En ce moment En ce moment

Système d'information - progiciels intégrés et ERP : comment faire son choix

Publié par le
Système d'information - progiciels intégrés et ERP : comment faire son choix

Je m'abonne
  • Imprimer

Exploitation "on-premise", cloud ou hybride

" Bien que très séduisant, un intégré 100 % SaaS reste utopique pour les moyennes et grandes entreprises "

Le premier groupe de critères concerne la solution elle-même, sur des aspects factuels, en commençant par le mode d'exploitation et la couverture fonctionnelle. " Il s'agit en fait des aspects décrits dans le cahier des charges, facilement vérifiables auprès de l'éditeur ", explique Jérémy Grégoire, responsable marketing ERP chez Divalto. Si le mode d'exploitation "on-premise" (installation sur site) reste majoritaire, de plus en plus d'entreprises s'intéressent au cloud, et plus particulièrement au SaaS (service applicatif). Ou optent pour une configuration hybride de leur ERP, permettant de garder sous contrôle les modules les plus stratégiques ou manipulant des données sensibles. " Bien que très séduisant, un intégré 100 % SaaS reste utopique pour les moyennes et grandes entreprises, qui ont souvent de fortes particularités et sont très sensibles aux aspects sécuritaires ", explique Nicolas Dalbignat, directeur des ventes chez Qualiac. Cegid a été l'un des premiers à proposer ses solutions sous forme de services, notamment à travers son offre Yourcegid. Depuis, la plupart des acteurs ERP ont franchi le pas, avec des formules allant jusqu'au mode SaaS le plus abouti, en environnement multi-instance autour d'un code source standardisé et partagé. " Même s'il répond parfois mieux aux besoins, choisir un ERP exploité de façon traditionnelle, c'est se mettre en danger à moyen terme ", explique Laurent Dechaux, vice-président applications ERP Europe de l'Ouest chez Oracle.

En ce qui concerne la couverture fonctionnelle, une question se pose : faut-il privilégier la profondeur, c'est-à-dire l'étendue des fonctionnalités, ou l'adéquation aux besoins ? " Il faut d'abord viser la juste couverture fonctionnelle, pour une taille d'entreprise ou un secteur d'activité donné, explique Jérémy Grégoire (Divalto). Mais aussi anticiper les évolutions, en fonction de la stratégie ou du contexte économique. " Le choix doit aussi tenir compte des capacités techniques de l'ERP, en termes de compatibilité avec le système existant et d'interfaçage, ainsi que de son ergonomie. Qu'il s'agisse d'une question de confort ou de simplicité d'utilisation, voire d'utilisation en situation de mobilité, elle est devenue déterminante aux yeux des entreprises pour améliorer le taux d'adoption et donc le retour sur investissement de leur projet. Le prix est d'ailleurs un autre critère majeur de sélection, plus exactement le rapport fonctionnalités/prix. " Il s'agit surtout de raisonner dans une approche en coût complet, ou TCO, pour tenir compte de l'investissement de départ (licence, déploiement, formation, etc.) mais aussi des frais récurrents en se projetant à trois ou cinq ans ", explique Patrick Rahali (CXP). " Attention à la tentation d'aller vers la solution la moins chère ", prévient toutefois Nicolas Dalbignat (Qualiac), conseillant de s'appuyer sur des retours d'expérience d'autres clients, pour des profils d'entreprise et un contexte de projet comparables.

Lire la suite en page 3

Je m'abonne

Thierry Parisot

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet