En ce moment En ce moment

[Tribune] Pourquoi les directions achat ne sont-elles pas encore au coeur de l'activité ?

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

L'utilisation du big data

L'utilisation du big data est le deuxième enjeu clé des directions des achats. La difficulté ici ne réside pas tant dans la collecte de données en tous genres puisque pour la plupart des directions des achats, elles savent et peuvent reconstituer l'ensemble des flux transactionnels au sein de l'organisation. Il s'agit plutôt de générer de la valeur à partir de cette collecte. Et c'est là que le bât blesse.

Le manque de compétences techniques ou liées au métier même d'acheteur explique en grande partie l'impossibilité aujourd'hui, pour nombreuses de ces directions, de proposer une analyse à forte valeur ajoutée des achats réalisés par catégories, des processus trop coûteux, ou encore une gestion efficace du risque et de la conformité. L'absence de leadership, c'est-à-dire d'une vision claire et structurée sur les éléments nécessaires à cette pleine utilisation des données de l'entreprise, est également pointée du doigt.

La relation fournisseurs

Enfin, le dernier sujet traite de la relation avec les fournisseurs de l'organisation. Si la réduction des coûts demeure l'objectif principal qui est assigné aux directions des achats, celles-ci voient les économies créées grâce à des appels d'offres diminuer. Les acheteurs doivent à présent identifier de nouveaux leviers d'économies en les rendant durables. Le management de la relation fournisseurs est l'un de ces leviers.

Là encore, des points de fragilité touchent à cette gestion efficace et pertinente des fournisseurs. Le premier de ces points concerne un non-alignement des parties prenantes internes à l'organisation : ce qui est quand même révélateur d'un positionnement encore trop indéterminé de la direction des achats au sein des entreprises, qui ne parvient pas à proposer une voie unifiée et exhaustive afin de gérer ne seraient-ce que les principaux fournisseurs.

Le fait que les retours sur investissement ne sont pas identifiés empêche, également, une gestion stratégique des fournisseurs. Les centres d'intérêt des acheteurs sont pourtant sans appel, puisqu'ils traitent tous d'une communication renforcée, plus transparente, avec les fournisseurs. En somme, créer de véritables alliances stratégiques, sur le long terme, et non chercher uniquement et avant toutes autres choses un gain financier "court-termiste".

Il apparaît donc clairement que ces trois priorités, dont se sont emparées les directions des achats, participeront grandement à placer ou non les acheteurs là où ils sont censés être depuis le départ : au coeur de l'activité.

Par Luc Agopian, directeur associé en charge de l'offre performance achats chez Cap Gemini Consulting.

Lire aussi, en réponse à cette tribune, celle écrite par de Philippe Demangeot, qui se propose d'explorer d'autres hypothèses: Comment les directions achats se positionneront au coeur de l'activité

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Luc Agopian, Capgemini Consulting

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet