En ce moment En ce moment

Ce que le coronavirus nous apprend sur le management d'équipe

Publié par le - mis à jour à
Ce que le coronavirus nous apprend sur le management d'équipe

Depuis plusieurs années, les managers sont encouragés à abandonner les vieux modèles de management et à révolutionner leurs pratiques pour diriger par la confiance et l'autonomisation plutôt que par le contrôle.

Je m'abonne
  • Imprimer

Réjouissons-nous : là où les anciennes pratiques avaient la vie dure, les règles de télétravail instaurées pour gérer la crise du Coronavirus ne laissent plus le choix aux managers, qui doivent s'adapter bon gré mal gré.

En l'espace d'une semaine, les managers d'équipe ont dû repenser la façon dont ils suivent leurs collaborateurs, au niveau de la productivité et des résultats mais également de la motivation et de l'esprit d'équipe. Et souvent, pour le meilleur ! Voici les premiers enseignements à tirer de la situation.

Les résultats comptent plus que la présence au bureau

Alors que l'on sait depuis longtemps que les employés sont jusqu'à 30% plus productifs en télétravail (Source : DGE / Greenworking / CGET), beaucoup d'entreprises rechignent encore à permettre à leurs collaborateurs de travailler depuis chez eux. Seuls 6% des employés pratiquaient le télétravail de façon contractuelle en 2018 (Source : Malakoff Mederic). En cause, l'importance accordée en France à la présence à son bureau, qui reste encore la norme pour juger de la productivité d'un employé.

Dans la situation actuelle, il n'est plus possible de s'assurer que les collaborateurs sont bien devant leur ordinateur, d'autant plus que beaucoup d'entre eux doivent jongler avec leurs obligations parentales et fractionner leur journée de travail pour pouvoir s'occuper de leurs enfants. Les managers doivent donc faire confiance à leur équipe et contrôler le résultat de leur travail plutôt que le présentéisme. Un recentrage indispensable qui pourra nous permettre, une fois la crise passée, de sortir de la tyrannie du "t'as pris ton après-midi ?".

L'autonomie est la clé de la créativité

Les collaborateurs esseulés doivent, pour beaucoup, faire face à une baisse drastique de leur activité, puisque l'ensemble des secteurs sont touchés par la crise. C'est à l'aune de cette situation que les bonnes politiques de management se révèlent payantes. En effet, les collaborateurs engagés dans leur travail se montreront spontanément plus solidaires, dynamiques et auront tendance à proposer d'eux-mêmes des actions et des idées pour améliorer la performance ou la valeur ajoutée de l'entreprise, là où les autres (qui représentent tout de même entre 60% et 90% des salariés, en fonction des études) resteront désoeuvrés... ou profiteront de ce "temps libre" pour chercher un nouveau travail.

Mettre à jour de la documentation, actualiser sa base client, réfléchir à l'optimisation d'un processus... Les tâches de fond pour améliorer le quotidien de l'entreprise ne manquent pas. Ce qui peut manquer, en revanche, c'est la motivation des salariés à s'attaquer à ces tâches d'eux-mêmes, surtout s'ils sont habitués à un management coercitif qui ne laisse pas de place à l'autonomie.

A l'inverse, les managers centrés sur l'humain et appliqués à développer l'épanouissement de leurs collaborateurs sortiront certainement grandis de cette période, avec une organisation plus solide, un attachement renforcé des salariés à l'entreprise et à leurs collègues et, pourquoi pas, de nouvelles idées et innovations à tester une fois l'activité relancée.

Le team-buidling, c'est tous les jours

Gageure du manager en ces temps de confinement : insuffler un esprit d'équipe à distance. Pour ce faire, la créativité est de mise ! Certaines entreprises ont décidé de lancer des challenges quotidiens à leurs salariés via leur réseau social d'entreprise, quand d'autres organisent le concours du plus beau pyjama lors du point matinal.

Au-delà de ces initiatives, l'important reste de pouvoir se voir et se parler de façon la plus régulière possible et de créer des rituels, pas forcément en lien avec l'activité opérationnelle, qui permettent de maintenir le sentiment d'appartenance.

En cette période où seules les conférences en visio permettent de se retrouver, les managers mesurent à quel point l'impression d'appartenir à une communauté est tenue et fragile. Le télétravail révèle par ailleurs au manager que maintenir un esprit d'équipe solide doit faire partie de ses préoccupations quasi-quotidiennes, et que le simple fait de travailler dans un même espace ou d'organiser des événements ponctuels (comme un séminaire annuel) ne peuvent pas suffire.

Cette période met en lumière la nécessité de créer des rendez-vous réguliers dans des espaces de travail adaptés (ou en ligne, puisque la pratique du télétravail va se généraliser) pour maintenir un attachement à ses collègues et améliorer l'expérience collaborateur. Pour cela, les outils de management visuels comme les stand-up meeting matinaux, les dashboards hebdomadaires affichés en salle commune ou encore la pratique du feedback collectif se révèleront des aides précieuses lors de la reprise de l'activité.

Ancrer le changement, l'enjeu pour les entreprises

La situation actuelle offre donc une opportunité enthousiasmante pour le management de se réinventer au profit de méthodes modernes et de favoriser l'engagement des salariés. Cependant, si le changement est imposé de façon ponctuelle par la période de confinement, il ne pourra s'ancrer dans la culture et les moeurs de l'entreprise que si les dirigeants le décident.

Pour cela, il faudra entamer une transformation profonde. Technologique d'abord, avec la généralisation des accès à distance sécurisés, des systèmes de chats et de visio comme Skype et les bases documentaires partagées, comme Teams, ainsi que les infrastructures suffisamment solides pour supporter un fort trafic.

Culturelle ensuite, pour révolutionner le rôle du manager dans la durée, en le formant à devenir non plus un contremaître en charge du contrôle des équipes, mais un animateur bienveillant dévoué au développement de ses collaborateurs.

C'est donc tout le système de formation des managers et des employés, de partage des connaissances, de recrutement et de cartographie des expertises qui est à revoir, pour transformer l'entreprise en une entité apprenante, capable de s'adapter, d'être souple et de rebondir plus facilement face à des situations aussi inédites que celle que nous vivons aujourd'hui.

Malgré l'impact économique tragique que le Coronavirus aura sur la majorité des entreprises, cette période peut également accélérer la transformation pour celles qui sauront en tirer les bonnes leçons.

La situation actuelle a l'avantage de mettre le management traditionnel face à ses contradictions et de balayer les vielles pratiques en l'espace de quelques jours.

Tout l'enjeu sera désormais, pour les managers et les entreprises, de pérenniser ces changements en donnant des moyens technologiques et culturels à leurs employés, car ces modes de management sont bénéfiques et favorisent une meilleure performance individuelle et collective. Performance qui sera certainement au coeur des préoccupations de chacun lors de la reprise des activité

Pour en savoir plus

Juliette Briard, anciennement journaliste, est aujourd'hui manager chez Square.



Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Juliette Briard, manager chez Square

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet