En ce moment En ce moment

Oui pour des déplacements durable... même s'il faut oublier la politique voyage!

Publié par le - mis à jour à
Oui pour des déplacements durable... même s'il faut oublier la politique voyage!
© Sergey Nivens - Fotolia

Les voyageurs d'affaires sont prêt à effectuer des déplacements plus longs pour être plus durables. Nombre d'entre eux sont également prêts à ne pas tenir compte de la politique des voyages pour une option plus "verte", selon la dernière étude de SAP Concur.

Je m'abonne
  • Imprimer

Plus de la moitié (58%) des voyageurs d'affaires européens et 63% des français feraient délibérément fi de la politique et des budgets de voyage afin de voyager plus durablement, selon un rapport publié par SAP Concur.

Selon l'étude, 63% des voyageurs d'affaires français seraient pêtes à ne pas tenir compte de la politique et des budgets de voyage pour une option de déplacement plus "verte", et 64% le feraient pour réserver un hébergement plus écologique, tel qu'un AirBnB plutôt qu'un hôtel. En parallèle, presque tous les voyageurs d'affaires (99%) sont prêts à consacrer plus de temps à leur voyage si cela améliore sa durabilité, et 40% ont déclaré qu'ils seraient même prêts à ajouter plus de quatre heures à leur déplacement si cela rendait le voyage plus "vert".

Si, au global, 3% des voyageurs d'affaires en Europe seraient même prêts à ajouter 8 heures ou plus à leur trajet pour un voyage plus "vert", ce sont les entreprises de l'industrie automobile qui sont les plus disposées à adopter le voyage durable : 52% des collaborateurs étant prêts à ajouter plus de 4 heures à leur temps de trajet pour des raisons de durabilité. En revanche, les voyageurs d'affaires travaillant dans les services professionnels sont les plus réticents, avec seulement 26% d'entre eux prêts à ajouter plus de 4 heures à leur temps de trajet.

Comment encourager les voyages "plus verts" ?

À la question de savoir ce qui, selon les répondants, encourage les voyages d'affaires durables, les initiatives de compensation carbone ont été identifiées comme la meilleure incitation, avec près de la moitié - 48% - des voyageurs d'affaires en Europe (52% pour la France) les identifiant comme la méthode la plus efficace, suivie par :

- Célébrer et partager les succès des meilleures pratiques de voyage durable - 47%

- De meilleures options de séjour, par exemple des surclassements - 47%

- Avantages financiers - 47%

- Possibilité de combiner les voyages d'affaires et de loisirs - 42%

- Jours de vacances supplémentaires - 38%

Il est certain que l'attrait des incitations varie selon le groupe d'âge : les 18-24 ans en Europe identifiant les meilleures options d'hospitalité, telles que les surclassements, comme étant les plus efficaces (41%). Alors que les 40-54 ans estiment que les initiatives de compensation carbone sont les plus efficaces (50%).

L'activité de sensibilisation la plus efficace pour accroître les déplacements durables, selon les décideurs du secteur des voyages, est l'incitation, que 50 % d'entre eux jugent la plus efficace (52% pour la France), vient ensuite l'utilisation d'outils permettant d'évaluer la durabilité des différentes options de voyage et d'hébergement (46%).

Le confort plutôt que la durabilité

Certaines situations peuvent conduire à négliger les voyages d'affaires durables, on retrouve notamment, dans les facteurs les plus influents qui poussent les voyageurs à compromettre la durabilité de leur voyage, le manque d'accès aux outils qui indiquent la durabilité des différentes options de réservation et du budget (46%) et la disponibilité des options de voyage durable (45%). Pour les voyageurs d'affaires français, les facteurs les plus influents seraient : le confort du voyage (54 %) et le temps de planification (51%). A travers l'Europe, les 18-24 ans sont les plus susceptibles de compromettre la durabilité de leur voyage pour le confort (45%). En comparaison, les 55-75 ans sont les plus susceptibles de compromettre la durabilité de leur voyage pour des raisons de budget (47%).

"Nos nouvelles recherches montrent une volonté surprenante de la part des collaborateurs de privilégier les déplacements plus écologiques par rapport au temps de déplacement et au respect des politiques", commente Pierre-Emmanuel Tetaz, SVP EMEA et directeur général de SAP Concur.? "Ce que nous avons constaté au cours des années précédentes, c'est que de nombreuses tendances établies dans le domaine des voyages et des dépenses sont le fait des collaborateurs. Les voyages d'affaires s'accélérant lentement, les entreprises doivent maintenant comprendre comment recalibrer leur approche. Afin de motiver les collaborateurs, les responsables des voyages doivent aller au-delà des tactiques évidentes telles que la compensation des émissions de carbone et mettre en place des mesures qui permettent de célébrer et de partager les meilleures pratiques en matière de durabilité".

Téléchargez le rapport complet ?ici?.

(1) ?L'étude a été menée par ?Raconteur?, entre janvier et février 2020, auprès de 2 450 décideurs en matière de voyages d'affaires et 2000 voyageurs d'affaires sur 12 marchés européens (Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Italie, Luxembourg, Norvège, Espagne, Suède et Royaume-Uni).


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

Travel

Par Mathieu Neu

De l'exposition des données aux atteintes à l'image en passant par la sécurité des collaborateurs, les sources de problèmes potentiels pour [...]