En ce moment En ce moment

Les achats, vecteur de modernité dans l'entreprise - L'exemple du Groupe Logement Français

Publié par Camille George le

Je m'abonne
  • Imprimer

> Comment s'inscrivent les achats dans ce plan de transformation entreprise?

Le seul moyen de se développer pour une ESH est de développer son patrimoine HLM. Il faut donc travailler deux axes principaux : déployer des partenariats avec les acteurs publics du logement (communes, intercommunalités...) pour trouver de nouvelles opportunités patrimoniales et disposer de fonds propres. La mission première des achats est donc la maîtrise économique des dépenses. Dans le cadre du projet Smart LF nous avons mis en place un plan d'économies ambitieux sur 5 ans afin de dégager des ressources et favoriser le développement patrimonial. La mutualisation de nos achats entre les différentes filiales en cours de mise en oeuvre en fait partie. Mais notre action ne s'arrête pas à un simple aspect procédural juridique, de contractualisation ou d'ouverture d'appel d'offre. L'objectif est de donner une vision stratégique des achats au sein des projets. Nous allons donc développer la notion d'amélioration continue en accompagnant les contrats tout au long de leur vie, en développant des partenariats fournisseurs et en développant la captation d'innovation. Pour cela nous sommes en phase de transformation de la direction achats pour réorganiser les équipes par familles d'achats et sur le terrain avec des ressources distribuées ce qui nous permettra d'avoir une vision élargie et un fonctionnement plus agile.

> Quels sont les axes sur lesquels vous comptez mettre l'accent?

L'innovation et l'approche TCO. Pour in fine améliorer la qualité des produits et des services aux locataires nous devons être acteur de l'innovation. Grâce à l'évolution du code des marchés publics qui favorise le sourcing et les partenariats fournisseurs nous allons pouvoir développer de nouveaux réflexes dans les échanges fournisseurs/acheteurs pour explorer toutes les pistes d'innovation qui peuvent venir de grands groupes comme de start-up. Les start-up s'expriment souvent par les territoires il nous faudra donc structurer la remontée d'informations. De même, la veille sur internet, une présence sur les salons du secteur et une veille sur les technologies et les techniques de construction utilisées à l'étranger sont autant de moyen de développer l'innovation. Il existe peu de fournisseurs spécialisés dans le logement social ce qui limite l'apport d'innovation. Il va donc falloir d'une part recruter de nouveaux fournisseurs et d'autres part pousser certains de nos fournisseurs historiques à développer leur portefeuille client. Cela leur permettra de développer le chiffre d'affaires et ce sera aussi bénéfique pour nous puisqu'en diversifiant leur expertise métier ils seront potentiellement apporteurs d'innovation.

La difficulté sera ensuite la mise en oeuvre de ces innovations. Dans les métiers de la construction nous avons besoin de tester des prototypes que nous suivrons et évaluerons dans le temps. Nous inscrivons nos investissements sur un futur long ce qui implique d'être dynamique au quotidien mais pas fougueux. D'où l'intérêt aussi d'une approche TCO. Les achats doivent être un acteur sur ce point, qui est déjà bien implanté dans l'industrie mais en est à ses débuts dans le secteur bâtiment. Le groupe Logement Français est à la fois promoteur et exploitant il est donc important d'avoir une logique TCO sur la phase construction mais aussi sur la phase exploitation. L'objectif est donc de développer la collaboration entre services notamment en travaillant en mode projet plus que par famille d'achats.

Lire la suite page 3 - Quel sera selon vous le plus gros challenge?


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet