En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le
© Choat - stock.adobe.com

Je m'abonne
  • Imprimer

Prise de conscience

D'autres entreprises n'ont pas eu la fibre responsable dès leur origine. C'est le cas, notamment, des grands groupes, régis depuis toujours par des objectifs de croissance et de rentabilité. Ils ont dû s'adapter, contraints avant les autres par les lois de plus en plus exigeantes concernant leur impact global. Beaucoup ont su tourner ces changements de paradigmes comme de nouvelles opportunités d'innovation et de business, même si la transition n'a pas été facile à opérer en interne.

"Le développement durable est devenu un sujet partagé par tous : stratégique, inspirant et structurant pour le comité exécutif, il est aussi une source de sens et de fierté pour l'ensemble des collaborateurs, assure Sandrine Sommer, directrice développement durable et RSE chez Guerlain. Nous ne cessons de placer la barre de plus en plus haut sur nos quatre axes d'engagement : l'engagement social, l'éco-conception de nos créations, la réduction de notre empreinte sur le climat en visant la neutralité carbone d'ici 2028 et la préservation de la biodiversité et tout particulièrement celle de l'abeille."

La filiale du groupe LVMH se mobilise pour la protection des abeilles, symboles de Guerlain depuis 1853. Quatre programmes leur sont dédiés, dont la Bee School qui rassemble des collaborateurs volontaires pour sensibiliser les enfants à la biodiversité dans les écoles. Ou Bee respect, une plateforme digitale de traçabilité des produits de la maison. Chaque client peut accéder à une mine d'informations concernant la provenance des ingrédients des produits Guerlain, le chemin parcouru par chacun, leur cycle de fabrication, leur distribution jusqu'à leur fin de vie. Enfin, l'impact sociétal n'est pas en reste. "Nous encourageons l'estime des femmes en soutenant les associations Belle & Bien, les Restos du coeur et Laurette Fugain. Sans oublier notre partenariat depuis dix ans avec les villes de Montfermeil et Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, pour valoriser les jeunes talents et la diversité", ajoute Sandrine Sommer.

Innovations made in France

En parallèle des entreprises qui se transforment, d'autres naissent, portées par des entrepreneurs engagés souhaitant changer le monde en profondeur. Elles sont le fruit d'innovations incroyables mûrement réfléchies pour préserver l'environnement, aider les plus démunis, améliorer le bien-être des collaborateurs ou encore réinventer un secteur.

Par exemple, la start-up Woodoo révolutionne l'architecture en fabriquant un nouveau matériau. Hyper résistant et augmenté, il est fait à base de bois imputrescible, malléable, translucide et résistant au feu. "Woodoo revalorise la filière bois en France et répond à la réglementation thermique 2020 qui contraint les grands bâtiments à intégrer au moins 30 % de bois", souligne son fondateur Timothée Boitouzet dans l'ouvrage 100 innovations qui vont changer le monde en mieux (éditions Dunod). La fondatrice de Glowee, Sandra Rey, y raconte son entreprise d'éclairage urbain produit grâce à un procédé révolutionnaire. "Glowee, c'est la mer qui nous éclaire. Une source de lumière vivante, qui fonctionne sans consommer d'électricité, et en émettant peu de pollution lumineuse et de CO2. Cette lumière est bioluminescente ! La bioluminescence est une réaction chimique, régie par un gène, qui se produit chez de nombreux organismes vivants : vers luisants, lucioles, champignons ou 90 % des organismes marins : planctons, méduses, calamars, poissons..." Au lieu d'être une source de consommation énergétique, la lumière devient une source de production d'énergie.

Autre innovation ingénieuse : celle de Love Your Waste qui accompagne les restaurants collectifs dans le tri, la collecte et la valorisation des bio-déchets en les transformant en biogaz et en engrais naturels. La start-up veille également à l'insertion de chômeurs longue durée en leur donnant du travail.

De son côté, Qarnot Computing récupère l'énergie dégagée par les ordinateurs pour la transformer en chauffage pour les particuliers et les entreprises. "Notre solution permet de faire d'une pierre plusieurs coups. Nous faisons de la récupération de chaleur, c'est beaucoup moins coûteux et écologique, avec une forte baisse de l'impact carbone", décrit Paul Benoit, cofondateur de Qarnot Computing.

Autre exemple, Homeless Plus, l'appli mobile créée en 2015 par Aïda Demdoum, également patronne de l'agence Sonilog. Son concept : géolocaliser les sans-abris pour pouvoir leur offrir un petit-déjeuner, un vêtement ou juste un sourire. Téléchargée plus de 15 000 fois, elle a déjà permis de venir en aide à plus de 8 000 SDF. L'appli a bénéficié de soutiens financiers divers : campagne de crowfunding publique, partenariats événementiels ou encore aide de la Fondation Cetelem. Quant à Famileo, elle a trouvé le moyen de combattre l'isolement des personnes âgées. Cette société basée à Saint-Malo compile, dans une gazette personnalisée, imprimée et envoyée à domicile, des photos et petits mots des enfants et petits-enfants qui souhaitent faire partager leurs souvenirs à leurs anciens. Une jolie façon, aussi, de témoigner leur amour... Face à l'urgence climatique et aux inégalités sociétales qui perdurent, les entreprises vont-elles, enfin, toutes accélérer leur transition, pour un meilleur impact global ? Ce serait simplement défendre une mission d'intérêt général.

Lire la suite en page 3 : Témoignages de chefs d'entreprise

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Emilie Kovacs

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet