En ce moment En ce moment

Délais de paiement : Il y a urgence !

Publié par Anne-Sophie David le
Délais de paiement : Il y a urgence !

Je m'abonne
  • Imprimer

Les mesures de Bercy

En mars dernier, Bercy a annoncé une série de mesures visant à raccourcir ces délais : renforcement des contrôles (2500 sur le respect des délais de paiement dont 70 sur des grandes entreprises prévus en 2015), sanctions ainsi que publication des noms des mauvais payeurs assortie d'une amende. Car les gros donneurs d'ordres sont souvent accusés d'étrangler volontairement leurs fournisseurs et s'en servir comme d'une réserve de trésorerie via un allongement des délais de paiement.

Interrogé sur BFM TV, Pierre Pelouzet avait expliqué qu'au delà de la diffusion de ces noms, l'objectif était "surtout de faire changer les comportements". Le médiateur du crédit avait déclaré que "la peur de voir leur nom publié sur cette liste les pousse à anticiper et, d'ores et déjà, à prendre des mesures pour corriger leurs paiements".

Par ailleurs, l'entrée en vigueur de la loi Hamon en 2014 a donné la possibilité à la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes), de sanctionner les mauvais payeurs en leur affligeant des amendes administratives.

Jean-Lou Blachier, médiateur national des marchés publics et Pierre Pelouzet, médiateur interentreprises ont souhaité rappeler que leurs médiations permettaient réellement de dénouer certaines situations compliquées et tendues.

Facturation électronique et reverse factoring ?

Parce que 90% des factures sont encore réalisées sur papier, les risques de perte, retard ou mauvais destinataire, existent. Une situation qui profite à certaines entreprises car elle leur permet de rallonger encore un peu plus les délais avant de payer leurs fournisseurs. En 2013, un classement initié par la médiation inter-entreprises et Croissance Plus, et réalisé par Opinionway auprès de "milliers" de fournisseurs, et contesté par les organisations patronales, avait placé en premières positions les entreprises Legrand, Schneider Electric et Dassault Aviation, jugées comme étant les plus fiables en termes de qualité de la relation et des délais de paiement. Bonnets d'âne en revanche pour Renault, Nexity et SFR qui occupaient les trois derniers rangs.

La solution pourrait donc se trouver dans la dématérialisation des factures mais l'heure est encore aux discussions. La CGPME a estimé que si cela constituerait "un bon moyen pour les PME de tendre vers une amélioration de leur outil informatique", il ne fallait pas les brusquer, "attention à ne pas leur peur en leur disant que si elles ne le font pas, elles ne pourront pas répondre à un appel d'offre, ce qui arrive parfois".

La facturation électronique permettrait à la fois de fluidifier le cycle "order to cash", la facture arriverant directement au bon endroit et d'en finir avec les délais cachés. Un des facteurs clés de succès d'une telle démarche réside, selon le président de la CDAF, Marc Sauvage, dans le fait que "ce projet doit être un projet d'entreprise qui embarque toutes les directions".

Quant au reverse factoring, qui permet, in fine, aux fournisseurs de recouvrer plus rapidement leurs créances, cela reste un processus compliqué, pour l'heure encore réservé aux grands groupes dont la maturité industrielle est forte. La CGPME a néanmoins estimé que ce produit redevenait positif depuis 2008 et qu'il avait fortement évolué.

Découvrez les Lauréats 2015 en page 3

Je m'abonne
Aude Guesnon,<br/>rédactrice en chef Aude Guesnon,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Chaque semaine, l'essentiel de l'actu

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet