Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Espace dynamique de travail: levier RH mais aussi levier économique

Publié par Camille George le - mis à jour à
Espace dynamique de travail: levier RH mais aussi levier économique

Repenser le bureau pour repenser le travail, tel était le thème développé lors des dernières Matinales de l'innovation. En ligne de mire les nouveaux concepts d'espaces dynamiques de travail qui présentent des avantages multiples pour les salariés et pour l'entreprise en termes d'économies.

Je m'abonne
  • Imprimer

Ces lieux atypiques ouverts, décloisonnés, flexibles, où le bureau tel qu'on l'entend de façon traditionnelle n'existe plus, se développent de plus en plus. Open space, corpoworking, coworking, flex office... Les alternatives aux espaces de travail classiques sont multiples. Mais pour quelles retombées concrètes? Afin d'y voir plus clair, les dernières Matinales de l'innovation, qui se sont tenues à Paris la semaine dernière, ont réuni architectes, maîtres d'oeuvre, promoteurs immobilier et entreprises pour faire le point sur les avantages réels des espaces dynamiques de travail.

Très prisés des start-up au départ, ces nouveaux agencements du lieu de travail font aussi leur chemin au sein des grands groupes. L'espace et la gestion du temps font partie des nouveaux challenges à relever pour les entreprises car ils offrent de nombreux avantages.

+ de confort, + d'engagement, + de productivité

Pensés d'un point de vue de l'usage et donc plus comme un lieu de vie, ces espaces dynamiques contribuent à améliorer la qualité de vie des collaborateurs. On le dit et on le redit : un espace de travail adapté à l'usage, au besoin réel du collaborateur contribuera à augmenter sa performance, sa motivation, sa productivité. C'est donc un atout RH et un outil de management. Mais au-delà, repenser l'espace est également un levier d'économies et permet notamment une meilleure rentabilité au mètre carré. On parle ici d'aménagement rentable. Engie l'a bien compris et a initié depuis 2 ans une phase de transformation globale des espaces de travail. "Nous avons mis en place des espaces de travail dynamiques en France mais aussi en Belgique et notamment à Bruxelles avec la Engie Tower, explique Nadine Jaudet, dg de Engie global business supports. Cela a transformé notre façon de travailler et surtout d'interagir avec nos collègues en facilitant le travail en commun."

Les équipes belges d'Engie qui étaient réparties dans 16 bâtiments à Bruxelles ont ainsi été regroupées en un lieu unique de 75 000 m2 et même si elles occupent plusieurs étages de la tour, la proximité physique facilite les échanges et développe l'esprit communautaire. "Comme cela fait deux ans que nous avons adopté les espaces de travail dynamiques on commence à voir les impacts concrets de ce nouvel agencement. Cela joue notamment sur les relations managériales. Comme il n'y a plus de portes et que nous avons mis en place des espaces dédiés aux work cafés, les échanges sont plus fluides, plus informels. le deuxième impact porte sur le rapport au travail qui est plus libre, plus agile, les collaborateurs sont aussi plus mobiles", raconte Nadine Jaudet.

lire la suite page 2 - Rentabiliser au maximum


Rentabiliser au maximum

D'un point de vue économique, les bénéfices sont là aussi très concrets. Matériaux innovants et technologies de pointe permettent de réduire les dépenses énergétiques même lorsqu'il s'agit de transformation de bâtiments existants. Engie a ainsi mené un travail important pour sa tour bruxelloise sur l'étanchéité de l'air, la géothermie et le photovoltaïque notamment. Des choix qui ont l'avantage d'apporter confort sonore et thermique aux collaborateurs et d'agir sur les dépenses d'énergie. "On parle tout de même de 60 à 70% de gain en termes de performance énergétique", souligne Nadine Jaudet. De même, le décloisonnement et l'agencement intérieur centré sur l'usage réel des locaux permettent d'optimiser les mètres carrés utiles. "On densifie sans avoir l'impression de densifier, note Nadine Jaudet. L'espace est ainsi financièrement plus rentable. Cela réduit aussi le coût des loyers puisqu'on réuni plusieurs entités en une."

Améliorer le confort salarié c'est bien, améliorer la rentabilité c'est encore mieux! Poussant les possibilités d'optimisation à l'extrême, les acteurs du secteur planchent sur de nouvelles offres de services pour permettre aux entreprises de rentabiliser leurs locaux à tous moment même la nuit. Foncière des Régions va d'ailleurs lancer une filiale nuit dédiée à ce type de réutilisation des locaux professionnels. "Pourquoi pas en effet mettre à disposition d'autres entreprises ou de nos collaborateurs en déplacement nos locaux sur des plages horaires où ceux-ci ne sont pas occupés? C'est une réflexion à mener", estime Nadine Jaudet. Un bémol toutefois : dans un pays aussi normé que le nôtre notamment au niveau de la sécurité des locaux, la réutilisation de bureaux en logements temporaires ne va pas de soi.

L'offre et la demande

Face à ces nouveaux besoins en termes d'utilisation des espaces de travail ainsi qu'au niveau du bâti en lui-même, les acteurs du secteur de l'environnement de travail se mettent au diapason. Non seulement ils investissent largement dans les nouvelles technologies et l'innovation mais en plus la façon même d'aborder les projets évolue. Désormais on décloisonne aussi le projet. Il est moins appréhendé en silos avec d'un côté l'architecte pour la partie construction, de l'autre le designer pour la partie décoration intérieure, que via l'approche design & build operate (ce qui en bon français pourrait être traduit par conception, réalisation, maintenance) qui se développe doucement mais surement en France. Une approche immobilière globale donc qui sous-entend co-conception et co-développement de tous les intervenants.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande

Retour haut de page