Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

DossierFormation continue : répondre aux nouveaux besoins de la fonction achats

Publié par le

1 - Les parcours d'excellence

Face à l'évolution fulgurante de la fonction achats ces dernières années, les écoles et les universités revoient régulièrement leurs programmes de formation pour maintenir leur attractivité.

  • Imprimer

Depuis plus de dix ans, les écoles sont notées par le cabinet d'orientation SMBG, qui classe les meilleures formations master et MBA de France.

Au palmarès, six grandes écoles et deux universités se distinguent dans la catégorie achats : Kedge Business School (master achats internationaux et innovation - MAI de Bordeaux), Centrale Supélec (mastère spécialisé purchasing manager in technology and industry - MS PMTI), IAE de Grenoble (master professionnel Desma), Essec (mastère spécialisé gestion achats internationaux), EM Lyon Business School (mastère spécialisé acheteur manager international), ESCP Europe (mastère spécialisé management stratégique des achats et de la supply chain) et ESG MBA (spécialisé en management des achats). Côté universités : le pôle Léonard de Vinci (MBA spécialisé responsable des achats) et l'Université de Strasbourg (master 2 achat international).

Selon les responsables de ces cursus, il y a généralement deux catégories de personnes qui suivent ces formations : des acheteurs ou responsables achats déjà en poste et qui souhaitent monter en compétence, et parfois un, voire deux directeurs achats, ainsi que des gens n'ayant jamais fait d'achats de leur vie et venant d'horizons très variés (R&D, supply chain, marketing...). "Demain, cette double compétence sera très recherchée", annonce Natacha Trehan, la responsable du Desma (IAE de Grenoble).



Magali Testard (Deloitte)

"Une formation purement achats ne suffit plus"

Selon les résultats de la 4e édition de l'enquête mondiale Deloitte sur les directions achats publiés en avril dernier, si "les directeurs achats jouent plus que jamais un rôle-clé dans la compétitivité de l'entreprise", 57% des directions achats interrogées estiment qu'elles ne sont pas dotées des compétences achats nécessaires pour faire face au vent de la concurrence.

"Ce 57% est tiré par l'Asie Pacifique à 81%, l'Amérique du Nord à 64% et ­l'Europe­ à 50%", précise Magali Testard, associée conseil responsable achats et supply chain chez Deloitte. "Les achats participent de plus en plus à la post-acquisition, à la post-fusion, etc., explique-t-elle. Pluridisciplinaires, ils sont de plus en plus dans la stratégie et doivent travailler davantage dans la collaboration. Ils sont un business partner qui travaille avec des business partners et doivent donc être très proactifs, dans le relationnel et très orientés soft skills. Et là, il y a un vrai manque de formation. Si le cursus de formation évolue, dans les entreprises encore trop peu d'acheteurs ont suivi des ­formations achats et rares sont ceux capables d'avoir une vision à 360° pour travailler sur les enjeux de l'entreprise."

Mixer les modules achats avec d'autres formations

Magali Testard, qui a elle-même suivi le master "gestion des achats internationaux" de ­l'Essec (en formation continue) à la suite d'une école de commerce, ajoute que la fonction étant de plus en plus intégrée en amont dans les cercles de décision, "une formation purement achats ne suffit plus". Selon elle, "les écoles et universités devraient envisager de mixer certains modules achats avec d'autres formations afin d'enrichir les contenus et donc, in fine, les futurs acheteurs."

Anne-Sophie David

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Retour haut de page