En ce moment En ce moment

Publié par le - mis à jour à

Je m'abonne
  • Imprimer

Les travels managers veulent du choix mais redoutent l'impact sur la politique voyage

Les voyageurs ne sont pas les seuls à penser que des politiques voyage obsolètes et un manque d'options peuvent entraver la réussite de leurs déplacements. Les travel managers ressentent également cette contrainte : 38% d'entre eux déplorent un contenu trop limité, alors qu'un cinquième des répondants pense que l'accès à de multiples canaux de réservation peut aider à atteindre les objectifs. Cependant, près de la moitié des interrogés craint que la démultiplication des options de réservation ait un effet négatif sur la conformité à la politique voyage. Enfin, les managers doivent trouver un équilibre entre nouveaux usages recherchés par les voyageurs et conformité à la politique de l'entreprise, pour limiter les réservations hors canal et assurer un suivi des budgets minutieux.

La sécurité et la sûreté restent des priorités absolues

La question de la sécurité et de la sûreté des voyageurs crée un véritable besoin de dialogue. Dans un contexte marqué par des tensions géopolitiques, des catastrophes naturelles et l'apparition de politiques de sécurité de plus en plus complexes, le paysage travel mondial reste fragile et incertain. Près de la moitié (46%) des sondés constatent cette année une augmentation des demandes des voyageurs liées à la sécurité - une diminution de 5 points par rapport à 2017 et de 19 points par rapport à 2016. Malgré cette tendance à la baisse, les préoccupations en termes de sécurité restent importantes, et les travel managers doivent prendre en compte des risques en constante évolution.

Trouver un meilleur équilibre

Si l'innovation et les changements technologiques peuvent créer de l'instabilité, ils sont aussi le moteur du développement des politiques voyage et leur permettent de répondre aux besoins et aux exigences des voyageurs d'affaires modernes. Un peu plus d'un tiers (36%) des travel managers prévoient de mettre à niveau leurs outils technologiques. Ceux qui ne prévoient pas de procéder à ces changements manquent une opportunité de répondre aux attentes de choix, de facilité et de flexibilité des voyageurs. Les entreprises dites plus "jeunes" (c'est-à-dire où l'âge moyen des collaborateurs est inférieur à 40 ans) peuvent être un exemple à suivre lorsqu'il s'agit d'adapter la politique aux nouveaux besoins des voyageurs. Pour exemple, 83% de ces organisations fournissent ou prévoient de fournir des applications de suivi pendant le voyage.

"Les travel managers doivent se fixer pour mission de faire évoluer leur politique voyage", commente Greeley Koch ajoute. "Les programmes personnalisés sont devenus un argument de recrutement et de fidélisation des talents. La politique voyage fait partie intégrante des prérequis des candidats, qui la considèrent comme un critère de choix. Garder ce lien avec les voyageurs d'affaires modernes est un impératif pour toutes les entreprises." Evan Konwiser souligne quant à lui que "Placer le voyageur au centre des préoccupations ne signifie pas transiger sur la conformité ou sur la rentabilité. L'enjeu, c'est d'imaginer des politiques et des outils qui améliorent l'expérience voyageur. Le respect de la politique voyage et l'optimisation des dépenses vient alors naturellement."

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet