetteOise


RSE

Damart s'engage sur le chemin de la mode durable

L'engagement, un champ d'intervention déjà fort de la marque depuis des années (pour exemple, le programme "Change Our World" ou encore la Fondation Damartex), se renforce sur la RSE et Damart veut s'engager sur le chemin de la mode durable. Dès l'hiver 2020, une collection de prêt-à-porter (ReGeneration) et un modèle de Thermolactyl seront produits à base de fibres recyclées et les sous-vêtements Thermolactyl seront garantis à vie. "Durant la crise sanitaire de ce printemps, Damart a été très présent et la marque a fait sa part", indique Katie Willaume qui souligne l'attente des collaborateurs de l'entreprise "de monter au créneau". L'atelier de production de Roubaix s'est converti pour fabriquer des masques destinés au CHU de Lille. Des kits Thermolactyl ont été donnés à la Mairie. "Les collaborateurs Damart se sont également mobilisés pour appeler nos clients juste pour leur demander comment ils allaient et bavarder. Ces appels ont été vécus avec beaucoup d'émotion de part et d'autres", explique Katie Willaume. >> Lire l'article complet sur le site de Influencia

Dérèglement climatique : les plus gros pollueurs de la planète se cachent en pleine lumière

Prenons l'exemple d'un tee-shirt façonné à bon compte en Chine ou au Bengladesh à l'aide d'une machine à coudre fonctionnant à l'électricité charbonnière puis transporté vers l'Europe pour y être revendu à un consommateur français. A qui la responsabilité de l'émission : au charbonnier, à l'électricien bénéficiant d'une matière première bon marché, au producteur de tee-shirt profitant d'une électricité concurrentielle ou au consommateur final préférant un tee-shirt chinois à bas prix produit sans aucune norme environnementale à un tee-shirt européen deux fois plus cher? Alors que les règles d'usage attribuent les émissions à l'électricien, de nombreuses ONG néomarxistes en combat permanent contre la société de croissance l'attribueront au consommateur. Ainsi les émissions officielles des français de l'ordre de 5 tonnes de CO2/an sont-elles régulièrement accrues en intégrant celles du... tee-shirt chinois importé. >> Lire l'article complet sur le site de Atlantico


Supply chain

Objets connectés dans les transports et la logistique

L'Internet des objets (IoT) "possède un fort potentiel" assurent son président Fabien Esnoult ainsi que Sigfox, qui développe un réseau de communication bas-débit dédié à cette technologie, "L'un des cas d'usage de l'IoT est la gestion des actifs mobiles comme les conteneurs, rolls ou palettes ainsi que les équipements industriels appelés à se déplacer à l'image des compresseurs ou des bouteilles de gaz médical", déclare Patrick Cason, directeur général France de Sigfox. "PSA Peugeot-Citroën pour ses caisses de pièces détachées, Deutsche Post DHL pour ses rolls postaux ou encore, Airbus pour la gestion de ses supports de manutention avec ses fournisseurs l'ont déjà adopté". Selon le chef d'entreprise, plusieurs raisons justifient l'utilisation de l'IoT dans la gestion des actifs mobiles : "Ils sont coûteux, durables et nombreux ; leur flotte dispersée est généralement sous-optimisée et leur pilotage est grandement manuel".>> Lire l'article complet sur le site de L'Antenne


Commande publique

Bientôt des marchés publics sans publicité ni mise en concurrence

La plus controversée d'entre elles ajoute l'intérêt général comme motif de recours à la passation de marchés sans publicité ni mise en concurrence. Cette mesure est inscrite à l'article 44 quater, à l'initiative du gouvernement.Dans l'exposé des motifs de son amendement, ce dernier explique que cette disposition vise notamment à "sécuriser juridiquement les évolutions réglementaires qui pourraient intervenir pour simplifier la conclusion de certains marchés, notamment dans des secteurs confrontés à des difficultés économiques importantes ou constituant des vecteurs essentiels de la relance économique. "Une explication qui n'explique pas grand chose ! Selon maître Nicolas Lafay, avocat spécialiste en marchés publics, "l'intérêt général, ça peut vouloir dire beaucoup de choses. On peut même considérer que tout marché public est d'intérêt général." Arnaud Latrèche, adjoint au directeur de la commande publique du conseil départemental de la Côte-d'Or, considère lui aussi que cette nouvelle mesure est floue.>> Lire l'article complet sur le site de la Gazette des communes

Évènementiel : un premier marché interministériel attribué à 18 entreprises dont 11 PME

Désormais, les onze ministères et les trente-trois établissements publics bénéficiaires de ce premier marché mutualisé peuvent s'adresser à une agence évènementielle qui sera chargée de les conseiller et de coordonner la production de leur événement. Selon les besoins, elle fera intervenir toutes les compétences et métiers nécessaires à sa réalisation : recherche de lieux, transport et hébergement de personnes, réalisation de supports et identité visuelle, transcription des débats, aménagement des lieux et scénographie, signalétique, accueil, restauration, interprétariat, sécurité, nettoyage, etc. Afin de permettre aux PME de répondre à l'appel d'offres de l'État, celui-ci comprenait plusieurs lots et le groupement d'entreprises était proposé. Au final, sur les dix-huit agences d'évènementielles retenues onze sont des PME dont trois en groupements. >> Lire l'article complet sur le site de economie.gouv

Paris va commander 12 avions de combat Rafale supplémentaires

Cette commande supplémentaire vient à point nommé pour Dassault qui risquait de voir sa chaîne de production de Rafale interrompue en 2024, une fois construits les six appareils neufs commandés par Athènes. Une nouvelle commande de 30 appareils est prévue par Paris en 2023 pour livraison à partir de 2027. Le montant de la commande des douze appareils d'occasion et six neufs par Athènes se situe "entre un et deux milliards d'euros" selon le cabinet de la ministre. Le produit de cette vente doit être versé au "budget de l'Etat" et non à celui des Armées qui devront régler la facture des 12 appareils qu'elles s'apprêtent à commander. >> Lire l'article complet sur le site de Challenges


IT

Cybersécurité : Votre chaîne d'approvisionnement est désormais votre maillon faible

Plus de 80 % des organisations ont subi une violation de données en raison de vulnérabilités de sécurité dans leurs chaînes d'approvisionnement, les cybercriminels profitant de la faible sécurité des petits fournisseurs pour accéder aux réseaux des grandes organisations. Les recherches menées par la société de cybersécurité BlueVoyant montrent que les organisations comptent en moyenne 1 013 fournisseurs dans leur écosystème fournisseurs et que 82 % des organisations ont subi une violation de données au cours des 12 derniers mois en raison de la faiblesse de la cybersécurité dans la chaîne d'approvisionnement. Mais, malgré le risque posé par les failles de sécurité dans la chaîne d'approvisionnement, un tiers des organisations n'ont que peu ou pas d'indications sur le fait que des pirates informatiques se soient introduits dans leur chaîne d'approvisionnement, ce qui signifie qu'elles peuvent ne pas découvrir qu'elles ont été victimes d'un incident avant qu'il ne soit trop tard.>> Lire l'article complet sur le site de ZDNet


Fleet management

Voiture connectée : qui va pouvoir exploiter les données ?

Le déclenchement de l'ESP (contrôle actif de la trajectoire) permet de localiser les zones où les chaussées manquent d'adhérence. Volvo exploite ce type de données pour alerter ses clients en cas de verglas. Testé d'abord en Europe du Nord, le service a été élargi à l'ensemble du continent. BMW en fait autant et intègre aussi d'autres alertes. Le constructeur allemand a été un précurseur dans ce domaine en contribuant dès 2018 à la base de données de l'éditeur de cartes HERE. Dès que les capteurs se déclenchent dans des conditions jugées sensibles, les zones dangereuses sont ensuite ajoutées en temps réel à bord des GPS embarqués pour le plus grand bénéfice des conducteurs. Ces données sont bien entendu anonymisées. A ce jour, seulement quelques constructeurs arrivent à exploiter ces informations pour améliorer leurs produits. C'est le cas par exemple de Nissan qui, depuis le lancement de la Leaf en 2010, utilise la connectivité pour analyser la durée et la longueur des trajets, ainsi que la fréquence des recharges de ce véhicule électrique, de façon anonyme. >> Lire l'article complet sur le site de Autonews

Immatriculations 3e trimestre 2020 : les ventes aux flottes sortent enfin la tête de l'eau

Les 9 % de mieux à l'échelle des flottes sont toutefois à nuancer. Ils sont dus principalement aux bons résultats des utilitaires légers. Plus de 32 400 fourgonnettes et fourgons neufs ont en effet rejoint les parcs automobiles des entreprises en septembre, ce qui correspond à près de 20 % d'augmentation sur un an. L'Arval Mobility Observatory précise au passage que les utilitaires légers roulant au diesel ont connu un net regain d'intérêt (+ 20 %). Pendant ce temps, les ventes de voitures de fonction (ou de service) ont vécu une éclaircie plus relative, de l'ordre de 2,9 %, portée entre autres par l'adhésion des professionnels pour les énergies renouvelables, le 100 % électrique, l'hybride simple et surtout l'hybride rechargeable (+ 300 % de croissance). D'après les données recueillies par le cabinet AAA Data, expert en statistiques automobiles, c'est la Renault Clio V qui a occupé, comme depuis le début de l'année, le premier rang des voitures particulières distribuées aux flottes (hors sociétés de location courte durée et administrations) au cours du troisième trimestre, avec 9 811 exemplaires au compteur. >> Lire l'article complet sur le site du Point

Plus lourds, plus polluants, plus dangereux... Pourquoi les SUV sont dans le (rétro)viseur des écologistes

Ce succès des SUV a un impact direct sur le réchauffement climatique, comme l'a dénoncé en octobre 2019 l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans une étude sur les sources d'augmentation des émissions de gaz à effets de serre. "Les SUV sont les deuxièmes contributeurs de l'augmentation des émissions de CO2 au niveau mondial depuis 2010, après la production d'électricité, mais devant l'industrie lourde, les camions et l'aviation", constate l'AIE. François Roudier, porte-parole du CCFA, tempère : "SUV, ça ne veut rien dire. Les gammes de voitures vont d'une petite Renault Captur jusqu'à l'Audi Q8, ce ne sont pas les mêmes émissions." Cette tendance repose en grande partie sur les SUV américains, des véhicules plus imposants et plus lourds que les véhicules français. Ces derniers émettent tout de même en moyenne plus de CO2 que le parc automobile français, avec 118 g/km contre 112 g/km, comme le montrent les données de l'Agence de la transition écologique (Ademe) et du CCFA pour l'année 2019. Dans son rapport sur l'impact climatique, le WWF arrive d'ailleurs à la même conclusion pour la France que l'AIE pour le monde entier : les SUV sont la deuxième source de croissance des émissions tricolores. >> Lire l'article complet sur le site de FranceInfo

Sam Outillage adopte une flotte de véhicules plus dynamique

Alors que les experts ateliers automobiles de l'entreprise roulaient jusqu'à présent avec des véhicules de démonstration particulièrement volumineux, un autre choix s'est imposé. Pour se rendre plus facilement au plus près des professionnels et montrer les dernières nouveautés développées chaque année par les ingénieurs de la marque Sam, la force de vente était à la recherche d'un véhicule plus maniable, plus léger, plus accessible, plus polyvalent et connecté. En résumé, un véhicule conçu pour aller à l'essentiel lors de ces rendez-vous, ces journées techniques et autres tournées accompagnées. (...) Le véhicule regorge de rangements astucieux, qui permettent de simuler jusqu'à 10 mètres linéaires d'outillage. Ces véhicules sont aujourd'hui utilisés pour visiter les ateliers de mécanique VL, VUL, PL, les ateliers de carrosserie et les services rapides. Face aux réactions positives des clients, l'entreprise envisage de généraliser leur usage à la force de vente industrie. >> Lire l'article complet sur le site de Automobile Entreprise

L'UE veut serrer la vis du CO2 pour 2030, une bombe pour l'automobile

L'Union européenne (UE), très en pointe pour la sauvegarde de la planète au travers de la réduction des émissions de CO2, compte rehausser son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2030. Actuellement fixé à - 40 % par rapport au niveau référent de 1990, il devrait être drastiquement révisé à la hausse et passer à - 55 %, selon une source européenne livrée à l'AFP. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, doit dévoiler ce chiffre lors de son discours de l'état de l'Union, au Parlement européen la semaine prochaine. Il était question jusqu'ici d'une fourchette entre 50 et 55 % qui glaçait le sang des stratèges de l'automobile. Cet objectif pour 2030 s'inscrit dans le projet plus vaste de la loi climat, présentée le 4 mars dernier par l'exécutif européen, qui fixe à 2050 l'objectif de neutralité carbone pour l'UE. En d'autres termes, l'équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre et leur absorption par des procédés de capture et séquestration. Pour atteindre cet objectif de 2030, plusieurs pistes sont envisagées et les différents secteurs de l'économie seront affectés. >> Lire l'article complet sur le site du Point

Travel / /Mice

Événementiel d'entreprise et contraintes sanitaires : le dilemme (in)surmontable ?

Les entreprises devront témoigner d'ingéniosité pour offrir à leurs collaborateurs des événements flexibles, pouvant si besoin, être annulables et remboursables afin d'entamer sereinement la reprise économique. Certaines entreprises jouent déjà la carte de la créativité en proposant un service sur mesure et adaptatif. Aménager un espace deux fois plus grand pour respecter les distances de sécurité, favoriser les portes automatiques ou celles pouvant être laissées ouvertes par des cales portes, privilégier un espace avec de multiples entrées et sorties pour gérer les flux variés, créer des pièces cocktail à base de pic ou de conditionnement individuel (telles que des verrines), privilégier le service sur buffet géré par une équipe ou encore le service en mouvement avec distribution de la pièce souhaitée par le client sur une serviette... ces services judicieux peuvent aisément être mis en place pour maintenir les événements d'entreprise. Enfin, le staff, présent du début à la fin, se chargera de manipuler la nourriture et de la gestion des déchets afin de minimiser les risques de transmission en respectant la distance d'1,5 mètre entre eux et le chef. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN


Carrière / RH / Management.... et autres!

Pourquoi cette impunité à l'égard des mauvais managers ?

Avez-vous déjà remarqué que les mauvais managers restent en poste et que ce sont leurs collaborateurs qui s'en vont ou alors restent et subissent ? Tout le monde connaît un mauvais manager que nous appellerons Pierre ou Pierrette, le genre étant sans incidence sur la médiocrité. Tout le monde sait que ce Pierre ou cette Pierrette est un mauvais manager. Ses collaborateurs ne sont pas épanouis dans leur travail. Leur désengagement est criant. Ils ne sont jamais volontaires pour un projet, jamais à l'origine d'une idée, d'une remarque. Ils écoutent et font. Ils exécutent ou plutôt ils s'exécutent. Ils ne se risquent à aucune initiative. Beaucoup se contentent d'être là physiquement et font leurs heures. Le présentéisme y est pratiquement la règle. Et le taux d'absentéisme de courte durée y est élevé ainsi que les arrêts maladie. Ce manager manage par la terreur. Quand il est là on entend les mouches voler, plus aucun rire ni bavardage. L'ambiance est détestable presque irrespirable parfois. Son service a le taux de turnover le plus élevé de l'entreprise. A chaque départ d'un membre de son équipe, on se contente d'en recruter un autre qui tient pendant quelques temps, puis craque.>> Lire l'article complet sur le site de BusinessInsider

Votre trajet pour aller au boulot vous manque ? C'est normal

Fin septembre, Microsoft annonçait une nouvelle fonctionnalité inattendue pour sa plateforme de télétravail Teams : des trajets travail-domicile virtuels. À première vue, ça a tout l'air d'un gadget complètement bullshit, au mieux inutile. Du genre dont le monde de la tech raffole. Mais à y regarder de plus près, l'idée n'est pas si saugrenue que ça. En mai dernier, après deux mois et demi de télétravail, un tiers des travailleurs et travailleuses regrettaient les embouteillages. Et ça ne risque pas de s'améliorer alors que de nombreuses entreprises continuent à pratiquer le travail à distance, au moins partiellement. Se forcer à effectuer un trajet avant et après le travail n'a rien à voir avec une forme de masochisme. Au contraire, ce serait plutôt pour notre bien. Le télétravail, imposé à la va-vite à cause de la situation sanitaire, gomme la frontière physique entre vie pro et vie perso. Au sein d'une même journée, il brouille aussi les limites entre temps de travail et temps de repos. Une étude menée sur plus de 10 000 personnes a montré que 35% des Américains et Américaines utilisent le temps gagné par l'absence de transport pour... travailler plus. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN

Apprendre à apprendre, un processus émotionnel plutôt qu'intellectuel

Le rôle du manager n'est donc pas seulement de créer le cadre du droit à l'erreur mais aussi d'accompagner ses équipes dans un cheminement émotionnel au terme duquel chacun s'autorisera à se tromper. Bien souvent, nous sous-estimons cette barrière psychologique que peuvent avoir beaucoup de salariés quand il s'agit de sortir de leur zone de confort pour atteindre la "zone d'apprentissage" et leur permettre d'acquérir une nouvelle compétence. Or rappelons ce que veut dire apprendre à apprendre : il s'agit non seulement d'être engagé dans un processus d'apprentissage, mais aussi, en parallèle, de mener une réflexion sur notre manière d'apprendre. On parle de "deutéro-apprentissage". J'apprends à réparer un vélo et je constate que j'apprends mieux lorsque je mets en pratique : à l'avenir, non seulement je saurai réparer un vélo, mais je saurai également comment apprendre à réparer une tondeuse ou une imprimante. L'erreur est donc nécessaire pour ancrer l'apprentissage de type 1 (apprendre à réparer un vélo) et pour construire l'apprentissage de type 2 (apprendre à apprendre en autonomie). >>Lire l'article complet sur le site de HBR

Cabinets de conseil : consultants et unités d'élite militaires, même combat ?

Les unités spéciales sont appelées à opérer dans le cadre de la résolution de situations extrêmement complexes où l'emploi d'une force plus conventionnelle est vain. Rompues aux missions difficiles dans des environnements hautement hostiles et incertains, elles sont capables d'évoluer en totale autonomie afin d'atteindre leurs objectifs le plus souvent sous contrainte de temps et avec un niveau de risque élevé. La conjonction d'une forte atomicité de compétences - permettant d'atteindre un haut niveau de technicité individuelle au service du collectif - et d'un haut degré d'autonomie et de confiance mutuelle, doit favoriser la convergence vers l'objectif principal de la mission : donner une issue positive à une situation inextricable. Les consultants - eux-aussi - opèrent dans des environnements que l'on peut parfois juger " hostiles " en vue de résoudre des problématiques complexes pour lesquelles ils ont été mandatés. Dépositaires de la qualité des méthodes à mettre en oeuvre et de l'adéquation du niveau de technicité du dispositif d'intervention proposé, ils doivent être en mesure d'élaborer - souvent dans un contexte fortement volatile et incertain - des démarches innovantes, structurées et robustes pour aboutir, en temps contraint, à des résultats probants, précis et objectivables en vue de faire évoluer une situation donnée.>> Lire l'article complet sur le site des Echos

Ca veut dire quoi le bien-être au travail ?

Pour Dominique Steiler, la complexité de la notion de bien-être au travail réside dans la question du rapport au temps. "Le temps de l'entreprise est celui de l'urgence, alors que celui de la personne et du bien-être est celui de la lenteur, nuance-t-il. Or, quand une entreprise investit, y compris la question du bien-être, elle attend un retour rapide sur investissement. " Pour le chercheur, les dirigeants réagissent de trois façons différentes face aux enjeux du bien-être. "Il y a ceux qui considèrent que c'est normal que le job soit difficile et mettent en place des actions pour faire taire la contestation. Il y a ceux qui ont compris qu'il faut avancer sur le sujet, mais ne savent pas comment s'y prendre. Et enfin, ceux qui ont compris que c'est un enjeu stratégique et s'en emparent à bras le corps." >> Lire l'article complet sur le site de Capital



Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet