Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par Marie-Amélie Fenoll le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Pour ou contre des acheteurs spécialisés digital?

Doit-on recruter des acheteurs spécialisés digital? Non, répond Pascal Pelon d'Axa France pour qui par définition "les acheteurs ne doivent pas être des spécialistes d'un domaine mais des personnes travaillant de manière collaborative et sachant déléguer". Un avis partagé par Fabien Krawczyk de la Poste, "il est dangereux d'opposer des acheteurs du vieux monde et des acheteurs dits "digital native"".

"On ne changera pas tout le monde. Il faut s'asseoir sur les compétences et s'appuyer sur ses partenaires pour la formation", assène à son tour Hervé-Claude Lambert de Sanofi. L'entreprise a ainsi recruté des digital natives de grandes agences en France mais aussi aux USA, en Chine ou en Russie. Quelques recrutements externes d'acheteurs IT spécialisés digital ont été lancés pour des "urgences". En parallèle, des "digital innovation days" ont été organisés. Ces journées thématiques pilotées par les achats ont permis de former plus de 500 personnes du groupe (acheteurs et marketeurs) sur 3 ans. Chez Bouygues Télécom, en raison d'un budget formation "limité", on développe "l'agilité des acheteurs". Ainsi, la formation se fait en interne "sur le tas" mais également à l'aide de MOOC identifiés.

Un projet de "data mining" achat

Et en quoi le digital a influencé le métier? Au siège d'Axa France cela se traduit par un espace de travail entièrement repensé. Désormais, les armoires ont été bannies pour aller vers du zéro papier. "Il y a une digitalisation sur l'ensemble de la chaîne achats. Il n'existe plus de contrat papier. Et au final, nous avons observé un gain d'efficacité de la fonction de 10 à 15%", précise Pascal Pelon. Le seul hic? Les factures papier qui sont encore trop nombreuses.

Chez Bouygues Télécom, un projet de "data mining" achat est en cours. La directrice achats souhaite exploiter les données des factures clients au même titre que d'autres services de l'entreprise qui exploitent leurs données clients. Dans les faits, il s'agit de combiner une lecture optique des et une recherche sémantique pour "faire parler les données" desdites factures. Pour se rendre compte de la viabilité du projet, les achats se sont penchés sur les factures du marketing et ventes (550 fournisseurs pour 600 millions de budget achats) en remontant à la main l'ensemble des données des factures pour établir un cahier des charges pour le projet de data mining.

Enfin, chez Sanofi, la digitalisation s'applique à l'événementiel. "Ainsi, sur un évènement de type mondial, au lieu de dépenser 300 000 euros pour rassembler toutes les équipes, on arrive à n'en dépenser que 30 000 en utilisant les technologies adéquates", détaille Hervé-Claude Lambert, vice president Sanofi global procurement, Marketing and Sales. Un océan de possibilités semble s'ouvrir à la fonction....

Je m'abonne
Marie-Amélie Fenoll

Marie-Amélie Fenoll

Journaliste

Journaliste depuis près de 6 ans, j’ai rejoint l’univers des achats et de la presse professionnelle en 2010. Un nouveau monde s’est ouvert à moi sur le [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles