En ce moment En ce moment

[Tribune] Le détournement du Lean Management

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Le Lean devait gérer les systèmes complexes

Mais le Muda, vainqueur du Mura et du Muri, cumule les erreurs : orientation exclusive vers la réduction des coûts, une attention détournée de la réflexion sur la demande, une approche centrée sur la productivité individuelle mettant en tension les individus, le désintérêt pour le système d'apprentissage, couronnant le tout des calculs statiques ignorants les incertitudes et variabilités du terrain faisant basculer les organisations dans des états chaotiques, ingérables avec force plans apportant tous une complexité à la complexité.

Donc le "lean new look" est le passeport pour l'échec de tous.

L'intensification des pressions productives, faible autonomie dans l'organisation du travail, menace sur l'intégrité physique et psychologique des acteurs...et 2% des projets "lean" parviennent a` remplir leurs objectifs. (Industry Week, 2008)

James P. Womack constate en 2006 : "Vingt ans après, il est frappant pour moi de constater combien nous avons consacré d'efforts à éliminer le gaspillage (muda) et combien peu nous nous sommes préoccupés du mura (irrégularité) et du muri (surcharge). En bref, l'irrégularité et la surcharge sont à présent les causes premières de gaspillage dans nombre d'organisations. Pire : elles ramènent le gaspillage la` même ou` les managers et les équipes opérationnelles croyaient l'avoir éliminé".

Le magnifique papier de Philippe Lorino, X Mines, professeur à l'ESSEC, mis à disposition de tous au sein des archives ouvertes de l'Essec, propose des pistes porteuses de progrès en réconciliant le Lean avec ses origines pour retrouver du (bon) sens.

Chercher les irrégularités - tenter de réduire la complexité (Mura) - ne revient pas à la nier ; abolir les surcharges (Muri) n'est pas contradictoire avec la recherche de productivité (Muda) ; la complexité ne se laisse pas enfermer dans des options binaires de type "A ou B/non A". Il est possible et même indispensable de simultanément réduire et traiter la complexité, innover et reproduire, agir sans perdre de temps et prendre le temps de penser...

Référence : La fuite managériale devant la complexité : l'exemple historique du "lean management" de Philippe Lorino, X Mines, professeur à l'ESSEC.
Je m'abonne

Patrick Chabannes

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet