Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le - mis à jour à

Je m'abonne
  • Imprimer

Les cabines de sieste à l'assaut du marché

Parmi les innovations dans ces espaces détente,les cabines de sieste ont fait une entrée remarquée sur le salon del'aménagement de bureaux Workspace, lors de l'édition 2019. Bien que cela soit admis, la sieste est encore mal vue dans le monde du travail et particulièrement en France. Or, 20 minutes de sieste augmenterait de35 % la productivité, selon une étude réalisée par la Nasa. Mais seuls 12 % des dirigeants seraient favorables à la sieste au travail, selon une étude de 2016 menée par Opinion Way.

C'est pourquoi les fabricants ne s'étaient pas encore lancé sur le créneau, hormis quelques exceptions comme Haworth avec sa cabine Calmspace conçue par la designer Marie-Virginie Berbet, et présentée au salon international Orgatec dès 2012. Mais le succès fut relatif et Haworth l'a arrêtée en 2016. Néanmoins, d'autres projets sont à l'étude chez le fabricant.

Des programmes détente basés sur les neurosciences

Sur ces deux dernières années, des start-up se sont lancées sur le marché de la sieste au bureau, comme le cabinet de designers français Leet Design qui vient d'ajouter une option pour un usage bien-être / relaxation à son fauteuil e-bulle, bureau nomade et connecté présenté au salon Vivatech en 2018. "Nous avons créé une 'e-bulle sensorielle' dans laquelle l'utilisateur, en plus de pouvoir bénéficier des fonctionnalités classiques liées au travail informatique (visio, e-learning, etc.), va pouvoir activer un mode 'relaxation' dans lequel tous ses sens (l'odorat, l'ouïe, la vision) vont être mobilisés", explique Gaspard Broustine, CEO de Leet Design.

Concrètement, "l'utilisateur renseigne son état de stress et d'anxiété actuel. À la suite de cela, pendant 10 minutes, une musique spécialement liée aux réponses qui doivent lui être apportées va se lancer. L'e-bulle, développée par des neuroscientifiques, va agir directement sur le système nerveux", détaille le CEO de Leet Design. L'intensité de la lumière varie également à l'intérieur de l'e-bulle. Une quinzaine de clients l'utilisent déjà comme BNP Paribas, le Crédit Agricole, ArianeGroup, Louis Vuitton ou le Groupe ADP .

Sophrologie et luminothérapie

De même, la start-up Nap&Up, créée en 2016, propose la mise à disposition de cocons de micro-sieste. L'idée est d'offrir un sas de décompression aux salariés sur leur journée de travail, pour qu'ils puissent recharger leur batterie. Ces cocons s'installent en 5 minutes pour pouvoir s'adapter au besoin de flexibilité des nouveaux espaces de travail. Ils sont équipés de guides audio réalisés par des sophrologues, avec des programmes de 10, 15, 20 ou 25 minutes, qui aident les utilisateurs à lâcher prise, et qui les réveillent à la fin.

Des entreprises comme Sodexo à Issy-les-Moulineaux, ou BMW, dans ses locaux à Boulogne-Billancourt l'ont adopté de manière pérenne. Dans la même idée, le fabricant finlandais LoOok industries vient de lancer, en avril dernier, N.A.P. (pour Neuron Activation Pod), une sorte de cabine de relaxation équipée d'un fauteuil qui émet des vibrations basse fréquence pour détendre les muscles. Il est possible d'y combiner de la musique relaxante sur des programmes de 10 et 12 minutes. La technologie de N.A.P. est basée sur la stimulation des tissus sensoriels. Selon LoOok industries, N.A.P permettrait de diminuer les symptômes liés au stress ou encore d'améliorer la qualité du sommeil. Ce qui permettrait de réaliser des économies directes "car les coûts de l'insomnie peuvent atteindre plusieurs dizaines de millions d'euros par an, en raison d'absences pour cause de maladies et d'un manque d'efficacité du travail", avance Veera Collomb-Patton, directrice des ventes chez LoOok industries.

Je m'abonne

Marie-Amélie Fenoll

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles