Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Le digital, super assistant de l'acheteur

Publié par Camille George le

Je m'abonne
  • Imprimer

Une aide précieuse à la décision

Si aujourd'hui l'automatisation des process d'approvisionnement est assez largement installée, sans doute parce c'était la brique la plus facile à outiller, cela ne concerne qu'une partie du métier de l'acheteur. D'ailleurs, l'approvisionnement n'est plus dédié uniquement aux acheteurs qui interviennent beaucoup plus en amont dans la stratégie achats. "C'est là l'intérêt de l'intelligence artificielle, juge Julien Nadaud, CPO chez Determine. Cela permet d'éviter de mobiliser un expert à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement." Mais outre l'approvisionnement on peut aller beaucoup plus loin avec les nouvelles technologies. "Il est désormais possible de donner une véritable intelligence au SI achat en faisant fusionner le transactionnel et l'analytique", déclare Jacques Gorre de SAP qui vante les mérites de l'ERP cloud connecté à tous les autres outils de l'entreprise (CRM-SRM-RH, etc.) comme peut le faire S/4 HANA de SAP. La vitesse de traitement des tâches s'en trouverait révolutionnée et permettrait d'agir sur des données en temps réel. "Ouverts, partagés, connectés, les outils sont maintenant capables de mettre en perspective les indicateurs précis d'un utilisateur avec la stratégie de l'entreprise, d'identifier les points sensibles et même d'analyser et de proposer différentes solutions à un problème donné", s'enthousiasme Jacques Gorre.

Et à ceux qui annoncent déjà la fin du métier d'acheteur au prétexte que l'expertise sera détenue par l'outil, Fabrice Ménelot et Driss Rachdi, directeur R&D d'Axiscope répondent faux! Cette mise à disposition des informations clés à l'intérieur des processus donne de la valeur et de l'efficacité à l'action de l'utilisateur. L'action de l'acheteur prend ainsi tout son sens. Mieux! Elle apparaît de façon concrète sur l'activité globale de l'entreprise. "Accroître les capacités du SI achats en intégrant par exemple un simulateur de calcul du TCO qui permet de prendre en compte à la fois l'ensemble des coûts de la conception jusqu'à la fin de vie d'un produit et en même temps de considérer la valeur apportée par le fournisseur va grandement faciliter la réflexion et le choix stratégique. Cela permet de développer la maturité dans le cycle de décision", souligne Driss Rachdi d'Axiscope. Si le SI achat devient plus intelligent c'est pour servir la performance de l'acheteur. "L'intelligence de l'acheteur reste centrale pour définir la meilleure stratégie achats", conclut Fabrice Ménelot.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles