En ce moment En ce moment

Comment la Ville de Marseille a rationalisé la chaîne logistique de ses achats

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Depuis, comment gérez-vous la chaîne logistique ?

Aujourd'hui, plus de 300 utilisateurs gèrent toute la chaîne logistique de la Ville de Marseille et les 43 collaborateurs du service logistique opérationnelle s'occupent spécifiquement des commandes qu'ils passent via un portail web. Depuis ce dernier, ils accèdent à un catalogue de 3 000 articles référencés, remplissent et valident le panier comme sur une plateforme marchande classique du Web. La commande virtuelle est ensuite réceptionnée par un magasinier qui s'occupe de sa préparation et de la dotation ; certains articles étant livrés sur le site destinataire, d'autres directement récupérés par les agents municipaux. Si l'un des articles n'est pas en stock, le collaborateur qui a passé commande en est informé et peut agir en conséquence. Et pour un article qui n'est pas référencé au catalogue, une commande peut être décidée après une étude des besoins et de prix et la passation d'un marché, le cas échéant.

D'autre part, les outils de suivi permettent une meilleure anticipation des besoins et donc des stocks disponibles, sachant que les délais fournisseurs peuvent atteindre 90 jours sur l'habillement, par exemple. Ils servent également à l'optimisation des achats dans un objectif de rationalisation des dépenses. Par exemple, nous pouvons nous rendre compte que nous avons beaucoup de retours négatifs sur un article retenu au catalogue et en sélectionner un autre qui peut, au final, jouir d'un meilleur rapport qualité-prix.

Quels bénéfices en retirez-vous ?

Nous avons pu automatiser un certain nombre de process, comme la préparation des commandes de fournitures avec les articles stockés qui disposent de codes à barres gérés, raccourcissant ainsi les délais. Sur les petites fournitures, les services municipaux peuvent venir récupérer leurs articles deux jours après en avoir fait la demande, contre cinq jours auparavant. Pour le mobilier, nous avons gagné du temps sur la préparation des commandes. Pour les tenues vestimentaires, la solution Kimoce gère l'historique des dotations de chaque collaborateur concerné (périodicité, quantité, taille des habits, équipements obligatoires...).

Ce fonctionnement assure au service logistique opérationnelle de disposer des "bonnes" références et du "bon" stock pour faire face à toutes les demandes, voire d'avoir des équipements de "dépannage" en fonction des aléas. En conséquence de quoi, nous avons pu réduire la surface disponible de stockage, passant de 12 000 m² à 4 500 m². L'automatisation des process, de la gestion de la demande à la sortie des stocks, permet au service logistique opérationnelle de travailler mieux, sans tâches administratives chronophages. Les collaborateurs peuvent consulter la consommation du budget, alloué par trimestre et par service, depuis le portail web ; ce qui, d'une certaine façon, contribue à responsabiliser les dépenses. En 12 ans, nous avons réussi à économiser près de 30 % sur notre budget annuel global grâce à une optimisation des références, à un meilleur sourcing, un suivi plus fin, etc.

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Fanny Perrin d'Arloz

Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

Sur le même sujet