Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le - mis à jour à

Je m'abonne
  • Imprimer

Un programme pour décarboner la mobilité

Crise sanitaire impactant les économies mondiales, la Covid-19 fait figure de catalyseur de tendances sur des sujets aussi éloignés que sont, par exemple, la télémédecine ou l'organisation du travail. "Il y a, enfin, une prise de conscience environnementale et une réelle volonté de préserver la planète", reconnaît Christophe Drezet. Les stratégies RSE se font échos dans les grands groupes, impactant tous les services de l'entreprise. Les travel managers ont les moyens d'agir dans le bon sens en repensant la politique voyage, afin de la "verdir". Ils peuvent ainsi instaurer un programme d'économie de CO2 pour décarboner la mobilité. "Il est grand temps de ne plus se focaliser uniquement sur des restrictions financières, mais plutôt de se concentrer sur la recherche d'économies environnementales. C'est le moment de tout remettre à plat et de s'inscrire en conformité avec une politique écoresponsable. Tout cela ne peut avoir comme impact qu'une limitation des déplacements professionnels", traduit Christophe Drezet. Cela nécessite de définir des objectifs et des règles précises en matière de déplacements professionnels, de mettre en place un suivi et de définir des indicateurs axés sur la défense de l'environnement et la sécurité des collaborateurs. "Vous pouvez affecter des quotas d'émissions de CO 2 par collaborateur ou leur fixer également des objectifs à atteindre", cite en exemple Christophe Drezet.

Cela peut amener à concevoir un programme de récompenses pour les voyageurs se prévalant d'un profil écoresponsable. Bien sûr, ce changement doit être accompagné et impulsé par une communication positive et responsabilisante. En règle générale, "ces nouveaux modes de pilotage sont appréciés par les équipes. Il semble plus simple de les faire adhérer à ce volet environnemental plutôt que de les contraindre à des limites budgétaires", rassure Christophe Drezet. Bref, il est temps de construire une mobilité pérenne et profitable à tous.

Témoignage

"Notre politique mobilité doit être verte, partagée et adaptée aux usages"

Melaine Pouchain, responsable des services aux collaborateurs chez Metro France

En décembre 2019, Métro France décide de doter l'ensemble de ses collaborateurs d'un ordinateur portable. "Cela faisait suite à une opportunité commerciale, et non à une prémonition", indique Melaine Pouchain, responsable des services aux collaborateurs chez Metro France. La DSI avait accompagné leur prise en main et, notamment celle de la plateforme collaborative Teams, accessible depuis le navigateur Microsoft. Cette forme de communication est venue pallier l'absence de voyages d'affaires durant le confinement. Depuis le 11 mai, "les grands voyageurs, c'est à dire ceux qui réalisent au minimum deux à trois déplacements professionnels par semaine ont le droit de reprendre les voyages d'affaires. A eux de vérifier, toutefois, si la mobilité est impérative ou si l'échange peut avoir pareille finalité via Teams. Pour les autres catégories de voyageurs, la politique interne prévoit une autorisation hiérarchique pour valider chacun des déplacements".

Pour se tenir régulièrement informés, les collaborateurs ont la possibilité de se renseigner sur l'évolution de la pandémie et de ses répercussions depuis l'intranet. "Nous avons développé une page spéciale covid 19 pour avertir des ouvertures de trajets, du respect des gestes barrière des partenaires voyage ou des numéros à contacter en cas de rapatriement." Si les voyages d'affaires reprennent timidement depuis le déconfinement, Métro France cultive ses ambitions RSE. "Le télétravail forcé nous a permis d'avancer plus rapidement sur notre stratégie de mobilité qui doit être verte, partagée et adaptée aux usages. Nos collaborateurs ont pu tester et juger de la pertinence d'une plateforme collaborative comme Teams." Le Groupe pourrait adjoindre à sa politique des indicateurs qui tiennent compte de l'empreinte CO2 lors des voyages d'affaires ou plus largement lors de tout déplacement. "Nous pourrions développer des KPI sur l'éco-conduite", illustre Melaine Pouchain. Le Groupe vient ainsi de rejoindre le réseau d'autopartage Ubeeqo pour réduire son empreinte carbone.

Je m'abonne

Fanny Perrin d'Arloz

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles