Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

DossierFormation continue : répondre aux nouveaux besoins de la fonction achats

Publié par le

2 - Les pratiques d'avenir

La formation continue mise de plus en plus sur des analyses de cas pratiques, avec l'introduction de modules de "creative problem solving" et le développement des "soft skills".

  • Imprimer

Comme l'explique Natacha Trehan, responsable du Desma (IAE de Grenoble), "les copier-coller du passé et les logiques de 'best practices' appartiennent au passé. Il faut aller vers des approches holistiques ainsi que des approches de 'creative problem solving', d'où l'importance d'introduire des démarches de créativité au sein des masters de formation continue."

Le Desma est, d'ailleurs, le premier master en France à avoir introduit un module de "creative problem solving" au sein de sa formation continue. À noter, également, que l'IAE de Grenoble bénéficie des retombées directes des recherches du Cerag (Centre d'études et de recherches appliquées à la gestion, l'un des rares laboratoires universitaires en gestion rattachés au CNRS), qu'il transforme ensuite en outils opérationnels.

Mieux communiquer et écouter

Autre aspect fortement développé : les "soft skills". Certaines formations, à l'instar de celle du MAI de Bordeaux, misent de plus en plus sur le développement des qualités humaines des futurs diplômés afin qu'ils sachent mieux communiquer, écouter et gérer leurs équipes. Enfin, les formations mettent quasiment toutes l'accent sur une vision beaucoup plus internationale du métier d'acheteur.

Autre point fort de ces institutions, et non des moindres, les liens étroits tissés avec la profession, qui font bénéficier les personnes en formation de leurs interventions directes sur des sujets porteurs. À l'IAE de Grenoble, par exemple, le comité pédagogique est composé de 50% de directeurs achats et 50% d'enseignants-chercheurs. "Chaque année, ce comité réfléchit à l'évolution de la fonction et la manière d'actualiser les connaissances. À la rentrée prochaine, par exemple, nous allons beaucoup travailler sur la place des achats dans l'économie circulaire et l'économie de la fonctionnalité", poursuit Natacha Trehan.


Gordon Crichton (MAI Bordeaux)

"Convaincre les directeurs achats de travailler sur les soft skills"

Pour le patron du MAI de Bordeaux - rebaptisé Management des achats et de l'innovation en 2014 -, la clé de la réussite réside, aujourd'hui, dans le développement des "softs skills".

Or, selon lui, "en France, on ne mise pas assez sur ces nouveaux modèles de leadership basés sur les comportements émotionnels. On a des difficultés à convaincre les directeurs achats de travailler sur les soft skills. Dans la mesure, explique-t-il, où la fonction achats est de plus en plus intégrée en amont pour faire partie du 'big picture' au côté de la R & D ou du marketing, le développement des compétences relationnelles est la clé de la réussite des projets.

Vieux modèle basé sur le pouvoir

Le modèle de leadership qui existe dans les entreprises, aujourd'hui, est un vieux modèle basé sur le pouvoir. Un système que les Anglo-Saxons nomment 'commande and control', système que ne supporteront pas les générations Y et Z, car elles ont pris l'habitude de faire les choses par elles-mêmes."

La spécificité du MAI de Bordeaux, essentiellement à destination du middle management, réside donc dans la large place consacrée aux "soft skills" -presque la moitié de l'année de formation. L'objectif affiché par Gordon Crichton est qu'"ils innervent totalement la formation".

Anne-Sophie David

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Retour haut de page