En ce moment En ce moment

Sourcing industriel : Quelles tendances et conditions pour réussir un sourcing efficace ?

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Freins /contraintes

Changer de fournisseurs, introduire une nouveauté, pousser les clients internes à penser leurs besoins autrement... les directions achats contribuent à la valeur ajoutée mais non sans mal et pas sans freins. Le groupe recense:

- Des freins internes : la peur du changement ou bien le manque de temps consacré à une expression de besoins détaillée et de qualité;
- Des freins externes : le client final impose son sourcing ou du moins précise ses interdictions;
- Des freins capacitaires : le fournisseur n'a pas la disponibilité technique pour fournir les quantités souhaitées. Les entreprises n'ont malheureusement pas assez investi dans leurs outils de production, comme le déplore Cyrille Renaud du groupe Haulotte. Sans compter qu'avec la reprise économique, les carnets de commandes en France - et notamment en Rhône Alpes - sont pleins et les délais d'approvisionnement s'allongent.
- Les obligations de trouver des fournisseurs locaux (problématique de compensation) imposées par le donneur d'ordre.

Enfin, que penser de l'achat local ?

Il n'y pas de règles si ce n'est une qui prévaut : l'obligation pour les achats de résoudre l'équation "le meilleur produit et le meilleur acteur possible au bon endroit". L'idée directrice est toujours d'optimiser la valeur ajoutée pour l'entreprise. "Acheter localement n'est pas une fin en soi mais il ne faut pas négliger ce qu'un acteur de proximité peut apporter en termes de flexibilité, d'agilité...", comme le dit Emilie Genin, responsable achats hors production d'Elkem, "une PME locale pourra apporter naturellement des services et des souplesses (horaires d'intervention, support, suivi, conseil en plus...) sans qu'il soit nécessaire de le contractualiser".

Enfin, Thierry Quentin, directeur des achats du groupe Electricfil, rappelle la responsabilité sociétale de l'entreprise et des achats en particulier en favorisant aussi les PME locales.

Participants au onzième petit-déjeuner procurement par Meotec


De gauche à droite sur la photo:

- Thierry Quentin, directeur des achats du groupe Electricfil
- Gilles Berut, directeur des achats de Lab, groupe CNIM
- Laurent Thiebaut, responsable achats Fives Intralogistics
- Vanessa Le Maux, directrice des achats Vinci Facilities
- Jean Michel Meunier, consultant indépendant achats
- Cyrille Renaud, manager achats international groupe Haulotte
- Geoffroy Gencel, ingénieur d'affaires Meotec
- Emmanuel Segui, responsable achats Mobility (groupe Vinci)
- Emilie Genin, responsable achats hors production d'Elkem Silicones.

Je m'abonne

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Stratégie achats

Par Ken Aerts et Grégory Wanlin, Enabling Procurement

Si nous partions d'une page blanche aujourd'hui, organiserions-nous encore ces longues et opaques chaînes d'approvisionnement mondiales ? Continuerions-nous [...]