Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Firex : naissance d'une filière de recyclage pour les vêtements professionnels

Publié par le | Mis à jour le
Michel Lopez, coordinateur du projet Frivep, vice-président d'Orée, référent économie circulaire du groupe SNCF.
Michel Lopez, coordinateur du projet Frivep, vice-président d'Orée, référent économie circulaire du groupe SNCF.

En 2016, la SNCF a initié le projet Frivep dans le club métier textiles d'Orée avec pour objectif l'expérimentation d'un projet de filière de recyclage des vêtements professionnels. Explications de Michel Lopez, coordinateur du projet Frivep, vice-président d'Orée, référent économie circulaire du groupe SNCF.

Je m'abonne
  • Imprimer

Quelles sont les conclusions du projet Frivep sur la création d'une filière de recyclage pour les vêtements professionnels ?

Le projet avait pour objectif de caractériser les gisements de grandes entreprises donneuses d'ordres, ainsi que d'examiner les conditions de tri et de démantèlement des produits pendant 18 mois. Il a permis d'élaborer un ensemble de constat, comme la nécessité d'éco-concevoir les vêtements et celle des opérateurs, de mettre au point de nouvelles technologies en matière de tri optique et tri des matières. Aujourd'hui, lorsque nous procédons au démantèlement des matières à l'aide de nos machines actuelles, nous perdons énormément de matière, une fois ces machines optimisées nous en aurons plus à recycler. Ces constats devraient se concrétiser en action lors de la suite du projet baptisé Firex. Il est actuellement en attente d'une validation de l'ADEME.

A terme, cette filière de recyclage idéale pourrait-elle créer une boucle fermée ?

La boucle fermée est un fantasme qui ne se réalisera pas avant de nombreuses années. Sur un vêtement, il y a une accumulation de couches de matières différentes. Nous savons faire du coton ou du polyester 100% recyclés, mais nous ne sommes pas encore dans des dimensions industrielles suffisantes pour créer une boucle fermée. Nous n'avons ni la capacité technique, ni les gisements nécessaires pour le faire. Ce que nous recyclons va pouvoir revivre dans certains éléments du vêtement, ou dans des éléments externes, comme des matières isolantes.

Enfin, comment définiriez-vous l'éco-conception ?

Le principe de l'éco-conception est de penser à la fin de vie d'un vêtement, dès sa conception. Nous allons réfléchir aux matières à utiliser, afin qu'elles soient plus simples à recycler en sélectionnant des matières saines, qui respectent un certain nombre de certifications.Nous cherchons aussi à rendre le produit le plus efficace et simple possible, plus les vêtements sont complexes, plus leur recyclage l'est aussi. En termes de sourcing, il s'agit aussi de réfléchir à l'impact environnemental de la matière choisie, nous savons bien que le coton par exemple n'est pas très écologique. L'éco-conception c'est vraiment prendre le problème très en amont afin de concevoir un vêtement qui remplisse toutes les cases vertueuses.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles