En ce moment En ce moment

[Tribune] La pérennité des entreprises dépend aujourd'hui de la gestion de leurs risques

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Les 5 étapes d'une bonne stratégie de réussite

- La cartographie des risques à un moment T
- L'évaluation du coût financier
- La mise en place du traitement des risques
- Le suivi et contrôle avec l'impact positif sur le coût financier du risque
- La gestion de crise et la continuité du plan d'activité

1. La cartographie des risques

A partir du recueil des informations suite à une visite sur site, de leur analyse grâce à des algorithmes mathématiques complexes, s'appuyant sur une bibliothèque des historiques et des procédures et des outils de veille, un rapport d'audit permet d'identifier l'ensemble des risques majeurs pour l'entreprise, en tenant compte de la criticité et fréquence possible. Le rapport permet d'identifier les possibilités d'optimisation...

2. La détermination du coût financier

Des zones d'acceptabilité sont définies entre la gravité potentielle du risque et le coût de son financement. Par exemple, l'entreprise peut choisir de financer un risque sensible mais se doit d'agir sur un risque élevé qui la fragiliserait beaucoup.

La modélisation des risques permet de bien définir les enjeux globaux et financiers de chaque risque et d'en tenir compte dans la stratégie mis en place en fonction de sa criticité et impact et de sa fréquence possible.

3. Le traitement du risque

A partir de cette étude est défini un planning de mesures correctrices, tenant compte des urgences. Elles peuvent être aussi bien concernées la réparation d'un toit qu'envoyer en formation un chauffeur de bus qui a 10 fois d'accident que ses collègues. Il s'agit de hiérarchiser les actions. Des consultants et des logiciels permettent d'accéder à des bibliothèques de préconisations facilitant le choix des actions à mettre en place.

Pour aider l'entreprise dans la gestion des risques, il est important qu'elle puisse disposer d'une bibliothèque des procédures et process à mettre en oeuvre pour réduire les risques et garder une traçabilité sur ce qui est fait.

4. Le contrôle et suivi

Il est indispensable que l'ensemble des actions menées soient tracées et puissent être évaluées en terme d'efficacité sur le risque. Car dès que celui-ci s'avère diminué, il est alors adéquat de revoir le contrat à la baisse.

5. La gestion de crise

Le zéro risque n'existant pas, la gestion des risques comprend la gestion de crise. Elle inclut la mise en place d'une équipe "cellule de crise", la définition à l'avance des procédures qu'il y aura à suivre en cas d'alertes ou de sinistres et le choix du porte-parole "gestion de crise" qui aura aussi été formé au préalable. La communication de crise est essentielle pour rassurer les équipes et les clients. Elle a pour objectif de calmer le jeu à un moment où les événements se succèdent rapidement et semblent parfois incontrôlables (grèves, attentats...).

Lire la suite en page 3: Les ingrédients pour réussir sa stratégie


Je m'abonne

David Museur, RiskAttitude

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet