En ce moment En ce moment

Comment évaluer la fiabilité de ses fournisseurs dans la crise, en termes financiers et de conformité ?

Publié par le - mis à jour à
Comment évaluer la fiabilité de ses fournisseurs dans la crise, en termes financiers et de conformité ?

Bien que la crise de la Covid-19 ait apporté son lot de difficultés, elle a également mis en évidence l'évolution des priorités stratégiques des entreprises. Cette pandémie a bousculé nos perceptions et a révélé, entre autres, l'importance de la maîtrise de la chaîne d'approvisionnement.

Je m'abonne
  • Imprimer

Depuis maintenant un an, la pandémie a bouleversé nos façons de travailler. Ainsi, au début de la crise, l'urgence induite par la pénurie de masque a créé des opportunités pour les fraudeurs de profiter de la situation. Au-delà de cet exemple, la crise a mis en évidence la difficulté d'évaluer à distance la fiabilité des fournisseurs, particulièrement quand ceux-ci sont situés à l'étranger et lorsque les moyens de vérification usuels sont moins facilement accessibles à cause du télétravail.

La fiabilité financière, premier axe d'analyse de la chaîne d'approvisionnement

L'évaluation de la fiabilité financière des fournisseurs est particulièrement nécessaire lorsque la transaction est stratégique, substantielle ou de longue durée. En effet, il est crucial de s'assurer que ce dernier assurera sa livraison à temps et selon les standards de qualité entendus. Pour cela, les vérifications doivent être directement proportionnelles aux caractéristiques du fournisseur (pays d'activité, industrie, etc.) mais également au type de transaction. En effet, au-delà de vérifier l'existence effective du fournisseur (via numéro de TVA ou extrait du registre du commerce local), il sera nécessaire d'obtenir et d'analyser des données financières afin d'évaluer sa pérennité en prenant considération certains ratios et indicateurs, comme son niveau d'endettement.

La complémentarité des diligences de fiabilité et de conformité

Par ailleurs, l'analyse de la réputation du fournisseur, via des diligences plus ou moins poussées, doit également être menée afin de considérer les risques potentiels dans la poursuite d'une relation d'affaires. En effet, même si l'analyse des éléments financiers fournis peut démontrer une bonne solvabilité, une mauvaise réputation pourra révéler des pratiques commerciales trompeuses ou déloyales, des litiges commerciaux ou même la manipulation de données financières.

Aussi, les registres de commerce peuvent permettre d'identifier le bénéficiaire ultime ou des ramifications entre plusieurs sociétés. Il sera donc nécessaire de conduire des vérifications additionnelles afin de considérer le fournisseur dans son environnement complet et d'enrichir l'appréciation de sa réputation et sa fiabilité.

Des éléments d'information à prendre dans leur globalité

Sans tirer des conclusions hâtives, une analyse des données collectées dans leur globalité et leur mise en perspective devra faire partie des diligences. Ainsi, une société pourra par exemple avoir modifié ses pratiques commerciales suite à un changement de propriétaire. Le risque n'étant toutefois pas totalement atténué, la transaction pourra se réaliser mais des mesures compensatoires devront être mises en place.

La fiabilité du fournisseur en termes de conformité doit également être évaluée selon plusieurs réglementations (telles que la loi Sapin sur la prévention de la corruption, la loi sur le devoir de vigilance, la protection des données à caractère personnel, etc.), à déterminer en fonction des caractéristiques spécifiques du fournisseur et de la transaction. En effet, effectuée en parallèle des diligences financières et complétant les demandes de documents au fournisseur (questionnaire, preuves de la mise en place de programmes de conformité), cette évaluation permettra d'identifier des éléments qui donneront une vision plus juste des risques juridiques et de réputation encourus en faisant affaire avec ce fournisseur.

Des outils pour opérationnaliser les diligences sur les fournisseurs

Pour répondre à ces besoins d'information sur la fiabilité des fournisseurs, deux outils seront à considérer. D'une part, une matrice d'évaluation des risques des fournisseurs permettra de dimensionner pragmatiquement la nature et l'étendue des due diligences à effectuer. D'autre part, un outil de filtrage permettra d'automatiser certaines diligences. Cet outil, bien qu'évidemment optionnel, accélèrera énormément l'évaluation initiale du fournisseur en interrogeant plusieurs bases de données publiques simultanément afin d'identifier rapidement tout Red Flag. Néanmoins, il arrive que la quantité ou le type d'information produite soit difficilement interprétable, ou que des approfondissements soient nécessaires. A cette fin, il existe des prestataires dont la recherche d'information, mais surtout l'interprétation et l'analyse des résultats, est le domaine d'expertise.

L'évaluation de la fiabilité financière et de conformité des fournisseurs ne sont que des maillons permettant de sécuriser la chaîne d'approvisionnement. D'autres maillons, basés sur la cartographie des risques pourront aussi être évalués, telles que les exigences ESG, la cybersécurité, etc. Nous entrons de plain-pied dans une nouvelle ère à laquelle il est nécessaire de s'adapter.

Par Caroline Leblanc, associate managing director "Business Intelligence and Investigations" de Kroll



Louis-David Magnien, regional managing director "Business Intelligence and Investigations" de Kroll


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Caroline Leblanc, Louis-David Magnien chez Kroll

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet