En ce moment En ce moment

Exploiter les atouts de la location moyenne durée

Publié par Jean-Philippe Arrouet le
Exploiter les atouts de la location moyenne durée

Je m'abonne
  • Imprimer

Cibler sa durée de location

Au-delà d'un mois, la LMD devient plus compétitive. Le modèle économique de la moyenne durée, fondé sur l'amortissement de véhicules récents et faiblement kilométrés, permet d'accéder à des tarifs plus avantageux quand la durée de location augmente. Chez Kéolease, spécialiste de la moyenne durée, les loyers diminuent de 15 % à partir de douze mois de location. Au-delà de douze mois d'affilée, la question du passage à la location longue durée (LLD) se pose. Chez ALD Automotive (ALD Rent) ou chez Alphabet, l'offre est d'ailleurs limitée à douze mois, alors qu'Arval (Arval Moyenne Durée) propose jusqu'à vingt-quatre mois. Dans tous les cas, des dérogations peuvent se négocier. " Avant la date de restitution, nous prévoyons un rendez-vous avec le client et la possibilité de prolonger le contrat ", indique Patricia Caulfuty, directrice de la performance commerciale d'Arval. Cependant, les prolongations au-delà des maxima prévus restent rares, dans la mesure où les durées moyennes observées se situent autour de six mois de location. Et il n'est pas certain que prolonger la LMD demeure la solution la plus compétitive. " En cas de prolongation d'un mois, notre tarif reste le même ", précise Olivier Monot d'Alphabet. Cependant, le passage à la LLD devient plus avantageux dans ce cas de figure (5 à 10 % de moins sur la facture), avec la possibilité de repartir en longue durée au volant d'un modèle neuf de son choix. En revanche, en cas de location plus courte que prévu, attention aux pénalités qu'appliquent encore ­certains loueurs.

En ce qui concerne le kilométrage, les règles diffèrent d'un loueur à l'autre. Chez Rent A Car, la moyenne durée s'adresse aux gros rouleurs. " Notre proposition débute à 3 000 kilomètres par mois, jusqu'à 5 000 voire davantage à la demande ", précise José Esmeriz, responsable d'une dizaine d'agences dans le secteur sud de Paris. Alphabet a ciblé une fourchette comprise entre 2 000 et 4 000 kilomètres mensuels, alors qu'Arval propose jusqu'à 6 000 kilomètres par mois.

Surveiller le kilométrage

D'autres loueurs ont établi des paliers, comme ALD Automotive : " Nous avons des grilles de kilométrage de 2 500, 3 500, 4 500 ou 6 000 kilomètres ", détaille Laurent Corbellini, directeur du développement commercial. Même principe dans l'offre de Hertz, qui débute à 1 500 kilomètres par mois avec cinq paliers mais aussi, pour les petits rouleurs, une facturation au kilomètre (500 km par mois inclus puis 10 centimes HT par kilomètre supplémentaire). Aujourd'hui, les acteurs du marché n'appliquent pas de pénalités en cas de changement de forfait. Mais si la loi de roulage n'est pas adaptée, il revient au gestionnaire de parc de faire la démarche pour demander à changer de forfait kilométrique le mois suivant. Chez Hertz, les kilomètres non parcourus peuvent être reportés le mois suivant. Quant à Kéolease, il propose de rembourser ses clients des kilomètres inclus dans le forfait mais non parcourus. Dans le cas inverse, un complément de loyer correspondant aux kilomètres supplémentaires est facturé, la grille tarifaire s'ajustant automatiquement.

Lire la suite en page 3

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

Fleet

Par Marc Horwitz

Cela ne fait plus aucun doute : la transition énergétique est en marche. Aussi les acheteurs doivent-ils avoir pour priorité d'accélérer le [...]