Recherche
Magazine Décision Achats
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

La mutualisation, une source d'optimisation des achats

Publié par le

Je m'abonne
  • Imprimer

Jusqu'à 30 % d'économies

Afin de gagner en efficacité, certaines centrales se sont mêmes créées sur la base d'un regroupement entre acheteurs publics et privés. C'est le cas d'Approlys, qui est née en février dernier, à l'initiative des départements de l'Union des Trois (Eure-et-Loir, Loir-et-Cher et Loiret). Moins d'un an après sa création, l'entreprise fédère 470 organismes publics et privés repartis sur tout le territoire de la région Centre.

Elle rassemble notamment le département de l'Indre, les communautés d'agglomération et communes d'Orléans et Châteauroux, ainsi que des entreprises, des associations de parents d'élèves, des établissements scolaires ou des structures intervenant dans le domaine social ou médico-social. Une véritable mutualisation des ressources permet à l'ensemble des membres de maîtriser leurs dépenses et d'optimiser leurs achats.

Associations, GIE ou sociétés

Soumis à la baisse des dotations de l'État, les collectivités recherchent en permanence des pistes d'optimisation de leurs coûts. Approlys leur aide à atteindre cet objectif, tout en veillant à promouvoir l'économie locale. Approlys, comme les autres centrales d'achat, fonctionne sensiblement sur un même principe : elle n'achète pas directement mais centralise les demandes puis gère les procédures des marchés. Grâce à la massification des achats générés par les adhésions, la centrale peut obtenir d'importantes baisses, qui peuvent aller jusqu'à 30 % du prix des produits et services recherchés. Reste que rejoindre un groupement, ou en fonder un, pose la question de son mode de gouvernance et de sa structure juridique.

Le groupement d'intérêt public (GIP) semble une solution privilégiée par les acteurs du secteur public. Il apporte en effet une certaine souplesse de fonctionnement et protège le groupement d'une requalification de ses prestations en marché public. Dans le privé, le choix est plus large, entre association, société ou GIE. Une centrale d'achat comme Activ'HA, par exemple, a été fondée sous la forme d'une SARL. Elle facture 20 % de l'économie réalisée sur les achats à ses clients.

Selon les cas, la direction des achats participe aux choix des fournisseurs et aux négociations, via un comité de pilotage du groupement, ou externalise une partie de ses achats à un tiers partenaire, tout en veillant à garder la main sur le processus.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire le dossier suivant : Faut-il oser le groupement d'achats ?

Je m'abonne

Véronique Méot

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles