En ce moment En ce moment

Les tendances et priorités des départements achats pour 2018

Publié par le | Mis à jour le
Les tendances et priorités des départements achats pour 2018

Les départements achats, moins centrés sur leur objectifs de réduction des coûts, veulent chouchouter leurs fournisseurs et s'investir d'avantage en termes de RSE. C'est ce que révèle notamment la 8e édition de l'étude "Tendances et priorités des départements achats". Leur cote d'amour va grimper!

  • Imprimer

La huitième version de l'étude* AgileBuyer sur la fonction achats, tous secteurs confondus, et ses priorités, baptisée "Tendances et priorités des départements achats pour 2018", vient de sortir, réalisée, cette année, en partenariat avec le Conseil national des achats. "Cette étude est devenue le marqueur des publications annuelles dans le domaine des achats; c'est l'une des analyses les plus attendues et les plus pertinentes", commente Marc Sauvage, président du CNA, en introduction du document.

L'édition 2018, s'intéresse plus particulièrement aux relations entre les acheteurs et les fournisseurs. AgileBuyer et le CNA ont cherché à savoir si "Les objectifs de réduction des coûts et de réduction des panels fournisseurs sont toujours aussi importants ?", si "La continuité et la sécurisation des achats sont-elles de plus en plus prioritaires ?" et si "Les directions des achats mettent-elles en place des actions pour valoriser leurs fournisseurs ?" Les deux partenaires ont aussi voulu savoir si "Les acheteurs sont sensibles au respect des délais de paiement". Et c'est là l'un des enseignements majeurs de cette étude retenus par son chef d'orchestre, Olivier Wajnsztok, directeur associé du cabinet AgileBuyer, conseil et ressources achat: "Les entreprises entrent dans une ère inédite de "calinothérapie" vis-à-vis de leurs fournisseurs, afin de mieux les fidéliser et de favoriser l'innovation (notamment avec les PME et les start-up)". C'est, dit-il, "une tendance de fond que l'on sentait mais que l'on ne parvenait pas à chiffrer. Un changement dans la volonté de faire pression sur les coûts, pour (re)nouer des relations plus proches et soutenues avec les fournisseurs."

"Une sorte de reverse-compétition risque bien de s'instaurer..."

L'étude ne se limite pas à la gestion de la relation fournisseurs, comme le souligne Marc Sauvage: "Tout y est abordé, poursuit-il, "les priorités en termes de recherche de performance, le positionnement stratégique de la fonction, la sécurisation des achats, les achats responsables, etc. On découvrira notamment que, à l'aune de la reprise économique, les acheteurs vont probablement devoir travailler leur attractivité pour préserver et développer leur panel fournisseurs. Une sorte de reverse-compétition risque bien de s'instaurer..." Les deux autres enseignements majeurs, après la "calinotéhrapie" pointée par Olivier Wajnsztok, concernent les objectifs de réductions des coûts des départements achats et les achats Made in France. L'étude démontre que les objectifs de réduction des coûts "s'affaiblissent pour la première fois depuis 5 ans, même s'ils restent un objectif prioritaire. Et ce, aussi bien dans le privé que dans le public". Quant aux achats "Made In France, ils commencent à prendre forme "dans le B-to-B et à être suivis après des années d'indifférence. Le Made in France devient un critère d'achats à part entière et un indicateur de plus en plus suivi", souligne Olivier Wajnsztok.

Lire la suite en page 2: Les priorités des départements achats en 2018 et les chiffres-clés à retenir sont...

la rédaction

La rédaction vous recommande

Par Manutan

Si la plupart des entreprises tire aujourdhui profit des donnees relatives leurs achats strategiques 79 admettent ne pas avoir de vision globale [...]

Sur le même sujet

Ecosystème

Par Carine Guicheteau

Rebondissement après rebondissement, le Brexit nous tient en haleine. Mais, malgré les incertitudes sur les conditions du divorce, vous devez [...]