En ce moment En ce moment

Revue de presse achats - semaine du 11 janvier

Publié par le - mis à jour à
Revue de presse achats - semaine du 11 janvier

Vous n'avez pas eu le temps de "surfer" cette semaine? La rédaction a sélectionné, pour vous, des articles parus sur le Web et susceptibles de vous intéresser

Je m'abonne
  • Imprimer

Comment le géant du diagnostic médical Abbott a inondé le marché de machines défectueuses

Mais le silence, comme le faible nombre de poursuites, s'explique aussi par la position ambivalente des chefs de laboratoire. "Nous avons toutes les peines du monde à convaincre les achats d'investir dans des machines innovantes, reprend le biologiste hospitalier. Lorsque celles-ci dysfonctionnent, nous sommes considérés comme responsables." A cela s'ajoute une pression supplémentaire, liée à la dépendance des laboratoires vis-à-vis des fournisseurs. Mieux vaut ne pas se fâcher, les fabricants étant peu nombreux, et les contrats signés courant sur plusieurs années. Dans ces conditions, le règlement des litiges se fait bien souvent sans tiers, dans un huis clos client-fabricant dont le public n'a pas connaissance. >> Lire l'article complet sur Le Monde

Airbus réunira ses fournisseurs en raison des rumeurs sur sa production

La réunion entre le président exécutif du groupe, Guillaume Faury, et les dirigeants de plusieurs fournisseurs, prévue la semaine prochaine, devrait donner le ton pour l'année à venir. Airbus a précédemment fait savoir qu'il voulait être en mesure d'augmenter de 18% la production de ses avions de la famille A320 pour la porter à 47 appareils par mois d'ici juillet, alors qu'elle était de 60 avant la crise, mais cet objectif a été déjà repoussé au quatrième trimestre et pourrait l'être à nouveau, selon des analystes. "Il semble que le rythme de 47 s'éloigne dans le temps", a déclaré une source au sein de la chaîne d'approvisionnement. Un autre fournisseur a dit que cet objectif était hors d'atteinte en 2021. >> Lire l'article complet sur le site de l'usine Nouvelle

Coronavirus : comment Fleury Michon adapte sa production à la demande

Davantage de charcuterie et moins de plats préparés. Fleury Michon a dû redoubler de souplesse afin d'adapter "au jour le jour et en permanence" ses usines à ce nouveau "mix produit" lié au confinement et, donc, à une cuisine plus familiale. Ces changements interviennent dans un contexte délicat pour le groupe vendéen qui a enregistré l'an dernier une perte nette de 28 millions d'euros (contre un bénéfice de 14,4 millions l'année d'avant) du fait, en partie, du cours élevé de la viande de porc. Une hausse difficile à répercuter auprès de la grande distribution, qui représente 83 % de son chiffre d'affaires réalisé en 2019, de 747,6 millions d'euros. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Le marché de l'affacturage enregistre sa pire chute en 30 ans

La crise sanitaire est venue gripper cette belle mécanique. "Le confinement a entraîné une chute drastique de la production au printemps, explique Françoise Palle-Guillabert, déléguée générale de l'ASF. Résultat, les entreprises n'ont tout simplement plus eu de factures à transmettre". En outre, le besoin de trésorerie des entreprises a été en bonne partie couvert par les mesures de soutiens de l'Etat, et notamment les prêts garantis par l'Etat (PGE). Anticipant cette situation, les professionnels ont réclamé dès le mois de mars à être intégrés à ce programme. Au mois de juillet, le gouvernement a finalement réservé au secteur une poche de 20 milliards d'euros - sur les 300 milliards prévus pour les PGE -, adossé à la création d'un produit inédit : le financement de commande. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

L'achat par la valeur continue de gagner du terrain

Déjà expérimenté en Europe du Nord (lire notre article du 10 juillet 2020), l'achat par la valeur continue de faire des adeptes dans cette zone. La région danoise Hovedstaden (Copenhague et alentours) l'a adopté pour se ravitailler en traceurs destinés à l'imagerie médicale (scanners TEP), en réfléchissant aux solutions qui pourraient simultanément sécuriser son approvisionnement, éviter les annulations d'examens faute de produits en stock, améliorer les diagnostics sans surcoût et optimiser les durées des consultations. Plutôt que de continuer à acheter et à injecter du Rubidium 82 aux patients, l'autorité sanitaire a décidé avec un partenaire industriel d'équiper l'hôpital de Bispebjerg-Frederiksberg d'un cyclotron à pour produire in situ de l'oxygène 15 à la demande. L'établissement scandinave a réduit ses dépenses de 30 % grâce à ce dispositif unique au Danemark, mais aussi ses déchets (désintégration radioactive des traceurs). Aux Pays-Bas, le centre de soins d'Alrijne (près de Leyde) a retenu une palette de critères d'attribution, de la contribution à l'efficacité du traitement à la sécurité du patient et des soignants, en passant par la simplicité d'usage et les impacts environnementaux, à l'occasion de l'achat de 24 stations d'hémodialyse de pointe. >> Lire l'article complet sur le site de Sante-achat.info


RSE

La Commission européenne veut une industrie textile plus durable

La Commission européenne met en consultation, du 5 janvier au 2 février 2021, une stratégie pour des textiles durables. "Cette stratégie facilitera la transition de l'Union européenne vers une économie circulaire, neutre pour le climat, dans laquelle les produits sont conçus pour être plus durables, réutilisables, réparables, recyclables et économes en énergie", estime l'exécutif européen. Elle devra également permettre à l'industrie textile européenne de se relever de la crise de la Covid-19. Celle-ci représentait, en 2019, 160 000 entreprises, 1,5 million d'emplois et un chiffre d'affaires de 162 milliards d'euros. Cependant, une grande part des 26 kg de textiles consommés chaque année par le consommateur européen provient d'un pays tiers. Et 11 kg finissent à la poubelle chaque année...>> Lire l'article complet sur le site de Actu Environnement

Climat: HSBC veut s'aligner sur les objectifs de l'accord de Paris

Elle explique vouloir "de plus en plus donner la priorité aux financements et investissements qui contribuent à la transition vers une économie à faibles émissions de CO2 et appliquera un critère environnemental à ses décisions d'investissement". Elle précise vouloir "consacrer entre 750 milliards de dollars et 1.000 milliards d'ici 2030 à aider les clients dans leur transition" énergétique, et veut également d'ici dix ans atteindre la neutralité carbone de ses opérations et de sa chaîne d'approvisionnement. "HSBC a la taille et l'étendue géographique pour jouer un rôle moteur afin de guider ses clients et les aider à atteindre cet objectif ambitieux", assure la banque. Elle rejoint ainsi sa compatriote Barclays qui sous la pression d'actionnaires en mars, s'est engagée à la neutralité carbone d'ici 2050 et à financer seulement des projets conformes aux accords de Paris sur la lutte contre le réchauffement climatique. Les groupes pétroliers britanniques BP et Shell ont également pris l'engagement de devenir "carbon neutral" d'ici 2050, sous la pression montante d'investisseurs institutionnels. >> Lire l'article complet sur le site du Figaro

Quelles entreprises ont la meilleure réputation RSE ?

Il est étonnant de voir que Ferrari, constructeur automobile peu engagé sur les questions environnementales, ou Netflix, régulièrement pointé du doigt pour les ravages du streaming, figurent en si bonnes positions. Mais il s'agit ici de mesurer la réputation, et non pas la réelle performance RSE des entreprises. Selon Kylie Wright-Ford, CEO du Reputation Institute, c'est aussi... une question de com' - auprès des consommateurs et consommatrices, mais aussi des actionnaires. "Ce qui distingue ces marques, c'est leur capacité à trouver de nouvelles manières d'échanger avec leurs publics." Un constat peu réjouissant qui montre sur le sujet, question transparence et éducation, il y a encore un peu de boulot. >> Lire l'article complet sur le site de l'ADN

Charles-Armand de Belenet : "Bollinger a toujours été à la pointe du développement durable"

La maison Bollinger a toujours été en pointe dans le développement durable. En 2012, Bollinger est la première maison de champagne à être certifiée Haute Valeur environnementale. De même, en 2014, elle devient aussi la première à être certifiée VDC. Également, en 2015, Bollinger a décidé de supprimer les herbicides et les insecticides pour privilégier le travail du sol. Un gros travail est fait de surcroît pour préserver la biodiversité avec l'installation de 24 ruches, la plantation d'arbres fruitiers et le suivi des différentes populations dans nos vignobles. Pour réduire notre empreinte carbone, nous avons mis en place des tracteurs électriques, ainsi que des chevaux à partir de 2010. Nous privilégions aussi le circuit court (90% de nos bouteilles sont dans un rayon de 30 km de la Champagne). Le bilan carbone de Bollinger est réalisé tous les 5 ans afin de suivre nos objectifs de réduction d'émissions. Le premier a été réalisé en 2010 et nous sommes d'ailleurs en train de réaliser celui de 2020. Le bilan couvre trois niveaux : le travail du vignoble et l'élaboration des vins (20% des émissions) ; le transport (marchandise et déplacements commerciaux pour 30%) et enfin la bouteille et l'ensemble de nos achats pour 50%. Grâce aux différentes actions mises en place, nous avons réussi à baisser de 18% nos émissions en 2015 et nous attendons les résultats pour 2020. >> Lire l'article complet sur le site de Infrarouge


Commande publique

Défense : Paris hausse le ton face à Volkswagen

Aujourd'hui, Paris s'inquiète de la volonté des actionnaires allemands d'arrêter la production de ces moteurs spéciaux et plus largement, de délaisser la propulsion des navires militaires. Cela fait bientôt plus de douze mois, en novembre 2019, que Man Energy Solutions a informé Paris de son intention d'arrêter la production de ces équipements, comme le relève un courrier de la Direction générale de l'armement (DGA) à l'intention du constructeur allemand au printemps dernier. Et ce, alors que l'industriel est engagé sur la livraison des moteurs de secours des sous-marins Barracuda, un programme de six sous-marins à livrer d'ici à 2030, et qu'il devait aussi monter à bord du programme des sous-marins nucléaire lanceurs d'engins (SNLE) de troisième génération. Au total, la DGA pointe cinq manquements aux engagements pris en 2011. Faute de réponse satisfaisante, Bercy prend donc le relais au titre de la supervision du contrôle des acquisitions étrangères en France. >> Lire l'article complet sur le site des Echos

Hérault : La CCI lance Access Achats, "du concret pour aider l'économie locale"

"L'idée est venue de la commission Achats Stratégiques de la CCI au mois de novembre, décembre 2020", selon Stéphan Rossignol, Maire de La Grande Motte et Président de l'Agglomération du Pays de l'Or. L'objectif de cette plateforme est de permettre aux petites entreprises locales d'avoir accès à certains marchés publics locaux et régionaux. Dans les faits, des donneurs d'ordres peuvent mettre en ligne, via le site Acces Achats de la CCI Hérault , des annonces précises pour marchés publics lancés pour des montants inférieurs à certains seuils réglementaires d'ores et déjà existants. (...) Dès les premières heures de son existence, le site conçu par la Chambre a d'ores et déjà mis en ligne plus de 20 offres provenant du Pays de l'Or, mais aussi du CHU de Montpellier, de la ville de Lunel, de la ville de Mauguio, de Cap Conseils, de Sète Agglopôle Méditerranée et du Conseil Départemental de l'Hérault notamment. >> Lire l'article complet sur le site de Le Mouvement

"Oser les variantes dans les marchés publics" : un nouveau guide à la disposition des acheteurs publics

L'ouverture des consultations aux variantes présentent de nombreux avantages. Susceptibles de stimuler la concurrence, le développement de solutions nouvelles, innovantes ou durables, elles sont donc un outil important à la disposition de l'acheteur public. Élaboré sous le pilotage de la direction des achats de l'État, par une équipe composée d'acheteurs issus de la fonction publique d'État et de la fonction publique hospitalière, ce nouveau guide invite les acheteurs à inscrire les variantes dans une stratégie déterminée en amont de la procédure avec l'ensemble des acteurs de l'achat. Le cadre méthodologique proposé qui facilite et sécurise la démarche est complété par des outils très opérationnels. >> Voir ce sujet sur le site de économie.gouv


Supply chain

Conteneurs. Le trafic mondial repart de plus belle, avec sa part de risques

L'indice du fret d'exportation au départ de Shanghai (Chine), plus grand port du monde, a en effet dépassé 2 700 en toute fin d'année alors qu'il tangue normalement entre 700 et 1 000. Cela traduit des coûts de transport entre le Chine et l'Europe multipliés par trois... Pour les chargeurs qui n'ont pas pris la précaution d'un contrat à long terme avec un transporteur. Ajouté à des délais qui ont tendance à s'allonger dans les mêmes proportions, on peut comprendre leur impatience. Même s'il n'y a pas forcément de lien direct, 2020 sera une année noire pour les pertes de conteneurs en mer. Les chiffres ne sont pas encore connus, mais avec vingt sinistres déclarés dont la perte de près de 1 900 boîtes par le porte-conteneurs One Opus , le 30 novembre 2020 au large d'Hawaii, il est certain que la moyenne des dernières années sera pulvérisée. Selon le World Shipping Council, entre 2008 et 2019, cette moyenne s'est élevée à 1 383 conteneurs par an. Et elle serait en baisse. >> Lire l'article complet sur le site de Ouest-France

Logistique urbaine : 10 start-ups gagnantes de l'année 2020 ... parmi beaucoup d'autres !

Quelques start-ups qui ont su, en 2020, réagir et profiter pleinement de ces transformations profondes de la logistique urbaine et du dernier kilomètre. HIPLI - Face à une croissance ininterrompue du e-commerce, un des problèmes qui apparait est celui de l'emballage. Souvent surdimensionné par rapport au produit expédié, et générant une consommation de carton et de calage, l'emballage devient un sujet essentiel d'une maitrise sur le long terme de l'e-commerce. Hipli, en s'inspirant de modèles des pays nordiques, innove en inventant l'emballage e-commerce réutilisable 100 fois. (...) Hipli sera sans nul doute une des startups qui aideront à faire évoluer l'e-commerce vers des pratiques plus vertueuses. - K-RYOLE - (...) Choisie par Bouygues Construction pour le transport de matériel sur les chantiers, la remorque K-Ryole a récemment été acquise par Dott pour le transport de trottinettes et par Stuart pour les livraisons à domicile au départ de Monoprix. Fabriquée en France, cette remorque s'accroche sur un vélo normal, avec ou sans assistance électrique. Elle peut aussi être utilisée pour la livraison à pied. >> Voir la séléction de Logicités sur son site

De l'usine à l'EHPAD : le circuit logistique d'un flacon de vaccin

Un flacon de principe actif de vaccin (0,45 ml) fabriqué dans l'usine Pfizer de Puurs, dans le Brabant flamand, au Nord de Bruxelles, a bien des chances d'effectuer une pérégrination inhabituelle en sol français. Sa première étape est classique. Il rejoint par la route, à une trentaine de kilomètres de l'usine, le centre logistique Pfizer de Zeverdem, près d'un des deux aéroports de Bruxelles. Particularité, cette fois, les camions utilisés sont réfrigérés à moins 80°C, de même que les conteneurs chargés à bord des avions. Car les livraisons internationales du vaccin se font en avion. Leur température interne est constamment contrôlée pendant le voyage. Dès la réception en France, deux circuits de distribution ont été organisés : l'un s'appuie sur une centaine d'hôpitaux baptisés "établissements pivots", livrés directement par l'industriel ; l'autre fait appel à cinq plateformes régionales réparties dans le pays pour irriguer les coins les plus reculés grâce aux pharmacies. Plateformes et "établissements pivots" ont la particularité de disposer de super-congélateurs capables de maintenir le vaccin à moins 80°C. >> Lire l'article complet sur le site de sante-achat.info

Covid-19 : les talents logistiques plébiscités

Qu'il s'agisse de gérer les stocks, l'approvisionnement, le transport ou encore les prévisions de vente, les métiers de la supply chain ont le vent en poupe. "De fait, l'expression "l'intendance suivra" ne tient plus. Avec la pandémie, toutes les entreprises ont pris conscience qu'une stratégie décorrélée de la mise en oeuvre ne peut pas fonctionner", explique aux Echos, Cécile Laroumanie, directrice experte en supply chain chez Bartle, cabinet de conseil en transformation. Ces métiers sont aujourd'hui revalorisés. Si globalement le volume des candidats permet de répondre à la plupart des demandes, certains profils sont très recherchés, comme par exemple des directeurs de site logistique, des responsables transport ou encore des chefs de projet, dans les domaines de la transformation de la gestion des flux ou la coordination de la supply chain. >> Lire l'article complet sur le site de Stratégies logistiques


IT

Carrefour : lance une Blockchain pour tracer le textile

Afin de garantir 'la qualité et la traçabilité' des produits textiles de sa marque Tex, le groupe Carrefour annonce désormais recourir à la Blockchain, une technologie qui permet d'avoir accès, via un QR code, à toutes les informations sur le parcours du produit, de la production de coton bio à la distribution. Jusque-là uniquement utilisée sur des produits alimentaires du groupe, la Blockchain permettra désormais de tracer le textile de la gamme de linge de lit Tex en percale Bio ainsi que les bodies bébé Bio. Le groupe souhaite d'ailleurs 'que 100% des matières naturelles de la gamme de produits Tex soient durables et traçables d'ici à 2030.'>> Voir ce sujet sur le site de Boursorama

IT et zéro carbone, un enjeu pressant

L'Ademe chiffre qu'en moyenne il faut mobiliser de 50 à 350 fois leur poids en matières pour produire des appareils électriques à forte composante électronique, soit par exemple 800 kg pour un ordinateur portable. La seconde vie des ordinateurs, smartphones et autres tablettes est une évidence à mettre en place. Tout comme il est évident qu'il faille opter quand c'est possible pour des matériels d'occasion pour s'équiper (lire notre encadré sur les smartphones de seconde main). Il faut compter également le poids de la consommation électrique, loin d'être issue d'une énergie verte. Une box Internet (Internet + TV) consomme de 150 à 300 kWh par an, comme un grand réfrigérateur pour vous faire une idée. L'ordinateur portable, utilisé pour le télétravail à la maison, ou en entreprise, c'est de 30 à 100 kWh/an. D'ailleurs, les technologies numériques représentent le second poste de consommation électrique à la maison. C'est le premier en entreprise. Pour échanger des documents, faire des visioconférences, envoyer des mails à des collègues, stocker des données, réaliser des campagnes emailing, surfer sur Internet, vendre en ligne... il faut bien des terminaux, des câbles, des routeurs, des unités de stockage, des serveurs... et des datacenters. >> Lire l'article complet sur le site de Solutions numériques

Environnement de travail

Quel est l'impact du télétravail sur le parc et la demande de bureaux en Ile-de-France ?

Cet impact déflationniste sur le parc de bureaux franciliens prendra du temps... Les entreprises doivent d'abord définir, puis implémenter une nouvelle organisation du travail, en lien avec leurs stratégies, leurs cultures, les besoins/attentes de leurs salariés, les institutions représentatives du personnel... Elles devront ensuite définir la ou les déclinaisons immobilières de cette nouvelle organisation, en termes de localisation, d'aménagement des espaces de travail, et in fine en termes de surface occupée. De plus, la mise en oeuvre de ces évolutions ne pourra se faire qu'en tenant compte des dates de sortie possible des baux en cours, qui peuvent s'étaler jusqu'à 9 ans (voire plus) pour un certain nombre de grands groupes ayant signé des baux longs. Pour passer des stocks aux flux, l'IEIF a donc considéré que l'impact sur le parc de bureaux francilien se ferait sur 10 ans... >> Lire l'article complet sur le site de boursier.com


Fleet management

Mobilité : les flottes de l'État sommées de montrer l'exemple

"Les parcs automobiles de l'État, des établissements publics de l'État et des autres organismes publics constituent la première flotte professionnelle nationale. Or la réduction de l'empreinte environnementale des transports est l'un des objectifs majeurs de l'action du Gouvernement en faveur de la transition écologique", expose l'actuel locataire de Matignon. (...) Jean Castex entend responsabiliser l'administration centrale et ses services déconcentrés en région sur la question des mobilités. "Je souhaite que l'exemplarité des acteurs publics dans cette démarche de sobriété écologique franchisse rapidement un cap", insiste-t-il. Une démarche que l'État compte faire accélérer en favorisant notamment plus que jamais l'achat de véhicules propres. "Le parc automobile de l'État et des établissements publics de l'État doit respecter un seuil minimum de 50 % de véhicules à faibles émissions lors du renouvellement annuel (acquisition ou location longue durée)", souligne Jean Castex. "En outre, je souhaite que les autres organismes publics relevant de la compétence de la Direction des Achats de l'État (DAE) participent à ce même objectif de renouvellement du parc automobile." >> Lire l'article complet sur le site de Caradisiac


Travel management

Carburants alternatifs dans l'aérien : mirage ou eldorado ?

Par Advito - Les biocarburants ne se valent pas tous, loin s'en faut, et certains sont particulièrement intéressants : le fuel produit à partir d'huile de friture usagée émet par exemple 25 fois moins de CO2 que celui produit à base d'huile de palme ! Et justement, c'est globalement vers ces biocarburants de deuxième génération (huile usagée, résidus forestiers, déchets municipaux...etc) que se tourne le secteur aérien, contrairement au secteur automobile par exemple (rappelons que 40% du maïs cultivé aux Etats-Unis sert à produire du bioéthanol pour les voitures). Les entreprises leader dans la production de "sustainable aviation fuel" comme SkyNRG ou bien les compagnies qui utilisent déjà du biofuel (Air France-KLM, United, Alaska Airlines, SAS, Finnair...etc) privilégient dans l'ensemble ces matières premières durables. Par ailleurs, et même si le démarrage est lent, le processus vers un développement massif des carburants alternatifs semble bel et bien enclenché. La plupart des compagnies accélèrent : Delta ou British Airways n'utilisent aujourd'hui pas de SAF (Sustainable Aviation Fuel), mais se sont engagées à un acheter d'importantes quantités dans les prochaines années (Delta s'est engagé à acheter 50 millions de litres par an, quand IAG investira 400M€ sur les 20 prochaines années). De même, plusieurs compagnies (Lufthansa, Finnair) offrent directement aux voyageurs la possibilité d'acheter du biocarburant au moment de la réservation.>> Lire l'article complet sur Déplacements Pros


RH / management

Les inégalités hommes-femmes en 6 graphiques

Quant au volet économique, les inégalités ont même augmenté en 2019. Les analystes du Forum économique mondial évoquent un " triple fléau " qui frappe les femmes : elles sont davantage représentées dans les fonctions les plus durement touchées par l'automatisation, trop peu dans celles où les salaires augmentent significativement ; elles souffrent du manque d'infrastructures de soins (soins qui leur prennent deux fois plus de temps que les hommes) ; et elles ont des difficultés d'accès au capital (ce qui les empêche de mener une activité entrepreneuriale). Selon une enquête menée en partenariat avec LinkedIn, le plus grand défi à relever en la matière est celui de la sous-représentation des femmes dans les métiers émergents. Dans les professions liées aux données et à l'intelligence artificielle, elles ne comptent que pour 26% des effectifs, et seulement 12% dans le cloud computing. Trois axes d'action sont identifiés : veiller à ce que les femmes soient dotées des compétences techniques nécessaires et que celles qui le sont soient visibles, améliorer les processus de recrutement pour promouvoir la diversité, et créer une culture du travail plus inclusive. >> Lire l'article complet sur HBR


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet