En ce moment En ce moment

Trophées Décision Achats / CNA 2019: Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes remporte la catégorie "RSE"

Publié par le | Mis à jour le
Trophées Décision Achats / CNA 2019: Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes remporte la catégorie 'RSE'
© nicepicparis

Aux côtés des directions des achats du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes et de la centrale d'achats régionale, il y avait un quatuor d'établissements bancaires: BNP Paribas, Crédit Agricole, Groupe BPCE et Société Générale, trophée ar gent, et L'Oréal, trophée bronze.

Je m'abonne
  • Imprimer

Le prix or de la catégorie "RSE" est revenu à la centrale d'achats régionale créée par le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes pour massifier et optimiser les achats, mais surtout favoriser l'accès des fournisseurs locaux aux marchés régionaux, développer l'achat de produits de qualité respectueux de l'environnement, du bien-être animal et de la santé, le bio et les circuits courts. Auparavant, sur la Région Auvergne-Rhône-Alpes dont le volume d'achats pour la restauration scolaire représente 54 millions d'euros par an, il y avait une très faible mutualisation et rationalisation des coûts entre tous les acteurs. Pour améliorer cet état de fait, il a été décidé, en 2017, de créer une centrale d'achats régionale dédiée aux achats de denrées alimentaires dans une démarche collaborative avec l'ensemble des partenaires des filières agricoles, afin de mieux appréhender les contraintes des fournisseurs.

Parmi les grands principes qui guident la centrale : accessibilité des marchés aux petits fournisseurs (et accompagnement), simplification des cahiers des charges et des modalités de réponse, ainsi que recherche d'un équilibre des relations avec les producteurs (pondération du critère prix minoritaire sur certaines familles d'achats) et niveaux de prix des produits assurant une rémunération correcte pour les producteurs. Aujourd'hui, la centrale recense 128 entités "clientes" (108 lycées publics, 11 collèges, 9 départements). Elle a signé 157 contrats avec plus d'une centaine de fournisseurs/producteurs de proximité concernés et présente une offre alimentaire qui s'appuie sur les besoins réels des établissements, dont les contraintes ont été intégrées. "En tant qu'acteur public, le soutien aux marchés équitables et au développement de filières synonymes d'équilibre pour toutes ses parties prenantes doit être au coeur de nos démarches", a commenté Sonia Martin, directrice des achats du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir reçu son prix sur scène.

Quand quatre banques créent, ensemble, une cartographie des risques RSE

Le prix argent de la catégorie RSE est revenu à un quatuor composé de quatre établissements bancaires: BNP Paribas, Crédit Agricole, Groupe BPCE et Société Générale. Les équipes achats responsables des établissements bancaires, qui voulaient pouvoir mieux identifier les risques d'impacts environnementaux et sociaux de leurs achats, ont travaillé ensemble pour établir une cartographie des risques RSE, dans une approche filière, permettant d'évaluer un niveau de risque global par catégorie d'achats. Pour les aider à élaborer leur ­cartographie, les équipes achats responsables des quatre banques ont fait appel à l'Afnor. Après avoir défini une nomenclature achats commune (une centaine de ­catégories), le groupe de travail a planché sur une méthodologie de notation (notes, sources...), puis validé le niveau de risque et les commentaires associés à chaque enjeu. Risque à présent analysé pour chaque catégorie selon trois paramètres : ses sources, sa criticité et la gravité des conséquences. Trois critères liés au contexte ont aussi été retenus : la chaîne d'approvisionnement, l'intensité de la main-d'oeuvre et l'environnement des affaires, lié au pays. Le niveau de risque global est noté sur 100. Résultats : un outil commun d'identification et de ­hiérarchisation des risques RSE pour une centaine de catégories achats.

Les achats de L'Oréal comme vecteurs d'inclusion sociale

L'Oréal, qui veut "mettre son leadership du marché de la beauté au service du développement durable", a bâti le programme Sharing Beauty With All, en 2010, qui repose sur des engagements RSE forts, auxquels il associe ses fournisseurs. Lequel programme comporte notamment un pan destiné à favoriser l'inclusion sociale et à donner, à horizon 2020, l'accès à l'emploi à 100 000 personnes en situation de vulnérabilité économique et sociale. Ce programme mondial d'achats solidaires Solidarity Sourcing consiste à dédier une partie de ses achats (directs et indirects) à des fournisseurs qui permettent l'accès à un travail et à un revenu pérennes à des personnes généralement exclues du marché du travail. Les surcoûts potentiels générés sont considérés dans une approche coût global par L'Oréal, qui n'hésite pas à investir financièrement et humainement dans la création de filières responsables et solidaires sur les principes du commerce équitable. Résultats : le nombre de bénéficiaires croît de plus de 16 % par an. En 2018, 56 842 personnes (+ 8 150 vs 2017) ont pu accéder ou conserver un emploi et un revenu décent.


Je m'abonne

la rédaction

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Par Synertrade

premiere vue cette loi peut representer de nouvelles contraintes pour les entreprises ainsi que des risques reputationnels et financiers Mais [...]

Sur le même sujet