Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

TEMOIGNAGE - "Nous avons l'opportunité d'opérer les changements que nous convoitions"

Juliette Gazel, responsable des achats chez Thales

Dès le 10 avril, la direction des achats de Thales entamait la rédaction d'un guide d'achats post-confinement. "Tous les sites s'adaptent à leur rythme, selon le nombre de collaborateurs en présentiel, installant des cloisons en plexiglas facilement démontables", explique Juliette Gazel, la responsable des achats. L'urgence traitée, elle se penche depuis sur la refonte des espaces de travail. C'est plutôt l'organisation en elle-même qui va être révisée ; les bureaux étant déjà pourvus de postes modulaires et partagés. "Même si nous avions déjà autorisé le télétravail, il pourrait être étendu. Cela reste une réflexion lourde et globale à laquelle il faut consacrer du temps pour trouver la façon de travailler qui soit économiquement pérenne". Pour l'heure, les télétravailleurs se voient défrayés d'une partie de leur abonnement internet. Le collaborateur Thales est souvent mobile entre les déplacements, les réunions, les congés... "Une partie des postes est habituellement inoccupée. Nous avons aujourd'hui l'opportunité d'opérer les changements que nous convoitions sans jamais nous y atteler", conclut Juliette Gazel.

"Le télétravail doit être organisé, jusqu'à l'équipement !"

3 QUESTIONS À

Tanguy Hopchet, country manager France de BakkerElhuizen, qui explique comment lotir les télétravailleurs pour limiter le stress, la fatigue visuelle et les troubles musculo-squelettiques

Comment se place la France par rapport au télétravail ?

Elle est à la traîne ! La maturité de l'équipement le prouve : un des accessoires le plus vendu pendant le confinement en Hollande a été le rehausseur pour ordinateur portable ; en France, il s'agit de l'ordinateur portable, de l'imprimante ou de la connexion Internet ! Cependant, 84% des salariés émettent le souhait de continuer à travailler à leur domicile après la Covid-19.

Que doit inclure le kit d'équipement ?

Il se compose d'un siège ergonomique, d'un bureau réglable en hauteur ou une station assis-debout, d'un rehausseur pour ordinateur portable afin que l'écran se situe à bonne hauteur ; soit que son point culminant se situe à un niveau juste en dessous de l'oeil. En cas de port de verres progressifs, l'écran est à positionner légèrement plus bas. Pour les modèles sur pied, l'achat d'un bras d'écran ou d'un rehausseur se justifie. Il faut veiller à placer l'écran à une distance des yeux comprise entre 70 et 80 centimètres, de préférence perpendiculairement à une fenêtre. La souris verticale est recommandée pour prévenir le syndrome du canal carpien, au même titre que le clavier déporté. Le rehausseur avec porte-document intégré est fortement préconisé, éliminant jusqu'à 5 000 mouvements de tête par jour. Enfin, le filtre de confidentialité absorbe jusqu'à 35 % de la lumière bleue, causant migraines et fatigue oculaire.

Comment lutter contre les méfaits de la sédentarité du télétravailleur ?

Le plus important est de varier ses postures tout au long de la journée. Le logiciel Work&Move sert à le rappeler, faisant apparaître des pop-up depuis l'écran d'accueil de son souscripteur, suggérant des micro-pauses (10 secondes), des pauses actives (3 minutes) ou en mouvement avec un arrêt de travail réel (10 minutes). La licence est commercialisée trois euros par mois pendant trois ans.

Focus- Pensez à digitaliser votre accueil

Mesures sanitaires oblige, le nombre de visiteurs autorisés à pénétrer dans l'enceinte de l'entreprise a été soumis à des règles. Qu'elles soient levées ou non, la digitalisation de l'espace d'accueil apparaît nécessaire, notamment pour soulager le personnel en place. "Il y 5 ans, cette décision d'achat était guidée par un souci d'image ou une volonté de réduire le papier. Depuis 2 ans, elle répond à une dimension sécuritaire", constate Grégory Blondeau, CEO de Proxyclick. La mise en place d'un système d'approbation du visiteur est un moyen de mesurer et d'espacer les entrées, voire de les échelonner. Il limite également les contacts ; le visiteur recevant le jour J un e-mail automatique qui contient un QR Code à présenter aux portiques d'entrée. "En période d'épidémie, il nous est aisé d'identifier et de prévenir en un clic les visiteurs qui ont pu être en contact avec le virus". Compter à partir de 100 euros par mois.

Je m'abonne

Fanny Perrin d'Arloz

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles