Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

Développer une culture d'achat responsable


Mais parce qu'une démarche responsable doit être appliquée avant tout à soi-même, une démarche RSE implique le développement d'une culture d'achat responsable pour créer de nouveaux réflexes d'achat. Fabrice Picardi et ses équipes s'attachent ainsi à installer cette culture à travers une méthodologie d'achat et des outils pratiques. Une charte interne d'achat public responsable a été créée, de même que des fiches méthodologiques avec l'intégralité de la dimension sociale à intégrer dans les marchés, ou encore l'utilisation de la règle des 5R (refuser, réduire, réutiliser, recycler, repenser l'utilisation) systématique avant toute demande d'achat. De son côté, la région Île-de-France n'est pas en reste. Depuis 2017, elle s'est dotée d'un Small Business Act pour faciliter l'accès des TPE-PME à ses marchés. "88 % de nos fournisseurs sont des TPE-PME et nous sommes signataires de la charte Relations fournisseurs et Achats responsables avec un objectif de labellisation pour 2020", confie Marc Sauvage.

"Nous sommes dans une zone grise où les acheteurs publics ont peu de repères" - Stéphanie Dinter-Crocq, key account manager chez EcoVadis

Pour sa part déjà labellisée "Relations fournisseurs et Achats responsables", l'UGAP est tenue de suivre un plan d'action sur trois ans et est auditée chaque année. "Nous visons notamment à augmenter le nombre de marchés réservés, d'insertion ou au secteur du handicap. Nous travaillons également à développer les logiques d'achat en coûts complets, bien connues des acheteurs publics mais dont la mise en oeuvre concrète reste complexe au regard des contraintes budgétaires", souligne Lionel Ferraris.

Car avoir une démarche d'achat responsable c'est aussi agir sur l'écosystème des achats. En travaillant l'information et l'accompagnement des acteurs économiques et en étant à l'écoute des entreprises qui innovent sur ces problématiques. "Nous avons développé, en partenariat avec l'Afnor, un programme d'accompagnement des entreprises du territoire Centre-Val-de-Loire, illustre Fabrice Picardi. à travers le GIP Dev'Up, les entreprises peuvent bénéficier d'un accompagnement dans leur parcours RSE, jusqu'à la définition d'un plan d'action en vue d'une certification par exemple." à la région Île-de-France, la démarche RSE, étroitement liée à la démarche Smart a fait l'objet d'une implication de l'ensemble des acteurs jusqu'au citoyen : "Les services de la région sont co-construits avec les territoires, les acteurs économiques et les utilisateurs finaux", souligne Marc Sauvage.

Boucler la boucle avec des KPI

Pour que le processus RSE soit complet, après avoir identifié les leviers, mis les bons outils en place et créer une culture pour fertiliser l'ensemble, il convient d'en effectuer le suivi précis avec des indicateurs. A la région Île-de-France particulièrement, la culture du contrôle de gestion imprègne tous les services en interne. "Nous avons des KPI environnementaux et sociaux précis afin de contrôler le ROI de toutes nos actions RSE. Le suivi des indicateurs est présenté deux fois par an avec mesure de l'impact, nous taguons nos fournisseurs pour améliorer le suivi, et nous avons dédié une personne au sourcing pour agir en tant que facilitateur dans les relations opérateurs économiques et acheteurs", énumère Marc Sauvage. Se mettre en capacité de démontrer par des données chiffrées tangibles les actions menées sur les achats donne corps à toute la démarche.

Lire la suite en page 4: Focus - Jusqu'où aller sur les critères RSE ?
Je m'abonne

Camille George

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Sur le même sujet