En ce moment En ce moment

"Notre plus grand défi : que l'on réponde à nos besoins"

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

> Quel est votre suivi fournisseurs ? Avez-vous mis en place des pénalités de retard ?

Nous insérons systématiquement des clauses de pénalités dans nos marchés, ainsi que des pénalités liées à la qualité des prestations. Pour les marchés de travaux, nous travaillons dans le cadre de la loi MOP et à ce titre, les maîtres d'oeuvre sont responsables du suivi de l'exécution des travaux. Toutefois, des revues contractuelles de marché entre les entreprises, les maîtres d'oeuvre et la Société du Grand Paris vont se mettre en place au fur et à mesure de l'attribution des marchés pour suivre et contrôler l'avancée des travaux.

Nous avons des délais serrés avec des dates de mise en service fixées par l'État, et liées aux JO et des contraintes de coûts de réalisation des travaux. Nous avons des objectifs sur l'insertion, la part PME, la valorisation des déblais, sur la sécurité et la sûreté des chantiers... Nous avons donc mis en place un mécanisme de pénalités sur chacun de ces aspects. Si ces objectifs ne sont pas respectés, il y aura application des pénalités associées. Mais au-delà des pénalités, ce qui nous importe, c'est que nos objectifs soient atteints et cela passera par des suivis réguliers pour détecter les risques de dérive et qu'entre les différentes directions de la SGP, les maîtres d'oeuvre et les entreprises se développent des approches pour proposer des alternatives ou des solutions pour atteindre les objectifs. C'est dans ce même esprit que des réunions de pilotage sont prévues afin de résoudre les différends éventuels "au fil de l'eau" et d'éviter de reporter le traitement des litiges à la fin des travaux.

> Et l'innovation, dans tout ça ?

Les premiers marchés de travaux sur la ligne 15 sud intègrent une démarche d'innovation à travers des variantes à l'initiative des candidats. Nous allons continuer à renforcer ce dispositif sur l'innovation sur les marchés de la ligne 16, en coordination avec la cellule innovation mise en place par le directoire en 2016 et nous dialoguons avec les entreprises sur des propositions d'innovations. Ce sont des sujets que nous évoquons avant la première offre pour être sûrs que cela entre dans notre cahier des charges. Nous avons introduit cette flexibilité dans nos marchés pour que les entreprises puissent nous proposer des solutions innovantes à la fois au niveau de l'offre mais aussi pendant le déroulement du marché. Cela se fera à travers un comité d'innovation et d'expérimentation. Sur la durée des marchés, la technologie évoluera et nous devons être capables d'intégrer ces évolutions.

En outre, d'autres initiatives sont lancées, comme un appel à innovation et manifestation d'intérêt sur les déblais. Au final, près de 90 propositions ont été reçues et analysées, dont un certain nombre ont été retenues et vont être implémentées. Un des principaux axes de travail de 2017 est de renforcer cette approche innovation dans tous les marchés que nous passerons.

> Les prochaines élections risquent-elles de changer votre mandat et/ou le portefeuille achats ?

Le projet lancé en 2010 a été confirmé par le nouveau gouvernement en 2012-2013. Il y a un consensus des élus qui soutiennent le projet car il apporte un vrai service aux habitants et aux territoires et augmente considérablement l'attractivité de la France dans le monde.

Société du Grand Paris en chiffres

Effectif : 250 collaborateurs

Effectif achats : une vingtaine de personnes

Coût prévisionnel du projet : 25 milliards d'euros

Budget achats : en attente

Je m'abonne

Marie-Amélie Fenoll

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet