Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par Camille George le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Le renforcement de la fonction achat et les changements organisationnels qu'il implique sont donc très liés à l'externalisation, à la sous-traitance et au développement des outils qui nécessitent plus de pilotage. "Les entreprises qui gèrent des volumes d'achats entre 500 M€ et 1 Md€ et dont les volumes augmentent chaque année, ont de plus en plus recours à l'externalisation". Elles ont donc besoin d'avoir un chef de projet qui pilote cette externalisation croissante.

"On constate d'ailleurs le même phénomène sur la logistique. Il n'est pas rare aujourd'hui de confier à une seule et même personne en centrale la gestion des achats, de l'approvisionnement et de la livraison afin de garder une visibilité et une maîtrise totale des pans de l'activité qui ont été externalisés." Car si les entreprises conservent les compétences internes sur la partie donneur d'ordre, relation client et marketing, bref la partie commerciale en somme, elles peuvent sous-traiter une partie de la production, de la distribution, du transport et même une partie de la R&D. "Si la recherche est faite en interne, les phases études et développement sont de plus en plus externalisées", indique Alexis Soudoplatoff pour qui il va falloir de plus en plus raisonner en réseaux intégrés.

Quels besoins en management de transition dans l'industrie et des services BtoB?

La division management de transition de Robert Walters travaille essentiellement sur des missions liées à des changements de processus ou d'organigrammes ou encore des changements suite aux fusions-acquisitions. Concernant les services achats, les besoins en management de transition ces derniers temps se portent principalement sur des missions de construction de directions achats notamment dans le secteur de la pharmacie. Dans l'industrie, les missions concernent plutôt les achats directs avec des créations de postes de responsables achats groupe ou d'acheteurs experts opérationnels lié à une croissance d'activité sur des projets industriels pluriannuels. Et enfin, pour de très grands groupes du CAC 40, l'attention se porte sur les achats indirects avec des objectifs de centralisations et de coordination au niveau groupe afin d'homogénéiser des montants d'achats qui n'étaient pas gérés ou pour lesquels on manquait de visibilité.

A lire également :

[Tribune] Vers le renouveau de la fonction achats

[Point de vue] Management de transition : un poste clé pour gagner en compétitivité

Managers de transition dans les achats, voie d'avenir?

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles