En ce moment En ce moment

(Tribune) L'intelligence artificielle au service de l'optimisation de la gestion des dépenses

Publié par le
(Tribune) L'intelligence artificielle au service de l'optimisation de la gestion des dépenses

Je m'abonne
  • Imprimer

Une avancée révolutionnaire dans la gestion des dépenses

La possibilité de transformer les données en vecteurs a vraiment changé la donne. En détectant des mots similaires ou proches, la machine peut désormais déduire leur signification. Elle devient sans cesse plus intelligente et plus rapide, ce qui rend désormais possible le classement d'un million de factures en une semaine.

De plus, l'intelligence artificielle permet aujourd'hui de suivre les dépenses marginales des collaborateurs qui payent des articles par carte de paiement alors que l'entreprise a souscrit à des contrats fournisseurs en amont. En regroupant tous ces paiements épars, l'entreprise réalisera des économies d'échelle et pourra réduire le nombre de ses fournisseurs. Elle pourra identifier toutes les dépenses IBM pour l'ensemble des déclinaisons du nom et les regrouper dans son programme de sélection des fournisseurs. Il sera également possible d'identifier les dépenses IBM qui transitent par des revendeurs à valeur ajoutée et de les rajouter. Ces activités classiques d'optimisation des dépenses confèrent une vue globale grâce à l'intelligence artificielle.

Cette meilleure visibilité entraîne un cercle vertueux. Car, en adoptant une vision plus globale, l'entreprise pourra mieux savoir ce qu'elle achète (et auprès de qui) et ainsi appliquer des règles d'approvisionnement éthique d'un bout à l'autre de la chaîne.

La fin des consultants ?

85 à 90% des dépenses peuvent aujourd'hui être classées par le machine learning. Le reste de ces dépenses a besoin du deep learning qui peut alors classer jusqu'à 95%. Au fil du temps et de l'acquisition de connaissances, l'entreprise peut atteindre 98 ou 99%.

Cela ne signe pas pour autant la fin de missions des consultants, qui devront néanmoins revoir leur approche. A présent, ils interprètent les données et apportent des conseils à l'entreprise en réduisant les tâches précédemment réalisées manuellement. Dorénavant, ils proposeront des services à plus forte valeur ajoutée. Les techniques sont les mêmes depuis des années, mais à présent, nous avons les outils, la technologie et les données pour les faire fonctionner. Il suffit de rendre la machine plus intelligente en lui donnant plus de données. Le véritable pouvoir réside dans ce que les gens en font. Maintenant qu'il est possible de voir tout le " tail spend " sans jamais devoir normaliser à nouveau 2,6 millions de lignes de données, les perspectives sont littéralement énormes.

Très peu de gens sont compétents dans ce domaine spécifique qu'est l'intelligence artificielle, si bien que jusqu'ici, l'analyse des dépenses demeurait une spécialité de niche du back-office. L'élargissement du zoom et la visibilité totale que confère l'analytique sont les conditions de la résolution des problèmes que rencontrent les entreprises du monde entier, et c'est en utilisant ces technologies qu'elles pourront réaliser des économies et agir avec davantage d'efficacité.

L'auteur : Alexis Hartmann, VP Europe du Sud, Coupa Software

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Alexis Hartmann, VP Europe du Sud, Coupa Software

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet

IT / Digital

Par Fanny Perrin D'Arloz

Après le déploiement d'une direction des achats, le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes a choisi de se doter d'un progiciel e-achat pour homogénéiser [...]