Recherche
Mag Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Publié par le | Mis à jour le

Je m'abonne
  • Imprimer

FOCUS - La cyberassurance : une priorité post-pandémie ?

Aucune entreprise n'est épargnée par le risque numérique. "Il existe des milliers de cyberattaques différentes", note Sylvie Noël, directrice de la performance et de la stratégie achats du groupe Covea. La cyberattaque peut aussi donner lieu à la fuite de données clients aux conséquences parfois désastreuses sur les finances et la réputation de l'entreprise. D'où la nécessité de limiter ou de contrer les atteintes par une gouvernance interne efficace et la souscription d'une cyberassurance. "Cela doit devenir un impératif pour les directeurs achats, dès lors qu'une analyse de vulnérabilité a été opérée", confirme Philippe Delerive, associé responsable du pôle assurances chez Exponens.

Couverture cyberassurance

Variables d'une compagnie à l'autre, les garanties couvrent la gestion de l'incident, depuis le piratage d'ordinateurs ou de caméras de surveillance, voire de malveillance en interne, avec la restauration des données piratées et des dommages subis. "La qualité d'une cyberassurance tient à son accompagnement informatique et juridique. Elle va concourir également à redorer la notoriété de l'entreprise victime, en interne et en externe par les principes du nettoyage et du noyage", rappelle Philippe Delerive. Les besoins doivent être appréciés au cas par cas, selon le secteur d'activité de l'entreprise, sa dépendance à Internet, son système d'information et son réseau. À l'avenir, ce type de contrat devrait se généraliser au sein des grands groupes, surtout si les assureurs continuent de les sensibiliser. "Il est certain que les acheteurs vont peu à peu prendre le réflexe d'imposer à leurs sous-traitants une couverture cyberassurance pour diffuser de bonnes pratiques", estime Philippe Delerive.

Témoignage - "Nous jouons sur l'effet volume et l'usage pour maintenir, voire diminuer nos coûts"

Julien Foucher, responsable du pôle immobilier et sécurité à la direction environnement de travail du groupe Up en France

Fin 2020, le risk manager de la société coopérative et participative Up se lançait dans la renégociation de l'assurance des biens immobiliers et de la production. "J'ai été mis à contribution pour émettre des exigences sur nos activités sensibles, la data et la production, de manière à nous prémunir au mieux au niveau de nos équipements. Après quoi, nous avons pu émettre des propositions à l'assureur avec lequel nous collaborons depuis 2017, comme faire poser un mur double couche ou une clôture à 2 m avec une pente à 70° dans des sites à caractère critique, pour parfaire notre couverture et les coûts inhérents par rapport à nos besoins actuels", rapporte Julien Foucher, responsable du pôle immobilier et sécurité à la direction environnement de travail d'Up.

Plus largement, l'épisode de Covid-19 l'a aussi conduit à repenser et à diminuer les mètres carrés disponibles sur différents sites, avec l'accélération du télétravail. Julien Foucher s'applique depuis à réduire les coûts globaux des sites français, en révisant les garanties et en modifiant leur mode de location et d'occupation, en les intégrant by design sur des projets d'aménagement. "D'ici à fin 2021, un tiers de nos locaux en province arriveront à échéance de bail. La digitalisation, l'évolution des métiers et l'impact sur les manières de travailler nous amènent à repenser notre empreinte immobilière vers le coworking et le télétravail." Cette optimisation immobilière par l'usage génère des économies réelles sur le coût global. Pour le moment, elles restent difficiles à quantifier. "Je ne peux pas encore chiffrer le coût assurance économisé dans ce type de contrat de service par rapport à un bail classique", résume Julien Foucher.

Je m'abonne

Fanny Perrin d'Arloz

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

Retour haut de page