Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

La pandémie a des effets secondaires différents sur le marché de l'immobilier européen

Publié par Marwa Nakib le | Mis à jour le

Les loyers des commerces et des bureaux affichent une baisse pour le dernier trimestre de 2020. Pourtant, le marché de la logistique poursuit son développement, selon la dernière étude Cushman & Wakefield.

Je m'abonne
  • Imprimer

Les effets de la crise sanitaire se sont fait ressentir sur la grande majorité du marché de l'immobilier d'entreprise en Europe, notamment par le recul des loyers des commerces et bureaux, selon l'étude trimestrielle "DNA of Real Estate" de Cushman & Wakefield. Par contre, le secteur de la logistique, qui a été le moins touché par la crise, continue de se développer avec des loyers en croissance continue.

Le secteur de la logistique a enregistré une croissance annuelle de +2,1%. Une croissance soutenue par une offre limitée, et une forte demande des occupants et des investisseurs. Les loyers prime en Europe ont vu une augmentation moyennant de 0,6% sur le troisième trimestre 2020. Selon Silvia Jodlowski, analyste senior chez Cushman & Wakefield, "les fondamentaux solides du secteur stimulent l'appétence des investisseurs". Cependant, bien que l'on observe une augmentation des loyers, la crise a entraîné une compression des rendements pour l'ensemble de la logistique européenne. Au troisième trimestre 2020, les taux de rendement sont de 5.26% seulement, et la France et l'Allemagne ont enregistré les rendements les plus faibles avec des taux inférieurs à 4%.

Sur le marché des bureaux, les loyers ont vu une légère baisse de -0.1% pour sur ce 3e trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent, et une augmentation annuelle de 1% seulement. C'est le taux le plus bas depuis 2014. Malgré une baisse modérée des loyers, les marchés des bureaux français, allemands et britanniques paraissent résister le mieux à la crise. Les villes qui ont connu les plus fortes augmentations de loyer étaient Birmingham avec +7% et Leeds avec +6%.

À l'opposé, Istanbul et Berlin sont les villes les plus touchées par la crise avec des loyers en baisse de 10% et 5% respectivement. "Globalement, le rendement des bureaux européens prime a continué d'augmenter, atteignant 4,34% aujourd'hui à comparer à son niveau plancher de 4,26% du premier trimestre 2020, commente Nigel Almond, Head of Data Analytics chez Cushman & Wakefield. Toutefois, sur les marchés principaux de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni, nous observons une compression très légère au cours du 3e trimestre, signe de l'intérêt des investisseurs pour les actifs les plus performants et bénéficiant d'une bonne localisation".

L'immobilier des commerces physiques est le plus affecté par la crise avec un net recul des rendements, dû surtout à la quasi-inexistence des flux touristiques sur toute l'année, et à la fermeture des commerces physiques suite aux périodes de de confinement, accompagnée par la résurgence du commerce en ligne. Les loyers prime et le taux de croissance annuel global sont tous les deux en baisse de 2,3% et 7,2% respectivement. Ce sont les taux les plus faibles depuis fin 2009. Pour ce 3e trimestre 2020, aucun des marchés européen n'a enregistré d'augmentation des loyer en commerces; la moitié ont même enregistré une baisse, et le taux de rendement du marché européen moyenne 4,67%.

Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

La rédaction vous recommande