Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

10 compétences méconnues de startupers dont les grandes entreprises peuvent et doivent tirer parti

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

4. Le startuper n'a pas peur de se remettre en question, il appelle cela "pivoter" : dans les grands groupes, ce pivot est encore redouté, perçu comme un échec. Le startuper sait pourquoi et comment pivoter, comment effectuer le pivot rapidement, et comment emmener ses partenaires - et donc une éventuelle hiérarchie - dans sa nouvelle direction.

5. Le startuper sait que ce n'est pas l'idée mais la façon et la rapidité avec laquelle on la développe qui comptent. Il sait trouver les raccourcis pour sortir le produit au plus vite, de la façon la plus efficace et en plaçant l'utilisateur au centre de sa démarche.

6. Le startuper est un obsédé de l'expérience utilisateur : il a une sensibilité très forte en termes de retour d'expérience. Contrairement au grand groupe où la vision du produit est morcelée entre les équipes, le startuper voit tout, il est obsédé par le détail. Il développe une vision de tous les points de contact de son sujet, du packaging à ce qu'on ne voit pas.

7. Le startuper développe des compétences métiers ultra spécifiques et nouvelles : à travers la création de son produit/service, il devient un expert dans le développement d'une communauté, dans la smart city, dans l'intelligence artificielle au service de la relation-client, etc. C'est même souvent lui qui crée ces nouvelles compétences/métiers. Ses apprentissages sont réplicables dans bien des secteurs.

8. Le startuper est à la pointe des solutions disponibles sur le marché. La concurrence est si forte et ses concurrents souvent tellement plus puissants que lui, qu'il doit toujours avoir une longueur d'avance. Sa capacité d'exploration est donc particulièrement importante et son pouvoir de recommandation inégalé.

9. Le startuper aime partager ce qu'il vit, ce qu'il a appris : biberonné d'infos, il fait partie d'une génération où le partage prédomine : partage de sa vie sur les réseaux sociaux, Moocs, webinars à foison... Là où l'on protégeait autrefois son idée comme un trésor, aujourd'hui on la confronte pour avancer très vite. Il a donc assez naturellement le goût du partage de sa propre expérience et de ses conseils.

10. Le startuper est libre : il n'a pas besoin de cette grande entreprise pour vivre. Dès lors, son avis est particulièrement objectif et dénué de toute considération "politique" et hiérarchique, donnant souvent lieu à des retours assez "cash" : le projet fonctionne ou pas, les conditions de son développement sont celles-ci, que ça plaise ou non... Il ne s'encombre pas de broutilles, il veut que ça avance.


Par Whyers - entreprise spécialisée dans le reverse-mentoring de grandes entreprises par des startupers.

Je m'abonne

Whyers

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles