Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Télématique : un marché en plein essor

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Zoom - Choisir un boîtier de télématique

Les boîtiers "trois fils" sont alimentés par la batterie du véhicule mais ils n'accèdent pas à son électronique. Ils utilisent leurs propres capteurs (GPS, accéléromètres) pour extrapoler, à partir des données recueillies, des valeurs telles que la consommation ou le kilométrage. Ce sont les moins chers mais aussi les moins précis techniquement (2 à 4 % de marge d'erreur) même si leur précision s'avère suffisante pour la plupart des flottes. A noter que plus leur fréquence d'échantillonnage (Hertz) est élevée, plus leurs données seront précises. Certains intègrent une batterie autonome activant la géolocalisation en cas de vol du véhicule à l'arrêt.

Les boîtiers "OBD" se branchent sur la prise diagnostic du véhicule, accédant à des informations natives à bord du véhicule. Cependant, l'OBD n'a pas été conçu pour la télématique mais pour les réparateurs. Il faut donc pratiquer du "reverse engineering" pour interpréter ces données sous une forme utile et lisible par un gestionnaire de parc. Attention, certains constructeurs découragent cet usage de l'OBD en le coupant lorsque le véhicule roule. S'il est facile à brancher, le boîtier est également accessible au conducteur, qui peut le débrancher.

Quant aux boîtiers qui se branchent sur le bus CAN, ils extraient les données exactes provenant de la centrale du véhicule, mais leur installation nécessite un agrément du constructeur automobile au risque de perdre la garantie du véhicule. Certaines informations échappent au bus CAN telles que les intervalles de révision (accessibles via l'OBD).


Zoom - Gestion des amendes: identifier le conducteur

Depuis le 1er janvier 2017, les entreprises sont tenues de "dénoncer" leurs conducteurs verbalisés par un radar automatisé. Dans le cas de véhicules de pool non affectés, la télématique permet de retrouver le conducteur. Tous les prestataires ont aujourd'hui une offre de ce type, mais toutes les ­technologies ne se valent pas.

- Le clavier codé : le conducteur compose un code PIN avant
de démarrer. Avantage : pas de support d'identification que le salarié pourrait égarer. ­Inconvénient : un clavier à fixer sur le tableau de bord.

- La puce RFID : une technologie incorporée dans la plupart des badges des entreprises. Avantage : le salarié peut "pointer" et prendre le véhicule avec le même support. Inconvénient : l'installation d'un lecteur spécifique à bord.

- La clé Dallas : conçue par Texas Instruments, cette puce comporte un identifiant crypté sur 16 chiffres. Avantage : une ­solution robuste et pas chère. Inconvénient : double équipement à prévoir pour le véhicule et pour le conducteur.

- Le Bluetooth : le salarié est identifié grâce à son téléphone portable. Avantage : pas de ­travaux sur le véhicule. Inconvénient : à réserver aux conducteurs équipés de ­smartphones Bluetooth.

Enfin, certains prestataires ­proposent un buzzer : si le conducteur oublie de s'identifier, la sonnerie le rappelle à l'ordre.

Je m'abonne

Jean-Philippe Arrouet

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles