Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le - mis à jour à

Je m'abonne
  • Imprimer

Après le miel et les amandes origine France Garantie, vous avez fondé La Mémère, qui fabrique et commercialise une glace équitable 100 % bio. Est-il aisé aujourd'hui de trouver les matières premières répondant au cahier des charges 100% made in France, bio et équitable ?

Le choix du bio est le choix de se porter à l'avant-garde des habitudes de consommation car nous savons que la poussée très forte qu'exercent les consommateurs pour obtenir des aliments de qualité est désormais irrésistible. Nous avons dans le Made in France du mal à nous approvisionner en miels car le cahier des charges de la fabrication du miel en bio est plus exigeant qu'il ne l'est dans les autres pays européens. Néanmoins, nous progressons chaque année depuis maintenant 2 ans à augmenter significativement avec nos 45 apiculteurs Bleu Blanc Ruche affiliés nos stocks en bio. S'agissant du caractère équitable, c'est le modèle économique de partage de la valeur avec les apiculteurs, avec les arboriculteurs ou avec les éleveurs laitiers qui définit finalement le caractère équitable de nos produits. C'est parce que nous nous associons avec les agriculteurs, nous gagnons notre vie ensemble et nous partageons les bénéfices que l'entreprise est équitable. Les glaces La Mémère ont la caractéristique d'avoir été conçues par un Meilleur Ouvrier de France qui a enlevé dans ses recettes tous les " E ", additifs chimiques et alimentaires et a substitué des produits naturels pour texturer la glace, comme la farine de lin, par exemple, ce qui donne à la glace un goût lactique hors du commun et reconnaissable que les palais n'avaient plus l'habitude de goûter.

Vous avez choisi de ne pas contractualiser avec vos fournisseurs mais de s'associer avec eux. Pourquoi avoir opté pour ce modèle ?

Bleu Blanc Ruche a préféré passer des contrats trisannuels avec 45 apiculteurs répartis dans toute la France. Parce qu'il est difficile de prévoir l'incertitude apicole, il est plus difficile de s'associer. En revanche, la Compagnie des Amades s'associe avec des arboriculteurs ou des propriétaires qui plantent des arbres sur leurs terres, parce que nous ne voulons pas acquérir la terre, nous ne sommes pas des Chinois en recherche d'acquisition d'hectares. Nous construisons au contraire des modèles où nous gagnons notre vie ensemble et faisons remonter la valeur là où s'effectue le travail de l'agriculteur, le travail sur les arbres dans ces vergers d'amandiculture. Il en est de même des éleveurs laitiers. Eux-mêmes s'associent avec nous parce qu'ils y voient plusieurs intérêts. Le premier, c'est d'éviter de s'endetter puisque nous finançons nous-mêmes et portons la dette de l'entreprise commune que nous formons avec eux. Le deuxième, c'est que nous assurons les débouchés commerciaux nationaux en dehors de la vente directe locale en circuit ultra-court qu'assurent nos éleveurs eux-mêmes. Troisièmement, nous apportons la formation technique gratuitement, qui est un des actifs de l'entreprise puisque les recettes de fabrication sont transmises à chacun de nos éleveurs pour qu'ils puissent transformer leur propre lait en glaces. A la fois sur le plan technique, sur le plan financier et sur le plan commercial, nous bâtissons une alliance qui nous permet de réussir ensemble ce qui serait impossible si l'agriculteur restait seul ou si nous, nous restions sans lui. Ce modèle complètement nouveau que nous avons dupliqué dans l'arboriculture et dans l'élevage laitier est pour nous un modèle d'avenir.

Vous êtes, ou avez été, en discussion avec la grande distribution pour faire référencer vos glaces... comment se passent, ou comment se sont passées, les négociations ?

A ce stade, nos glaces sont référencées dans de nombreuses enseignes. L'innovation liée aux produits et l'appétit qu'ont montré les consommateurs pour les glaces La Mémère a conduit la grande distribution à soutenir l'expansion du référencement de ces produits.

De par votre expérience, - puisque vous êtes entrepreneur -, et de par ce qui vous en est rapporté, - puisque vous êtes en contact avec de nombreux entrepreneurs - .... Travailler avec les grandes entreprises est-il (encore) compliqué pour des petites structures ?

La bureaucratie existe dans les grandes entreprises privées et chaque jour tous ceux qui cherchent un interlocuteur, cherchent à convaincre une entreprise de prendre une décision observent que les circuits de décision sont extrêmement lourds avec des niveaux de sur-contrôle très nombreux et parfois inutiles qui conduisent les décisions de ces grandes entreprises à travailler au ralenti. C'est d'ailleurs un inconvénient pour l'agilité de ces entreprises qui sont devenus d'énormes paquebots qui n'arrivent pas à prendre de décisions rapides.

Business et éthique sont-ils fondamentalement compatibles ?

Parfois ils sont totalement antagoniques, parfois ils forment à l'inverse un couple extrêmement puissant qu'il faut encourager. Pour ma part toutes les entreprises que j'ai créées, Bleu Blanc Ruche, la Compagnie des Amandes et La Mémère sont des entreprises à bénéfice public, au sens où elles rendent un service à la société.

Quel regard portez-vous sur le travail rendu par la convention citoyenne ? Quelles sont les propositions qui vous semblent les plus intéressantes ?

Je soutiens toute forme de participation des citoyens à partir du tirage au sort. C'est la une méthode de travail intelligente car elle permet d'associer les profondeurs de la société à la prise de décisions politiques. Il y a eu beaucoup de propositions intéressantes notamment en matière de protection de la biodiversité et de suppression des plastiques, montrant la haute conscience que les citoyens et parfois l'avance que ceux-ci ont acquis sur leurs dirigeants publics.

Je m'abonne
no pic

Aude Guesnon

Rédactrice en chef de décision-achats.fr et de Décision Achats

Après avoir exercé plus de dix ans en tant que réactrice en presse quotidienne, j’ai voulu découvrir un autre pan du métier : je suis devenue secrétaire [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles