En ce moment En ce moment

Publié par Jean-Philippe Arrouet le | Mis à jour le
© Syda Productions - Fotolia

Je m'abonne
  • Imprimer

Un gain de temps

Une solution adoptée par les laboratoires Hartmann dont la flotte de commerciaux se compose de 240 véhicules premium. "Nos collaborateurs travaillent en home office. Par conséquent, il n'y a pas de lieu pour inspecter les véhicules, explique Patricia Azevedo, en charge de la flotte. Chacun faisait faire un ou deux devis auprès d'un garage qu'il connaissait." Une perte de temps pour les collaborateurs et le gestionnaire. "Nous n'avons plus à faire de comparatif ou d'étude de devis", se félicite-t-elle. Désormais, Autogriff maîtrise les montants et il dispose des coordonnées des collaborateurs pour gérer le chiffrage et la réparation avec eux. Le coût de l'expertise de pré-restitution à distance (36 euros) est rentabilisé sur une flotte à partir d'une quarantaine de véhicules. Surtout, ce type de service réduit un autre coût caché : le temps que consacrent les gestionnaires à la préparation et au suivi des restitutions.

Trois questions à Fabrice Denoual, président de la commission communication de Sesam lld et directeur général d'ALD Automotive*

La restitution est-elle toujours un "épouvantail" pour les gestionnaires de flottes ?

C'est un point de douleur dans le parcours client mais son impact est très variable selon les flottes et les activités. à l'échelon de Sesam lld, nous avons travaillé avec tous les acteurs pour mettre à disposition un guide avec des typologies d'état des véhicules standards et homogènes. Il fera d'ailleurs l'objet d'une mise à jour d'ici la fin de
l'année pour s'adapter aux évolutions
technologiques des véhicules.

Mais les entreprises ont parfois l'impression d'un chiffrage opaque ?

Aujourd'hui, la transparence est complète car la restitution fait appel à des experts indépendants et à la prise de photos. Le client reçoit une estimation des coûts de
réparation avec matière et main d'oeuvre, auxquels s'applique un coefficient de dépréciation selon l'âge et le kilométrage. Cette transparence a permis un dialogue et une meilleure compréhension mais il est vrai que les grandes flottes connaissent mieux ces coûts. Elles peuvent s'appuyer sur l'expertise de leurs sinistres pour les comparer. Elles ont également les moyens de challenger les estimations, au besoin en faisant appel à une aide extérieure.

Quel accompagnement peut-on attendre de son loueur ?

Nous avons un rôle de conseil essentiel en amont de la restitution. Par exemple en indiquant au client s'il est plus favorable pour lui de déclarer les dégâts comme sinistre à son assureur ou de régler des frais de remise en état. Pour rassurer les clients, certains loueurs proposent également des assurances couvrant les frais de remise en état. C'est une quote-part du loyer mensuel qui permet d'éviter les "surprises". Par
ailleurs, nous sensibilisons les gestionnaires à la nécessité de sensibiliser leurs conducteurs à prendre soin de leur véhicule et à ne pas les laisser se dégrader. Enfin, la restitution est un enjeu dans la relation commerciale : chaque loueur a une marge de négociation des franchises selon la taille et la rentabilité du client. Dans les grandes flottes c'est forcément discuté.

Je m'abonne
Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet