Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

DossierFormation continue : répondre aux nouveaux besoins de la fonction achats

Publié par le

4 - Des formations plus business

Certaines écoles, qui développent l'interculturalité dans tous les sens du terme, estiment que l'acheteur doit se doter d'une vision business globale, pour devenir un "business driver" capable d'implémenter des stratégies.

  • Imprimer

"L'acheteur doit sentir le vent de la concurrence", estime Benjamin Pierre, de l'Institut Léonard de Vinci. Il doit donc se doter d'une véritable vision business.

"Pour moi, la fonction achats doit se rapprocher de l'innovation et du marketing pour être plus près du business et moins le nez dans des tableurs Excel, comme c'était le cas il y a 20 ans", explique également Olivier Wajnsztok, président de l'association des anciens du MAI de Bordeaux et directeur associé du cabinet de conseil AgileBuyer. La spécificité du MAI de Bordeaux réside, d'ailleurs, dans l'appréhension du binôme marketing/achats. L'objectif affiché par le patron du master, Gordon Crichton, est de "former des business drivers".

Stratégies achats transversales

À l'Essec, on forme aussi des managers achats capables de mettre en musique des stratégies, comme l'explique Patrice Pourchet, directeur pédagogique de la gamme achats de l'Essec Executive Education : "Aujourd'hui, les entreprises sont globalisées et recherchent donc des gens capables de mettre en oeuvre des stratégies achats très transversales qui tiennent la route".

Destinées au middle management et aux futurs dirigeants achats, les formations de l'Essec proposent des modules de spécialisation au management des métiers achats, également disponibles en anglais. Au menu : explication et imprégnation des meilleures pratiques managériales, en intégrant, notamment, tout ce qui relève de l'open innovation, de la transformation digitale et de la construction de nouveaux modèles économiques, dont l'intermédiation (Uber, Blablacar...) ainsi que la capacité à créer et à animer des réseaux. Objectif : poser le rôle des achats dans ces transformations dans le but de construire de nouvelles approches.

L'Essec a choisi également de miser sur l'approche interculturelle en capitalisant, notamment, sur son campus de Singapour. "Comprendre comment les différences interculturelles jouent un rôle dans les comportements des acteurs, c'est donner aux managers achats les clés pour mieux appréhender la diversité du monde et en faire un effet de levier aux achats", affirme Patrice Pourchet (Essec Business School).

Cours de géopolitique

L'interculturalité, le master "responsable des achats" du pôle universitaire Léonard de Vinci (désormais titre niveau 1 - bac + 5 - inscrit au RNCP) a choisi également de la développer à la rentrée. Vingt-et-une heures seront dédiées à un cours sur les États-Unis avec un intervenant parlant couramment le suédois, le danois et l'anglais, et sur l'Asie et le Moyen-Orient avec un intervenant indien. Ces cours sont totalement dispensés en anglais.

Des cours de géopolitique aideront aussi les acheteurs à comprendre comment les grands ­bouleversements peuvent également impacter la stratégie achats. Benjamin Pierre a souhaité, en outre, que 6 heures de formation soient consacrées au transport international ainsi qu'à la réglementation douanière. Il ajoute que la spécificité de ce master réside dans l'organisation de nombreuses visites d'entreprises pour, explique-t-il, "aller à la rencontre des services achats ou des services logistiques. Les étudiants qui suivent la formation en 'part time' vont pouvoir réaliser un diagnostic de leur propre structure d'achats ou d'une structure extérieure avec préconisation d'actions. Le but étant d'être très opérationnel".

La "Purchasing academy" du groupe Seb

Une académie à vocation mondiale

Et pourquoi ne pas suivre la formation continue conçue par sa propre entreprise ?
Certains groupes proposent, aujourd'hui, à leurs collaborateurs des cursus maison pour les faire monter en compétence.
Le groupe Seb, par exemple, a créé sa propre "Purchasing academy", une académie à vocation mondiale qui se met en place dans quatre endroits dans le monde (Brésil, France, deux sites en Chine) et dans trois langues (français, anglais, chinois) pour les 300 collaborateurs du groupe qui travaillent dans les achats.

60 managers achats de toutes les entités du groupe
Lors de la 8e édition de la "Purchasing week", organisée par la direction des achats du groupe Seb fin mai dernier, plus de 60 managers achats de toutes les entités mondiales du groupe s'étaient donné rendez-vous pour discuter développement des compétences.
Une occasion en or, comme l'explique Hervé Montaigu, le directeur des achats du groupe. "Nous avons profité du fait que tous les mondiaux étaient présents pour faire cinq cycles de formation en parallèle autour de sujets tels que 'legal et finance', 'négociation', 'management des fournisseurs clés', 'construction d'une stratégie achats' et une nouvelle initiative lancée cette année, intitulée 'post-training', module qui s'adresse à 12 personnes ayant suivi des formations il y a un ou deux ans, pour avoir un retour d'expérience et savoir comment elles leur sont utiles au quotidien."


Anne-Sophie David

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet

Retour haut de page