En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Payer ses camions 13 % moins cher

Jusqu'au 31 décembre 2019, c'est possible et c'est l'État qui paie. À condition de choisir une motorisation fonctionnant au gaz naturel véhicule (GNV) ou à l'éthanol ED95. Que l'entreprise recoure à une acquisition simple, à un crédit-bail ou à une location avec option d'achat (LOA), elle est autorisée à pratiquer un "sur-amortissement" à hauteur de 140 % du prix du poids lourd (article 39 decies A du Code général des impôts). Concrètement, au lieu d'amortir sur le nombre d'années de détention du véhicule un montant égal au prix qu'elle a effectivement payé (hors frais financiers), l'entreprise le majore de 40 %. En fin d'année, ce montant vient en déduction du résultat imposable, ce qui se traduit par une réduction de l'impôt sur les sociétés équivalente à 13 % du prix initial du véhicule. La future loi d'orientation des mobilités, qui devrait être débattue cet automne, pourrait étendre le sur-amortissement aux camions roulant à l'électricité ou à l'hydrogène et prolonger ce coup de pouce fiscal jusqu'en 2021.


Le pneumatique devient intelligent

Parce qu'ils ne sont pas seulement remplacés mais recreusés ou rechapés, les pneumatiques constituent un élément du TCO à maîtriser sur les poids lourds. De simples fournisseurs de pneus, les manufacturiers évoluent vers des contrats de services déchargeant l'entreprise de la gestion de ce poste. Avec " Conti 360° Fleet Services" , Continental entend surveiller les pneumatiques de ses clients PL pour optimiser leur durée de vie donc les dépenses. Sans compter les coûts indirects : " Un sous-gonflage de 10 à 15 % équivaut à une dérive de consommation de carburant de 3 % ", alerte Yann Le Chevalier, responsable marketing poids lourds. Continental a également développé une solution de maintenance préventive à base de capteurs de pression (TPMS) communicants (850 €, plus de 250 à 300 € pour la pose). Si un pneu fuit, le chauffeur et le gestionnaire de parc sont alertés, ce qui évite une immobilisation consécutive à une crevaison lente.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Jean-Philippe Arrouet

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet