Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

TDA 2018 - Thierry Bellon a façonné les achats de Air France pour en faire un élément de compétitivité

Publié par Aude Guesnon le - mis à jour à
TDA 2018 - Thierry Bellon a façonné les achats de Air France pour en faire un élément de compétitivité

Les difficultés galvanisent Thierry Bellon, senior vice-président et CPO de Air France qui, malgré un contexte souvent heurté, amène chaque jour un peu plus sa direction achats vers la création de valeur. Il a beau ne pas aimer le terme: son équipe est devenue un vrai business partner.

Je m'abonne
  • Imprimer

Thierry Bellon n'aime pas être en zone de confort. Et depuis qu'il travaille pour Air France, il a été servi. Il a vécu bien des changements, de postes, de gouvernance, des turbulences, aussi, et des projets d'envergure. "Cette entreprise est passionnante car elle évolue dans un environnement très heurté; l'aérien étant une activité sensible à des aléas de tout type. On doit s'adapter à tout moment à un contexte changeant." Mieux, les difficultés le galvanisent: "Les périodes de crises sont favorables aux achats, car elles imposent de donner une nouvelle dimension à la coopération achats-business". Il a tracé sa route avec brio, et toujours ce sourire doux qui ne le quitte jamais.

Thierry Bellon a fait ses premiers pas chez Elf Aquitaine, lorsqu'il terminait Supaéro. L'économie étant son autre marotte, il poursuivit sa route en modélisant l'évolution des prix du pétrole et son impact sur l'inflation et la croissance mondiales : un sujet de Doctorat qui l'a passionné. Et, histoire de s'occuper, il passait en parallèle une licence en histoire de l'art. En 1984, Thierry est entré chez Air France en tant qu'ingénieur, pour s'occuper des bagages au moment où la compagnie créait une plateforme de correspondance, devenue hub depuis. Chargé de mission sur le paiement électronique, il s'est vite retrouvé en charge d'une équipe de 150 mécanos à la maintenance des avions. Du management, il ne savait rien. Il a appris en marchant. Il a ensuite occupé un poste de responsable veille économique et concurrentielle (1987 -1990) puis a rejoint la cellule stratégie groupe avant de devenir conseiller technique auprès du président. Il y passa trois années passionnantes avant de piloter un projet de franchise pour le transport aérien. "Ma mission consistait à construire un dispositif innovant avec les compagnies régionales françaises (l'ensemble deviendra Hop! par la suite)".

Lire la suite en page 2: "En période de crise, seul le jeu en équipe permet de trouver de nouveaux gisements d'économies"


"En période de crise, seul le jeu en équipe permet de trouver de nouveaux gisements d'économies

En 1994, il devint adjoint du directeur général de la toute nouvelle Business Unit Afrique / Moyen-Orient, avant de devenir le CFO de l'ensemble de l'activité passagers. En 1998, il monta et pilota le premier plan triennal de compétitivité du groupe avant de devenir, en 2001, directeur adjoint du contrôle de gestion du groupe, jusqu'en 2008 où il arriva... aux achats. "Avant que Jean-Cyril Spinetta ne me propose ce poste, je n'y avais pas pensé!", s'amuse-t-il. "Pour beaucoup, dans l'entreprise, passer par les achats lors d'un projet constituait un traumatisme. Ils étaient vécus comme des censeurs procéduriers. Je m'en suis souvenu..." Sa mission: remettre la fonction achats au centre du jeu en s'appuyant sur une centralisation du Procurement Air France - KLM, "le moyen d'avoir une vraie cohérence et de l' efficacité dans l'action". Et, dit-il, "le fait que je connaisse déjà tous les patrons des BU m'a beaucoup aidé". Ensuite, raconte-t-il, "La crise des subprimes et le choc financier ont vraiment donné un nouvel élan à la coopération achats-business. En période de crise, seul le jeu en équipe permet de trouver de nouveaux gisements d'économies. J'ai réalisé que dans les projets de transformation, les achats jouaient un rôle majeur, un peu technique, bien sûr, mais, finalement, surtout humain dans leur capacité à convaincre et entraîner les différents acteurs".

Autre rôle majeur, pour lui, la quête de l'innovation: "Les acheteurs sont bien placés pour injecter de l'innovation venant de l'extérieur et travailler son acceptabilité par les métiers."Et même s'il n'est pas fan du terme business partner, c'est bien ainsi qu'il a positionné sa direction achats en interne. En externe, elle est attentive à ses fournisseurs - "ne fais jamais aux autres ce que tu ne veux pas qu'on te fasse" étant le crédo de Thierry - avec qui il s'efforce de créer des relations de partenariat équilibrées. En particulier avec les PME, partenaires privilégiés de co-innovation. La dimension RSE est une priorité. Air France KLM est notamment très en pointe sur le recours au secteur adapté. "Ce sont des valeurs qui sont dans l'ADN des achats d'Air France". L'image de la fonction a évolué au sein du groupe": "Notre équipe à la chance d'être considérés comme un contributeur essentiel à l'amélioration de compétitivité du groupe; pas uniquement sur les coûts, mais comme de vrais créateurs de valeur." Une équipe qu'il s'efforce de toujours faire monter en compétences -"nous développons leur employabilité: c'est essentiel", comme en témoigne la formation diplômante Achats Bac+5 dont la première promotion vient d'être couronnée.

Le plan "Ambitions achats", sur lequel il vient de l'engager va y concourir puisqu'il s'agit notamment de renforcer la vision stratégique. "Mes acheteurs doivent dégager plus de temps pour penser ce que sera demain. Nous créons des postes d'acheteurs projets stratégique : ils ont 6 mois pour creuser un sujet lié à une évolution majeure du contexte et proposer une stratégie qu'ils partagent avec toute l'équipe ... car nous avons tous la conviction que les acheteurs jouent un rôle essentiel dans la construction d'un monde plus respectueux des autres et plus juste".

Air France

Activité: Compagnie aérienne

CA Air France : 16 milliards

Effectif : 48000 personnes

Budget Achats ( Air France) : 7,6 milliards €

Effectifs Achats : 200 personnes

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page