Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par Aude Guesnon le | Mis à jour le
© © Marc BERTRAND

Je m'abonne
  • Imprimer

La Monnaie de Paris, quai de Conti, a fait l'objet d'une très vaste restauration. Comment les achats ont-ils travaillé sur ce projet d'envergure ?

Notre établissement principal et siège social est un site classé qui dépend des monuments nationaux. Ce site était jusqu'alors complètement fermé au public et, depuis fin 2007, après sept années de travaux de réhabilitation, ce lieu emblématique, face au Pont-Neuf, a été ouvert au public avec un musée qui se pose comme un modèle dans l'univers numismatique et monétaire ! Les cours intérieures de la Monnaie de Paris sont maintenant des lieux prisés par les grandes marques du luxe qui y organisent défilés de mode, lancements de collections et événements à fort impact culturel.

N'oublions pas aussi que le meilleur restaurant au monde s'est installé dans nos murs pour renforcer les traditions culturelles et culinaires de notre grand pays

L'équipe achats a été intégrée à 100 % depuis l'origine du projet de réhabilitation du site. Le top départ a été un concours pour choisir un architecte, en 2009. C'est AAPP-Atelier d'architecture Philippe Prost qui a finalement été sélectionné.

Ensuite, une phase d'avant-projet de plusieurs mois a permis de rédiger le cahier des charges techniques, base de l'appel d'offres publié pour retenir les entreprises qui ont réalisé ce chantier. Ce fut un travail de longue haleine, car nous sommes un monument classé et nous avons dû valider notre projet avec les architectes des monuments nationaux, avant de lancer les travaux.

Notre statut de bâtiment classé nous oblige, pour certains ouvrages, à travailler avec des entreprises ayant des qualifications monuments historiques (pour protéger les parquets, les fenêtres, les portes du monument). Les corps de métier naturellement utilisés pour nos bâtiments classés sont les menuisiers ébénistes, les tailleurs de pierre, les couvreurs...

Notre acheteur en titre de ce périmètre possède une connaissance aiguë du monde des travaux et, compte tenu, de l'ampleur de ce projet, il a été confronté à des situations nouvelles liées à la découverte de plomb et à la gestion de ce risque. De plus, pendant sept ans, l'équipe achats a été monopolisée sur ce projet d'entreprise pour répondre de façon permanente aux imprévus et aux situations critiques qu'il fallait débloquer.

Cette aventure donne lieu à une réalisation exceptionnelle qui repose sur l'alliance de l'architecture contemporaine avec un bâtiment du XVIIIe siècle. Le public le découvre au quotidien avec plaisir.

Pensez-vous que la fonction achats tirera profit de la crise sanitaire actuelle ?

Culturellement, les achats sont en train de prendre une place croissante dans les entreprises publiques.

La Monnaie de Paris dépend de l'État français. Quel rôle joue-t-il ?

La Monnaie de Paris est un établissement public, un Épic qui dépend de l'Agence des participations de l'État, et en situation de monopole. Toute décision la concernant est prise avec le Trésor, la Banque de France et Bercy. Tous les arrêtés monétaires, hors CE, sont signés par Bercy. La commande est effectuée annuellement par l'État.

Le Code des marchés publics... allié ou adversaire ?

Cet outil engendre de vraies difficultés. Il est difficile à manoeuvrer pour assurer un niveau de compétitivité au moins égal à celui du privé, qui a plus d'ouvertures que nous. Un peu de souplesse ne nuirait pas. J'ai beaucoup travaillé pour faire du Code un outil qui soit acceptable dans un univers concurrentiel. Nous avons, notamment, mis en place une politique d'accords-cadres qui nous donne la possibilité de référencer les fournisseurs et d'utiliser ce panel pour mise en concurrence électronique sur des délais extrêmement courts, de huit à quinze jours, pour être en mesure de répondre aux attentes des clients que nous avons en face de nous. ?

Bio express

Max Rossigneux, directeur achats, membre du comité exécutif, a rejoint la Monnaie de Paris en 2008 pour créer et mettre en place la direction des achats au sein de cette institution. Aujourd'hui, cette direction est opérationnelle en mode transversal sur l'ensemble de l'entreprise et contribue de façon active au déploiement du plan stratégique très fortement orienté sur la prise de parts de marchés à l'international. Max Rossigneux commence sa carrière, en 2001, dans la distribution, au sein du Groupe Galeries Lafayette, dans les secteurs maison, arts de la table et linge de maison. Après dix années dans cet univers, il rejoint le secteur de l'industrie comme directeur marketing et sourcing international pour le groupe Guy Degrenne. Après cette étape, et avant de rejoindre la Monnaie de Paris, il occupe pendant 10 ans, le poste de directeur marketing et communication du Groupe Samas (mobilier de bureau), puis celui de directeur des achats France pour opérer la fusion des cinq sociétés françaises (Roneo, Sansen, BRM, Samas France et Samas entreprises).

Fiche entreprise - Monnaie de Paris

Activité: Fabrication de monnaies et de médailles

CA: 135 millions d'euros en 2019

Nombre de salariés: 490 personnes

Budget achats: de l'ordre de 90 millions d'euros

Équipe achats: cinq acheteurs

Je m'abonne
no pic

Aude Guesnon

Rédactrice en chef de décision-achats.fr et de Décision Achats

Après avoir exercé plus de dix ans en tant que réactrice en presse quotidienne, j’ai voulu découvrir un autre pan du métier : je suis devenue secrétaire [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles