En ce moment En ce moment

Nouri Jarjir, chef du bureau des achats ministériels, Services du Premier ministre : "Instaurer une relation gagnant-gagnant avec les clients internes"

Publié par le
Nouri Jarjir, chef du bureau des achats ministériels, Services du Premier ministre : 'Instaurer une relation gagnant-gagnant avec les clients internes'

Je m'abonne
  • Imprimer

Vous devez probablement faire face à certaines résistances en interne...

"Le processus de mutualisation est une mécanique vertueuse. Il repose sur une équipe professionnalisée qui apporte aux services des achats performants adaptés à leurs besoins."

Effectivement, nous devons répondre à certaines interrogations et préoccupations. Il s'agit surtout de craintes légitimes de nos partenaires de perdre en autonomie de gestion. C'est pourquoi nous avons veillé à communiquer, dès le départ, sur le caractère gagnant-gagnant d'une telle collaboration impliquant l'ensemble des acteurs de l'achat du périmètre. En effet, le processus de mutualisation est une mécanique vertueuse. Il repose sur une équipe professionnalisée qui apporte aux services bénéficiaires des achats performants adaptés à leurs besoins avec, en prime, un gain de temps et d'argent, sans oublier la sécurisation juridique des contrats. C'est ce qui a permis au Bam de mettre à disposition des différents services plus d'une cinquantaine de marchés partagés couvrant l'essentiel de leurs besoins en fonctionnement courant (solutions d'impression, affranchissement, téléphonie, carburant, fournitures de bureau, documentation, formation, matériel informatique, gestion de flotte automobile, etc.) et certains de leurs besoins spécifiques (traduction, marchés d'intendance, sténotypie, etc.). Des marchés sur lesquels nous avons généré des économies de plusieurs millions d'euros! La mise en place, depuis 2011, d'une programmation annuelle puis pluriannuelle des achats avec l'ensemble des partenaires a aussi contribué à favoriser une meilleure coopération.

Quid de votre taux de couverture?

La couverture contractuelle des achats réalisés et pilotés par le bureau est assurée à plus de 90%. Un résultat généré par plusieurs leviers: l'adhésion aux marchés interministériels du SAE, la mise en oeuvre de marchés ministériels mutualisés ou renégociés et, enfin, le recours à l'offre Ugap, la centrale d'achats publics. Si, pour les familles d'achats relatives au fonctionnement courant, nous avons atteint un degré de mutualisation important, ce n'est pas encore le cas pour les catégories plus spécifiques, autrement dit les marchés "métiers".

Comment comptez vous conquérir ces familles d'achats?

Nous avons pris des initiatives dès la fin 2014 en décidant, notamment, de réorganiser notre bureau. Ainsi, une nouvelle répartition du portefeuille des acheteurs a été effectuée en nous inspirant des équipes segments du SAE. Nous avons, ainsi, pu identifier une section dédiée au développement d'une offre de marchés mutualisés pour les achats métiers. Cette dernière catégorie regroupe, aujourd'hui, des familles très diverses: prestations intellectuelles (communication, formation, études, documentation juridique), marchés informatiques complexes et ultrasécurisés, etc.


Je m'abonne

Propos recueillis par Charles Cohen

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet