Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

vQuelle est votre stratégie d'achats responsables ?

Nous avions comme objectif que 30% de nos marchés puissent disposer de clauses environnementales (ex: obligations en matière de transport, gestion des déchets, normes de pollution,...). Cet objectif est déjà atteint et nous voulons aujourd'hui rehausser notre niveau d'ambition, tout en resserrant le contrôle du respect de ces clauses.

Aujourd'hui notre ambition est également sociale : c'est faire en sorte que l'achat public joue un rôle citoyen et, concrètement, que l'argent public puisse aussi bénéficier aux publics les plus éloignés de l'emploi. Nous encourageons ainsi nos fournisseurs à faire travailler des publics handicapés, via des ESAT, des aeliers protégés ou autres établissements adaptés, à recruter des demandeurs d'emploi de longue durée, des militaires blessés en opérations extérieures etc.

Sur quels types d'achats spécifiques au Ministère de l'Intérieur peut-on intégrer des clauses environnementales hormis les achats dits traditionnels ( véhicules, énergie propre, ...) ?

Je prendrai l'exemple des munitions de calibre 9 mm (armes de poing). Nous avons cherché à avoir des munitions qui dégagent le moins de gaz toxiques possible. C'était une demande remontée des opérationnels car sur les pas de tirs, en intérieur, les policiers, gendarmes et surtout les instructeurs pouvaient être en contact prolongé avec ces gaz. Au final, cela nous conduira à acheter des munitions plus chères de quelques centimes, mais beaucoup plus propres en répondant ainsi à la demande de nos clients internes. Dernier exemple, sur le marché de l'habillement, nous avons un engagement de notre fournisseur pour le recyclage des casquettes, bérets, polos, ... de la police et de la gendarmerie. Ce même fournisseur a confié près de 4000 heures de travail à des sociétés du secteur protégé.

Comment encouragez-vous l'achat local et/ou européen ?

Nous voulons faire en sorte que le volume d'achat important du Ministère puisse bénéficier à des entreprises européennes et, quand c'est possible, françaises. Nous avons, dans un premier temps, limité les freins à l'accès pour les PME, par exemple, en allotissant nos marchés. Aujourd'hui, entre 70 et 80% de nos marchés sont conclus auprès de TPE-PME.

Quels sont vos points de vigilance sur les risques fournisseurs ?

Comme beaucoup de directions achats, nous sommes très prudents sur la sécurité au sens large : la sécurité des approvisionnements, la sécurité juridique, sécurité opérationnelle ... Mais nous avons un point de vigilance sur l'utilisation de nos données personnelles dans le cadre de la loi RGPD. Ainsi, nous veillons à ce que nos fournisseurs, surtout dans les achats IT, qui figurent parmi nos plus gros budgets achats, présentent toutes les garanties de protection des données, à commencer par le lieu d'hébergement de ces données, les modalités de stockage physique, les conditions de sauvegarde, etc...

Comment avez-vous recours à l'innovation ?

Pour développer l'innovation, le ministère contractualise régulièrement avec certains laboratoires de recherche ou établissements d'enseignement supérieur. Il peut aussi se doter de quelques moyens de R&D. Ainsi, la DRH du ministère a encouragé le développement de la formation à distance avec un incubateur interne de projets, sur la base de serious games.

Enfin, vous portez un projet de labellisation relations fournisseurs et achats responsables (RFAR) à fin 2022 ?

Oui. Nous sommes signataires de la charte relations fournisseurs responsables depuis longtemps mais notre chef de service, Jean Bouverot, souhaite aller plus loin, obtenir le label RFAR et dans la foulée, la certification ISO 20400. L'objectif est de candidater dès juin 2022. Pour cela, nous avons constitué des groupes de travail sur le sujet et nous voulons partager ce projet et cet objectif avec l'ensemble des parties prenantes et des partenaires à savoir les acheteurs, les clients internes, les logisticiens, ...

Parcours professionnel de Frédéric Clowez

Octobre 2021 Sous-directeur de l'achat et de l'exécution des marchés - ministère de l'Intérieur - Depafi

Août 2016 Secrétaire général de la préfecture des Ardennes

Juin 2014 Directeur de cabinet du Préfet d'Eure et Loir

Février 2012 Sous-préfet d'arrondissement de La Châtre, Indre, Centre-Val de Loire


Histoire du ministère

1790 Création du ministère de l'Intérieur

2014 Création du SAELSI (Service de l'achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure), service issu du rapprochement de trois directions logistiques des missions de la sécurité civile, de la gendarmerie et de la police.

2019 Création du SAILMI (ex-SAELSI) (Service de l'achat, de l'innovation et de la logistique) du Ministère de l'Intérieur qui intègre la DEPAFI (Direction de l'évaluation de la performance, de l'achat, des finances et de l'immobilier).

Je m'abonne

Marie-Amélie Fenoll

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Retour haut de page