Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Publié par le - mis à jour à

Je m'abonne
  • Imprimer

Du commerce, de la supply chain, du marketing

Selon Olivier Bideault, vice-président de Cap Gemini Invent en charge de la practice consulting dédiée à la fonction achats, "les acheteurs sont encore trop vus comme des hyper-experts de leur métier. Cela peut les enfermer durablement dans cette fonction s'ils ne prennent pas garde à développer d'autres compétences afin de jouer sur d'autres tableaux que la réduction des coûts et montrer ainsi l'étendue de leurs compétences".

Pour ceux qui font le choix de changer d'orientation, les voies d'évolution les plus prisées sont celles de la direction des opérations ou de la supply chain, selon Christophe Macary, consultant practice achats et commercial pour le cabinet Robert Walters. Il met également en évidence le lien avec le commerce, fonction largement ciblée par les ex-acheteurs. "Entre les achats et le commerce, beaucoup de compétences sont communes, en particulier celle de savoir déployer les bons arguments pour convaincre".

Michel Maurin

Michel Maurin va plus loin. Il a été directeur des achats indirects chez Orange pendant 5 ans, entre 2012 et 2017. Depuis, il a évolué vers un poste de global account directeur au sein de l'entité Orange Business Services. "J'ai aujourd'hui des clients que je fréquentais autrefois lorsqu'ils étaient mes fournisseurs. J'ai beaucoup appris aux achats, je comprends parfaitement la stratégie de mes clients, leurs besoins. Je peux les accompagner dans leur développement et leur transformation digitale", analyse-t-il. Et de glisser : "J'avais occupé d'autres fonctions avant les achats, notamment sur les partenariats et l'IT, mais si je n'étais pas passé par la case achats, je n'aurais jamais pu occuper mon poste actuel". Il reconnaît aussi l'acquisition de compétences clés qu'il faut avoir aux achats : la rigueur, le leadership, la capacité d'adaptation. "Ce poste aux achats m'a vraiment fait grandir et me permet aujourd'hui d'exercer des responsabilités business importantes. Les entreprises devraient desserrer les mailles de leurs filets pour permettre à leurs acheteurs d'aller plus facilement vers des postes business sur lesquels ils seraient excellents".

Olivier Bideault, l'expert de Cap Gemini sur les achats, conclut sur une note positive. "Je suis persuadé que les portes de l'évolution professionnelle s'ouvriront plus facilement aux acheteurs dans les prochaines années. On leur demande aujourd'hui d'être bien autre chose que des cost killers. Ils sont désormais sur tous les fronts : la transformation digitale, la RSE, le marketing, l'innovation... Cela leur permet de devenir des experts de ces domaines aussi et donc, potentiellement, de s'ouvrir d'autres voies".

Je m'abonne

Stéphanie Gallo

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Retour haut de page